Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 août 2008 4 21 /08 /août /2008 20:41

"Martyre" au sens étymologique de "témoignage", bien sûr! En 2003, l'écrivain genevois Michaël Perruchoud donnait vie, autour d'une table de bistrot, au personnage de Kevin Ier, pape super-djeun et super-cool, censé relancer cette machinerie poussive et vieillissante qu'on appelle l'église catholique. Ni une ni deux, de la table de bistrot, le personnage est passé à la table de travail de l'auteur. Il en est résulté un bref, trop bref roman, intitulé "Le martyre du pape Kevin", publié conjointement par les éditions Faim de siècle et Cousu Mouche (ou le contraire, puisque Michaël Perruchoud est responsable des secondes). 

Trop bref? Je le répète, tant on aurait aimé connaître davantage de péripéties de la papauté de ce jeune gaillard de 32 ans, Latino originaire des Etats-Unis, qui pratique le surf et le rap. Rappelons rapidement l'action: quelques caciques de l'église catholique s'inquiètent de l'avenir de leur maison, et décident de faire appel à des consultants pour savoir ce qu'il faut faire pour continuer. "Ostap Bender Consulting" (les lecteurs d'Ilf et Petrof comprendront l'arnaque à venir), entreprise retenue, dit qu'il faut rajeunir le pape lui-même. A partir de là, les péripéties peuvent commencer... 

Elles ne manqueront pas, et deux d'entre elles au moins renvoient à des événements historiques qui nous ont bien fait rigoler ou pleurer ces dernières années. Le premier, à savoir la découverte de traces de sperme sur le slip vert pomme du pape, nous renvoie immédiatement aux heures glorieuses de l'affaire Lewinski, qui fit le tour du monde en partant des Etats-Unis. La seconde, à savoir les funérailles éperdues de l'homme, empruntent plus d'une image au décès de Lady Diana Spencer. Quand on lit, impossible de ne pas faire le lien quand on voit des fidèles en larmes déposer des fleurs, ou quand on lit qu'un chanteur anglais fameux recycle un de ses vieux tubes. 

Mais l'auteur ne s'arrête pas à l'actualité. Son ton est certes souvent assez neutre (on l'a connu plus charnu, par exemple dans "Crécelle et ses brigands"), mais il est volontiers rehaussé de quelques piques et traits d'esprit qui en paraissent d'autant plus savoureux. Il n'est qu'à penser à cette dénonciation de la xyloglossie endémique de certains consultants qu'est le dialogue ci-dessous: 

"- Qu'entendez-vous par physique avantageux fédérateur? 
- Notre nouveau pape doit plaire aux femmes."

Et plaire aux femmes, c'est ce qu'il fera de mieux. Reste que sa fin touche au grand-guignol médiéval, puisqu'il mourra la tête pourfendue à coups de hache, du fait d'un prêtre de la campagne britannique, l'esprit proche de la terre et la tête près du bonnet. Ainsi se rapprochent les éléments les plus primaires et le monde prétendument raffiné de la communication, un monde qui a l'oeil davantage rivé sur les sondages que sur l'humanité. Un monde qui a fait du pape un produit... un produit qui pose problème et dont on peut imaginer qu'on cherche à se débarrasser dès qu'il devient encombrant (et là, pas besoin de lourdes raisons pour tirer sur la gâchette). D'où, naturellement, la théorie du complot quant à la mort de Kevin Ier... Même cela ne lui sera pas épargné. Quant à sa succession, elle sera réglée par une "Pope Star" qui n'a rien à envier à certaines émissions actuelles dont le nom commence justement par "Star". 

Le catholique le plus pointilleux et le plus curieux trouvera donc certes quelques détails à corriger dans ce petit roman; mais au fond, qu'importe? Pour peu que l'on admette que Dieu a de l'humour, l'histoire passera très bien et permettra de réfléchir. Sans compter que la hiérarchie catholique n'est de loin pas la seule à en prendre pour son grade, oh que non...

Le site de l'éditeur: http://www.cousu-mouche.com
Le site de l'autre éditeur: http://www.lecture.ch

Michaël Perruchoud, Le martyre du pape Kévin, Genève/Fribourg, Cousu Mouche/Faim de siècle, 2003. 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Yv 23/08/2008 20:46

J'avoue être assez tenté, étant un laïc et un athée convaincu, bien que d'éducation chrétienne. Il est grand temps que l'église évolue enfin, non ?

Daniel Fattore 24/08/2008 15:54


Tentant, en effet, comme livre!
En revanche, pas sûr que l'Eglise ait besoin d'évoluer: pour beaucoup de fidèles, elle représente au contraire un cadre solide qui permet de se raccrocher en des temps où beaucoup de choses
évoluent, souvent trop vite. Son fonctionnement n'est par ailleurs pas celui d'un parti politique, toujours à la recherche du vent favorable.
Mais le débat est loin d'être clos...


Pierre 22/08/2008 19:15

Un cabinet de consultants aurait du boulot sur la planche et aurait la joie d'aborder tous les domaines du marketing.
Le marketing olfactif par exemple, pour donner aux lieux saints une autre odeur que celle de la mort ou des missels jaunis.
Le marketing du goût (très proche du précédent) pour imposer des hosties moelleux.
Le street marketing, dont Jésus lui-même a été le précurseur !
Il ne faut pas oublier que l'Eglise possède la première implantation commerciale avec une boutique dans chaque village, et dont l'enseigne se voit le mieux (le clocher)...
Non franchement se serait The Mission !
Oui, ce roman doit être sympa à lire et je le note aussi !
;-)

Daniel Fattore 22/08/2008 22:50


Vous avez des idées pour un tome deux! 
On pourrait, pour répondre au côté olfactif, proposer un retour en force de l'encens, qui trouve déjà place chez certains jeunes, dans le privé. Figurez-vous cependant que le côté goût est
justement abordé dans ce petit livre: faut-il remplacer le vin de messe par du coca-cola pour des raisons de salubrité et de lutte contre l'alcoolisme? Finalement, la seule tolérance a été de
mettre du Nutella sur les osties... Street marketing? Hum-hum: de nos jours, des sectes moins recommandables s'y livrent. Enfin, le coup de l'enseigne, c'est exactement ça! J'ajoute que le clocher,
c'est non seulement du visuel, mais aussi du sonore... Ding dong! 

Et effectivement, le volume de M. Perruchoud est sympa, voire drôle. Vous pouvez le commander sur http://www.lecture.ch.


Enfin, merci de votre visite!



A_girl_from_earth 21/08/2008 23:28

Pfff... ça commence mal tout ça... premier billet lu sur ton blog depuis mon retour et paf, voilà que je sors un stylo et mon carnet et que je note un titre pour ma PAL...
Ca fait partie de la rentrée littéraire au moins? Mmmmh... même pas... 2003...
Malheureusement le thème me plait, ça m'a l'air d'être traité avec beaucoup d'originalité et d'être particulièrement drôle... Bon ben... a noté...

Daniel Fattore 22/08/2008 22:56


Cela fait partie de ces vieilles choses repérées un jour, et obtenues au hasard des rencontres parce que le temps qu'on se décide, il n'est plus en librairie... Il te faudra le commander chez
l'éditeur (http://www.lecture.ch). A noter, du reste, que l'auteur, Michaël Perruchoud, est fort polyvalent, voire protéiforme, et mérite d'être connu. 


Présentation

  • : Le blog de Daniel Fattore
  • Le blog de Daniel Fattore
  • : Notes de lectures, notes de musique, notes sur l'air du temps qui passe. Bienvenue.
  • Contact

Les lectures maison

Pour commander mon recueil de nouvelles "Le Noeud de l'intrigue", cliquer sur la couverture ci-dessous:

partage photo gratuit

Pour commander mon mémoire de mastère en administration publique "Minorités linguistiques, où êtes-vous?", cliquer ici.

 

Recherche

 

 

"Parler avec exigence, c'est offrir à l'autre le meilleur de ce que peut un esprit."
Marc BONNANT.

 

 

"Nous devons être des indignés linguistiques!"
Abdou DIOUF.