Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 mars 2010 7 14 /03 /mars /2010 22:33

PhotobucketLecture commune; se sont d'ores et déjà manifestées Cécile de Quoi de 9, Liliba et Sandrine. J'essuie les plâtres...

Enorme! C'est un peu ce qu'on a envie de dire en refermant "Les cochons sont lâchés", numéro 148 de la collection des San-Antonio, paru en 1991. Enorme en de nombreux sens, à telle enseigne qu'on a quand même parfois envie de crier "pouce!" devant tant d'excès. Quelques fous rires rattrapent cependant cette démentielle pochade argentine où les suites se succèdent au gré des chapitres.

Les personnages qui mènent la danse dans ce récit sont les premiers à incarner l'excès. On relève avant tout que le commissaire San-Antonio est absent de cette affaire éminemment personnelle, puisqu'elle concerne la femme de Bérurier (curieusement un peu oubliée en cours de route) et son amant, injustement incarcéré à Mar del Plata, dans une Argentine de carte postale où les tangos succèdent aux pièces de viande et aux vins
Michel Torino. Restent Bérurier, donc, et l'antique Pinaud. Bérurier est l'homme de tous les débordements: gras, solide mangeur, buveur sans fond, grossier avec grâce si c'est possible, doté d'un sexe démesuré, il mène l'enquête à la tronçonneuse. Sur ce coup-ci, Pinaud est son coéquipier. Immensément riche grâce à une invention détaillée dans un autre récit ("Papa, achète-moi une pute"), il constitue le soutien financer de l'expédition. Les frasques des deux personnages, installés régulièrement dans des lieux luxueux (par exemple les premières classes d'un avion), constituent un contraste saisissant. 

PhotobucketLe lecteur sera également saisi, d'emblée, par l'abondance de scènes grivoises, voire explicites, ayant trait à la pratique de l'amour physique sous toutes ses formes - j'en ai dénombré une petite vingtaine, narrées de manières assez diverses pour ne pas (trop) lasser, et l'affaire n'est jamais loin - quitte à déséquilibrer le récit en reléguant au second plan l'intrigue policière, qui peut paraître vraiment simpliste à des lecteurs rompus aux thrillers millimétrés façon "Cadres noirs" de Pierre Lemaître. Déséquilibre également du côté des pratiques liées aux liquides et sécrétions corporelles: l'auteur décrit, non sans complaisance, les vicissitudes intestinales de Pinaud (sans oublier ses chassies, comparées à de la mayonnaise - ô l'image choc!) et les flatulences de Bérurier.

Bérurier fait fort également du côté verbal. Certes, il arrête la charge d'un taureau rien qu'en poussant quelques cris. Mais surtout, c'est chez lui que le langage reste le plus fleuri, et l'auteur lui fait la part belle au gré de pages entières d'à-peu-près et de délires verbaux. L'inventivité verbale s'exprime du reste aussi dans l'onomastique: chaque patronyme fait la fête au calembour graveleux (ah, la fameuse Carmen Abienjuy!), et l'on voit apparaître, en arrière-plan, deux avocats stars genevois dont le nom est à peine maquillé: Dominico Verluza, le double de Dominique Warluzel, et Marco Bonnanta, double de
Marc Bonnant, dédicataire du roman.

Déséquilibre, ai-je dit? L'absence de San-Antonio interroge le lecteur attentif sur le fonctionnement de cette équipe de policiers hauts en couleur, divers et complémentaires. Cet ouvrage porte certes bien son titre; mais le lecteur n'y trouvera pas les deux éléments modérateurs que peuvent être le commissaire San-Antonio lui-même (séducteur en finesse, réduit ici à l'état de narrateur absent et paradoxalement omniscient) et Jérémie Blanc, homme de couleur, de culture et d'élégance également. De ce point de vue, les personnes intéressées à lire ce titre sont averties que ça dérape souvent... et que c'est volontiers salissant.

Un bon moment de lecture, malgré tout? Certes. "Les cochons sont lâchés" est quand même mené tambour battant par un auteur qui connaît son métier et sait donner ce qu'ils attendent à ses fidèles lecteurs. Il y a aussi du gag, pas toujours du meilleur aloi, mais ça marche. De quoi se vider la tête avec une lecture rapide, donc... à ne pas parcourir avec les habits du dimanche.

San-Antonio, Les cochons sont lâchés, Paris, Fleuve Noir, 1991.

Partager cet article

Repost0

commentaires

liliba 09/04/2010 13:36


Billet de Sandrine, Tulisquoi et moi le 18 avril !


Daniel Fattore 09/04/2010 21:51



Yess! J'ai hâte de voir... Je ne vais pas pouvoir dormir d'ici là...



Sandrine(SD49) 25/03/2010 11:11


Le livre est bien arrivé !!!!! il me faudrait ton adresse pour te le retourner après lecture. Merci pour ce prêt.


Daniel Fattore 26/03/2010 23:01


Ca roule! Je te fais un courriel. Il est vrai que j'ai oublié de noter mon adresse sur l'enveloppe...


Sandrine(SD49) 16/03/2010 07:13


C'est gentil, ce serait avec plaisir si cela ne te dérange pas.


Daniel Fattore 16/03/2010 22:31


Envoie-moi donc ton adresse postale par message privé - je t'enverrai ensuite l'ouvrage en question... D'ores et déjà, bonne lecture! 


pierre derensy 16/03/2010 01:49


Ca fait du bien d'être compris par d'autres... et avoir les mêmes lectures... pour moi Dard est un philosophe, comme Fallet ou Callet ou Blondin... de celle qui vient des maux humains. merci.


Daniel Fattore 16/03/2010 22:33


C'est peut-être parce que j'ai aimé San-Antonio d'abord que j'ai bien accroché dans René Fallet... en particulier le Fallet de la veine Beaujolais.
J'ai l'impression que San-Antonio est un peu absent du monde des blogs; à l'occasion des dix ans de son décès, c'était intéressant de le relancer par un défi - en serez-vous? 
En tout cas, merci de votre visite!


liliba 15/03/2010 09:54


Je n'ai pas encore terminé le mien, j'avoue que j'alterne avec un autre livre pour ne pas saturer !


Daniel Fattore 15/03/2010 22:15


Saturer? Je comprends un peu... mais je me réjouis de te lire sur cet ouvrage-là! Perso, je l'ai lu à une vitesse de fou ce week-end, et j'ai retrouvé quelques sensations assez agréables du temps
où je lisais San-A. à tour de bras. Bien sûr, avec le recul, le goût change un peu...


Présentation

  • : Le blog de Daniel Fattore
  • : Notes de lectures, notes de musique, notes sur l'air du temps qui passe. Bienvenue.
  • Contact

Les lectures maison

Pour commander mon recueil de nouvelles "Le Noeud de l'intrigue", cliquer sur la couverture ci-dessous:

partage photo gratuit

Pour commander mon mémoire de mastère en administration publique "Minorités linguistiques, où êtes-vous?", cliquer ici.

 

Recherche

 

 

"Parler avec exigence, c'est offrir à l'autre le meilleur de ce que peut un esprit."
Marc BONNANT.

 

 

"Nous devons être des indignés linguistiques!"
Abdou DIOUF.