Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 août 2008 2 19 /08 /août /2008 21:09
Je risque de revenir sur le sujet célébrissime de la chartreuse, breuvage savoureux entre tous. Mais pour ce soir, j'aimerais vous en faire partager quelques arômes. 

En effet, j'ai eu l'occasion, lors de mon escapade à Grenoble, d'aller visiter le lieu où se produit le fameux breuvage, à destination du monde entier - c'est à Voiron que ça se passe, à moins de vingt minutes en train de la cité des Lesdiguières et des La Valette. Précisons d'emblée que l'endroit n'a rien d'un monastère: placé en pleine ville, il ressemble à une cave ordinaire, avec un service d'accueil, une petite exposition historique et une visite sympa. 

Ordinaire, ai-je dit? Quoique! Le visiteur est amené à découvrir l'histoire de la chartreuse et des moines qui ont présidé à sa mise au point, en 1605, sur la base d'une recette très complexe. Mais l'endroit que l'on donne à voir aux visiteurs reste quand même la plus grande cave de mûrissement d'alcool fort du monde, longue de plus de 160 mètres où s'alignent les barriques de bois. Le visiteur est ensuite conduit à voir, de loin, le lieu où se produit l'alchimie de la chartreuse... mais là, il y a une ligne rouge à ne pas franchir. Le secret du vert breuvage est bien gardé! 

La chartreuse se décline donc en vert, mais aussi en jaune... mon expédition grenobloise m'a permis de découvrir d'autres manières de l'apprêter que celles qu'on trouve d'ordinaire en supermarché (qui ont d'indéniables qualités, n'allez pas croire autre chose!) Familier de la chartreuse verte, j'ai eu l'occasion de déguster là quelques breuvages d'anniversaire, en particulier celle des 900 ans, dont j'ai ramené une bouteille en Suisse. Moins alcoolisée que la chartreuse verte (47 degrés contre 54), cette variante a une douceur qui flatte le palais et possède un incroyable goût de revenez-y. Les liqueurs produites à Voiron sont certes plus fortes que n'importe quel alcool fort, mais leur douceur compense... Il n'empêche que le goût des herbes éclate au palais à la moindre gorgée.

Une impression renforcée encore si l'on ose déguster le fin des fins: la "chartreuse verte V. E. P.", ou "vieillissement exceptionnellement prolongé" - celle qui mûrit dans les toutes petites barriques de l'unique site de production. Un verre de cette boisson est précieux, et ô combien savoureux: son goût est sans doute la quintessence de ce que l'on peut faire dans ce domaine, à partir de l'ancestrale recette. C'est vraiment dans ce produit que le parfum des "simples" utilisées se dégage de la manière la plus puissante, même quand le breuvage est servi frappé, comme il se doit. 

A noter, pour ceux qui craindraient pour leur santé, que la chartreuse est, au départ, un élixir de longue vie. On aurait envie de dire qu'elle pourrait adopter pour devise celle qui fait la fortune du whisky Laphroaigh: celui-ci rend immortel à une certaine dose, bien précise dit-on - reste à savoir laquelle.

Pour en savoir plus:
http://www.chartreuse.fr 
Photo: Flickr/M. Styborsky

Partager cet article
Repost0

commentaires

T
@Anne: pourquoi les chardons ça se mangent ?
A
J'ai moi même visiter le musée de la Bénédictine: le batiment est fabuleux!
J'aime bien la chartreuse. Associée au chocolat blanc pour les chardons c'est à tomber!
D

Je note le coup de la bénédictine, et du musée y afférent! Quant à l'association avec du chocolat blanc, je saurai m'en souvenir. J'imagine ce que ça doit donner... du fameux! Merci du tuyau. 


S
Coucou,
il suffisait de demander...
La liste complète des quelque 700 romans et 200 essais à paraître en cette rentrée littéraire 2008 :
http://quellesnouvelles.over-blog.com/article-22104779.html
Amitiés.
D

J'ai repéré le truc il y a peu. Merci du tuyau! Il faudra que je prenne le temps d'explorer. 


C
superbe billet et la conclusion de fin est extra
D

... et ce n'est même pas de la blague: j'ai reçu ça sur un message de Nouvel-An de la distillerie Laphroaigh. Un très bon whisky, soit dit en passant - j'imagine que vous le connaissez. 
Merci de votre visite! 


T
moi qui ne boit pas une goutte d'alcool malheureusement (j'aimerais pouvoir apprécier du bon vin), j'aime écouter ou lire des personnes qui nous parlent d'effluves, de mélanges, de bouquet...
Pour des raisons familiales, je connais bien la bénédictine qui est souvent comparée (par des néophytes je pense) à la chartreuse. Il est vrai qu'elle est produite à partir d'une recette gardée secrète aussi et qui contient une centaine de plantes différentes. Le musée d'ailleurs à Fécamp a été refait il y a quelques années et est fort intéressant. En revanche, je ne suis jamais allée en Chartreuse. Dis-donc tu en as fait des choses en un week end !
D

... j'essaie de grouper les divertissements, et de découvrir ce qu'il y a sur place. J'ai entendu parler de la bénédictine, ça ne doit pas être mauvais! Je note l'existence d'un musée... Quant au
goût de l'alcool, j'allais dire qu'il suffit de commencer pour savoir en parler, mais je n'aimerais pas qu'on me dise que je pousse à la consommation... ;-) Il y a par ailleurs de plus grands
poètes que moi pour évoquer les alcools et leurs mystères. 


Présentation

  • : Le blog de Daniel Fattore
  • : Notes de lectures, notes de musique, notes sur l'air du temps qui passe. Bienvenue.
  • Contact

Les lectures maison

Pour commander mon recueil de nouvelles "Le Noeud de l'intrigue", cliquer sur la couverture ci-dessous:

partage photo gratuit

Pour commander mon mémoire de mastère en administration publique "Minorités linguistiques, où êtes-vous?", cliquer ici.

 

Recherche

 

 

"Parler avec exigence, c'est offrir à l'autre le meilleur de ce que peut un esprit."
Marc BONNANT.

 

 

"Nous devons être des indignés linguistiques!"
Abdou DIOUF.