Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 février 2010 2 16 /02 /février /2010 21:43

PhotobucketAlors que la blogosphère du livre bruisse tout entière au rythme du dernier roman de Georges Flipo, "La commissaire n'aime point les vers", il est bon d'approcher d'autres proses de cet écrivain - en l'occurrence les premières qu'il ait publiées dans un recueil rien qu'à lui. Ca s'appelle "L'Etage de Dieu", ça contient douze nouvelles "à la gloire de la libre entreprise", en particulier de l'entreprise de vente, et ça a paru chez Jordan, à Lille, en 2006. Détail piquant: à l'instar de nombreux ouvrages de Georges Flipo, celui-ci a été primé; il a donc droit à son bandana rouge.

Libre entreprise, disais-je... doit-on comprendre cette précision comme une antithèse, comme le suggère le prière d'insérer? Voire: le ton n'est jamais, ici, à la critique virulente des grosses boîtes sans âme. Le plus souvent, ce sont plutôt de petits et gros travers qui sont décrits, non sans un certain sourire: un gourou qui invite des cadres à marcher sur des charbons ardents (un classique!), un chef qui a des tics de langage, mais aussi l'héroïsme déplacé d'un vendeur aux dents longues revenu à l'état sauvage ou les manières fort littéraires d'une documentaliste pour sauver son service et y réchauffer l'ambiance. Il arrive même que certains chefs aient un coeur, par exemple celui qui intervient dans "Casting" - bien sûr, ils savent s'en servir, ce qui fait d'eux des gagneurs, mais quand même... Sans jamais verser dans la haine, c'est donc volontiers le côté dérisoire de l'entreprise humaine qui est mis en avant. 

La nouvelle éponyme "L'Etage de Dieu" ouvre le recueil de manière exemplaire et accrocheuse. Tout commence par la description des étages d'un immeuble d'entreprise, décrits comme une hiérarchie par l'architecture - un classique du management, également évoqué par Martina Chyba dans "2 hommes, 2 femmes, 4 névroses". Ce qui est encore plus intéressant, c'est la manière dont le patron de l'entreprise, qui occupe le septième étage donc le septième ciel comme il se doit, est divinisé. Cela passe par le choix des mots de la nouvelle: son nom, celui de ses anciens associés (éliminés, comme s'il s'agissait d'instaurer à tout prix un monothéisme vrai), son genre vaguement intouchable (il a un étage pour lui tout seul, avec accès privatif), etc. On touche au sacré lorsqu'on découvre une salle cachée derrière une porte grise, dans laquelle personne ne s'aventure, sauf le grand chef. Mystère religieux... que Tanguy, jeune collaborateur qui a les faveurs du grand patron, va transgresser en subtilisant la carte d'accès à cette salle. Résultat? La scène d'expulsion du jeune homme par le patron prend illico des allures de Genèse, lorsqu'Adam et Eve sont chassés du paradis terrestre. La carte d'accès serait-elle une pomme de discorde? Et faut-il, pour que l'homme vole vraiment de ses propres ailes, que Dieu le chasse de son jardin? Autant de questions qu'on peut se poser en fin de nouvelle.  

La trituration des champs lexicaux fait également le fond de "La maïtrise de la langue", titre ô combien équivoque... Les phrases de la femme du patron, Léa, sont sans équivoque, et permettent de la classer parmi les séductrices sans limites. Face à elle, un certain Jacek, polonais, sait qu'il doit acquérir "la maïtrise de la langue" - française, bien sûr, qu'alliez-vous penser là? En considérant son français pas toujours très précis, on imagine rapidement les doubles sens parfaitement gaulois que cela permet.

Les lecteurs du "Vertige des auteurs", du même écrivain, se sentiront un peu chez eux dans la nouvelle "Un écrivain est né": un collaborateur âgé se retrouve piégé à son propre mensonge, obligé d'écrire un roman et de le publier... On retrouve là l'image de la "citadelle" où les auteurs publiés sont entrés par une porte très vite ouverte et très vite refermée, et l'on reconnaît les coups du sort qui peuvent frapper l'écrivain: les éditeurs qui répondent de manière aussi diversifiée que négative, et un oubli malencontreux qui fait passer l'auteur à côté du livre de sa vie. Le portrait des personnages qui hantent ce récit est dominé par la tendresse, jusqu'au décès. Et pour les habitués, reste peut-être le goût du "Vertige des auteurs" en version baby.

Du bon, donc! Quelques scènes vues sont particulièrement réalistes, par exemple celle des informaticiens qui gèrent (ou pas) leur panne quotidienne. Il y a aussi de nombreuses formules bien trouvées, des phrases habiles qui racontent des histoires qu'on dévore, parfois plus denses qu'il n'y paraît. Livre rare désormais, mais livre à découvrir!

Et... à quand les
palmes académiques pour Georges Flipo?

Georges Flipo, L'Etage de Dieu, Lille, Jordan Editions, 2006.

Le blog de l'auteur:
http://georges-flipo-auteur.over-blog.com/
En particulier, d'autres billets ici: http://georges-flipo-auteur.over-blog.com/article-18319011-6.html 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

M agali 22/02/2010 09:40


Dommage en effet que la diffusion de ce recueil ait été presque confidentielle.
Je ne mets rien au-dessus de L'Etage de Dieu (je parle de la nouvelle éponyme mais j'assume pleinement l'ambiguïté de la formule.:-))
Sinon certaines nouvelles de La Diablada et de Qui comme Ulysse, deux autres recueils qui, soit dit en passant, sont beaucoup plus faciles à acquérir.


Daniel Fattore 22/02/2010 23:29


La nouvelle "L'Etage de Dieu" est fort habile, en effet! Jusqu'au double sens du titre, en effet... J'ai aussi beaucoup aimé "La Diablada" et "Qui comme Ulysse", plus faciles à trouver en effet. Et
il me reste encore à lire son avant-dernier et son dernier roman. Il risque donc bien d'y avoir à nouveau du Georges Flipo par ici; affaire à suivre donc!
Merci de votre visite!


Alex-Mot-a-Mots 20/02/2010 13:36


Alors si cet écrivain a maintenant droit à son bandana rouge (comme Renaud)....


Daniel Fattore 21/02/2010 20:12


... il en a même eu plusieurs, des petits et des grands, sur presque tous ses livres! Seul son dernier titre, "La Commissaire n'aime point les vers", qui fait frémir la blogosphère en ce moment,
n'a pas (encore) son bandana!


liliba 17/02/2010 22:19


Moi aussi, j'ai organisé un dîner de 12 personnes à la maison... et je crois bien que je vais les planter là en trouvant une bonne excuse (la vraie, je fais partie d'un jury littéraire trèèèèès
sélect !) et venir malgré tout ! Mais je tergiverse encore car mon homme risque d'un peu mal le prendre...


Daniel Fattore 21/02/2010 20:10


... je serai en vacances, j'ai réservé peu avant; donc je serai en pensées avec vous!
Bonne continuation!


liliba 17/02/2010 21:31


Chouette ! On se voit le 19 mars ? Tu viens ?


Daniel Fattore 17/02/2010 22:03


Hélas non - j'ai déjà quelque chose de prévu... mais ce n'est que partie remise!


liliba 17/02/2010 18:38


Daniel, tu peux me le prêter, s'il te plait ?


Daniel Fattore 17/02/2010 20:20


Volontiers - j'en ai encore un autre à te prêter, d'ailleurs, si je me souviens bien.


Présentation

  • : Le blog de Daniel Fattore
  • Le blog de Daniel Fattore
  • : Notes de lectures, notes de musique, notes sur l'air du temps qui passe. Bienvenue.
  • Contact

Les lectures maison

Pour commander mon recueil de nouvelles "Le Noeud de l'intrigue", cliquer sur la couverture ci-dessous:

partage photo gratuit

Pour commander mon mémoire de mastère en administration publique "Minorités linguistiques, où êtes-vous?", cliquer ici.

 

Recherche

 

 

"Parler avec exigence, c'est offrir à l'autre le meilleur de ce que peut un esprit."
Marc BONNANT.

 

 

"Nous devons être des indignés linguistiques!"
Abdou DIOUF.