Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 août 2014 3 20 /08 /août /2014 20:22

hebergeur imageLu par Audrey, Dorothée, La Walkyrie, Mélusine.

Défi Polars et thrillers

Le site de l'éditeur

 

"Historico-déconnant": le nom de la collection où a paru "Le père Denoël est-il une ordure?" est on ne peut plus pertinent. L'auteur de ce roman humoristique, Gordon Zola, revisite à sa manière - celle du "poilar", le polar poilant - l'un des mystères de l'histoire de l'édition parisienne: la mort par balle de Robert Denoël, connu pour avoir été le premier éditeur de Louis-Ferdinand Céline. Force est que de retrouver ce personnage dans un contexte burlesque après l'avoir croisé dans le grave "Sigmaringen" de Pierre Assouline, ça fait quelque chose...

 

Le rire et le sérieux

Alors certes, les deux auteurs explorent une période similaire, celle de la Seconde guerre mondiale, "Le père Denoël est-il une ordure?" trouvant son contexte juste après celui de "Sigmaringen". Chacun dans leur domaine, les auteurs de ces deux romans s'avèrent virtuoses, excellents même.

 

hebergeur image

Gordon Zola fait rire, certes, et là, il est dans son rôle; mais son ouvrage s'appuie sur une documentation sérieuse, l'auteur étant allé au bout de ce qu'il pouvait trouver dans des archives parfois interdites d'accès. Certains documents sont reproduits. Sont-ils vrais ou inventés? En parcourant ces coupures de presse, on pense volontiers à certaines pages de la série "Eraste Fandorine" de Boris Akounine. Dès lors, l'humour sert de support à la réflexion: "Quand ce qui prête à rire donne à penser", lit-on en page de garde. Sage avertissement.

 

Suivez le cheveu...

Pour un polar poilant, quoi de plus évident que d'écrire quelques pages sur les femmes collaboratrices tondues à la fin de la Seconde guerre mondiale, dans le cadre d'une justice expéditive? L'auteur admet le côté détestable d'une telle manière de procéder, relevant de façon claire que les résistants de la dernière heure ont été les plus ardents tondeurs.

 

Mais c'est quand même le cheveu qui constitue, si j'ose dire, le fil rouge de l'humour de ce roman. Cela commence de façon hénaurme avec la création d'une permanence téléphonique nommée "SOS femmes tondues", dont l'ambiance rappelle immanquablement un film fameux avec Anémone et Thierry Lhermitte. De manière plus fine, l'auteur exploite à fond les manettes le champ lexical du cheveu, de bout en bout du roman, quitte à oser l'à-peu-près afin de déborder un peu. Il y a même un coiffeur qui traîne par là - et qui raconte des histoires à la Montaigne.

 

Jeux de mots avant tout

C'est que le jeu de mots, éventuellement tiré par les cheveux, domine dans "Le père Denoël est-il une ordure?". Il se décline en logorrhées savoureuses qui s'étendent sur de longs paragraphes - le lecteur est servi, à tel point qu'il lui faudra peut-être relire plusieurs fois lesdits paragraphes, éventuellement à haute voix, afin d'en savourer à la fois le poivre et le sel.

 

Les jeux de mots concernent aussi les noms des personnages inventés, ce qui permet de les distinguer des personnages réels - même si ceux-ci, à leur tour, voient leurs patronymes déformés ou utilisés pour d'autres blagues. A ce titre, Gaston Gallimard en prend pour son grade, par l'entremise d'un personnage secondaire percutant nommé Hubert Guth. Enfin, les contrepèteries sont fort présentes; on en vient à les soupçonner un peu partout. Ainsi naît une musique à la San-Antonio, une poésie rythmée par le verbe que l'auteur tord jusqu'au bout en vue de faire rire, avec succès.

 

Rien d'une plaisanterie... quoique!

Telle qu'elle est construite, l'intrigue est finalement assez simple. L'auteur use commodément d'un policier pas très futé, Ducourthial, pour donner une marge de manoeuvre à son personnage principal, un avocat parisien bien versé dans la casuistique nommé Lucien Bonplaisir (tout un programme!). Elle laisse aussi toute la place disponible à un humour verbal désopilant, graveleux à l'occasion (ah, l'esprit gaulois!), que le lecteur attentif saura débusquer dans les moindres recoins.

 

Cela, sur une idée de départ qui n'a rien d'une plaisanterie: après tout, c'est de la mort violente d'un éditeur qu'il s'agit. L'auteur de "Le père Denoël est-il une ordure?" apporte ainsi sa contribution, imaginaire mais construite et jamais rasoir, à une affaire qui n'a jamais été vraiment élucidée et qui, apparemment, touche quelques personnalités importantes du monde politique de l'immédiat après-guerre. A lire, à rire, à réfléchir, voudrait-on dire. Et - oui - on peut, en se disant que le roman n'est qu'une manière parmi d'autres de montrer le réel, surtout s'il s'obstine à se cacher.

 

Gordon Zola, Le père Denoël est-il une ordure?, Paris, Le Léopard démasqué, 2013.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Daniel Fattore
  • Le blog de Daniel Fattore
  • : Notes de lectures, notes de musique, notes sur l'air du temps qui passe. Bienvenue.
  • Contact

Les lectures maison

Pour commander mon recueil de nouvelles "Le Noeud de l'intrigue", cliquer sur la couverture ci-dessous:

partage photo gratuit

Pour commander mon mémoire de mastère en administration publique "Minorités linguistiques, où êtes-vous?", cliquer ici.

 

Recherche

 

 

"Parler avec exigence, c'est offrir à l'autre le meilleur de ce que peut un esprit."
Marc BONNANT.

 

 

"Nous devons être des indignés linguistiques!"
Abdou DIOUF.