Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 mars 2010 3 17 /03 /mars /2010 20:44

PhotobucketCette oeuvre littéraire est évoquée chez François Prost.

"Un altare per la madre", tel était le titre italien, fort parlant, du bref roman de Ferdinando Camon connu en français sous un très énigmatique "Apothéose". C'est effectivement d'un autel qu'il est question. Mais aussi d'une mère morte. Et, enfin, de la disparition discrète d'un certain mode de vie: celui des campagnes pauvres de l'Italie profonde au cours des Trente Glorieuses. Porté par une prose sobre, loin de l'emphase que pourrait suggérer le titre, "Apothéose" est une merveille de simplicité littéraire qui se décline en mode mineur.

C'est en effet sur les funérailles de "la mère", Elena alias Leni, que s'ouvre ce roman dont toute la première partie s'apparente à un éloge funèbre 'd'une mère perçue comme humble, astucieuse, laborieuse, révérée aussi. Le premier problème du narrateur est de trouver une photo d'elle qu'il soit possible d'agrandir pour en garder un portrait. L'image ne correspondra jamais, bien sûr, au souvenir qu'on garde de l'être disparu, idéalisé. Ou quand d'aventure elle correspond, c'est l'état de la photo qui empêche tout travail d'agrandissement... et au moment de donner au photographe le nom de la personne dont il faut agrandir le portrait, le narrateur donne le nom d'Elena, qui n'est pas le nom usuel de la mère. Privée de visage, privée de nom... et pourtant, c'est elle, figure floue puis disparue.

Eloge funèbre pour un mode de vie oublié également, celui qui permet de rendre la misère supportable voire vivable ou digne, et de vivre de manière humaine. C'est par exemple le père qui s'injecte de l'eau infectée dans son genou pour échapper à la guerre et revenir assumer ses responsabilités au pays. C'est aussi la mère qui demande combien un cadeau qu'on lui offre a coûté, et s'il a privé celui qui l'offre de quelque chose de plus important pour lui. C'est aussi cette solidarité qui se met en place dès lors qu'il faut trouver du cuivre pour produire un autel - autel de village bientôt promu au rang de véritable autel d'église, qui garde le souvenir de la mère disparue.

L'idéalisation devient-elle donc apothéose? Tout le monde souhaite y participer, tout le monde, même les plus pauvres, donnent un chaudron à cet effet - quitte à faire patienter jusqu'à ce qu'il ait fini de servir pour cuire une soupe. Les ornements de l'autel rappellent un temps révolu, en particulier la représentation de la sorte de blé: il faut retrouver un vieux grain bien indigène et pas la sorte "Imperatore" qui, plus grosse, est aussi plus fragile face au vent du fait que sa tige est proportionnellement plus faible. Ainsi se crée une oeuvre d'artisanat à la gloire d'une défunte, mais aussi un lieu de mémoire pour un temps révolu, symbolisé par mille objets à la fois agricoles et religieux - on pense à la vigne, par exemple.

C'est ainsi qu'au village, naissent les légendes... devenues, en l'occurrence, "autels de paroles", comme le souligne le prière d'insérer.

Ferdinando Camon, Apothéose, trad. Jaen-Paul Manganaro et Pierre Lespine, Paris, Gallimard/L'Imaginaire, 2008.

Le site de l'auteur:
http://www.ferdinandocamon.it/

Partager cet article
Repost0

commentaires

liliba 21/03/2010 20:20


Joyeux anniversaire ! En espérant que cette nouvelle année pour toi nous amène une occasion de faire connaissance "en vrai" ! Bises. Alix


Daniel Fattore 21/03/2010 22:29


Merci beaucoup pour tes voeux!
Une future rencontre? Ce sera avec joie, si l'occasion s'en présente - affaire à suivre, comme dirait l'autre!
Bises à toi!


Yv 19/03/2010 13:21


Ca me semble pas mal. Je suis assez peu calé en littérature italienne. J'avais beaucoup aimé Mario Rigoni Stern qui parlait aussi de sa campagne et de la guerre.


Daniel Fattore 20/03/2010 22:34


Je dois avouer que je n'ai pas (encore) lu Rigoni Stern, même si l'on m'en parle de temps à autre; dans les surprises agréables, je signale également Stefano Benni... ou alors Italo Calvino, dans
un tout autre registre.


Lili Galipette 19/03/2010 10:28


Vous êtes tagué chez moi...


Daniel Fattore 20/03/2010 22:38


... la vie en rose! Merci - je n'ai pas d'appareil photo numérique; donc je répondrai un peu "à ma façon".
A bientôt donc!


Aliénor 19/03/2010 08:45


Il est désormais sur ma LAL ! Et rejoindra sans doute ma PAL le week-end prochain, à l'occasion du salon du livre.


Daniel Fattore 20/03/2010 22:33


Une bonne surprise, excellente même, pour moi. Il y a parfois de ces ouvrages qui vous surprennent, mine de rien.
Bonne lecture, d'ores et déjà!


constance93 18/03/2010 22:22


tu ne lis vraiment rien de ce que je lis mais tu parles bien de tes lectures du coup c'est un plaisir de te lire ;)


Daniel Fattore 20/03/2010 22:37


Merci du compliment!
Je fais un peu les fonds de piles à lire ces temps, ce qui peut expliquer cette distance avec tes lectures... mais je suis également tes billets, avec plaisir!
Et celui-ci, je te le recommande...


Présentation

  • : Le blog de Daniel Fattore
  • : Notes de lectures, notes de musique, notes sur l'air du temps qui passe. Bienvenue.
  • Contact

Les lectures maison

Pour commander mon recueil de nouvelles "Le Noeud de l'intrigue", cliquer sur la couverture ci-dessous:

partage photo gratuit

Pour commander mon mémoire de mastère en administration publique "Minorités linguistiques, où êtes-vous?", cliquer ici.

 

Recherche

 

 

"Parler avec exigence, c'est offrir à l'autre le meilleur de ce que peut un esprit."
Marc BONNANT.

 

 

"Nous devons être des indignés linguistiques!"
Abdou DIOUF.