Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 février 2012 4 16 /02 /février /2012 21:01

hebergeur imageComment l'économie de la Russie a-t-elle vécu les vingt années qui ont suivi le coup d'Etat d'août 1991? On se souvient que celui-ci marqua la chute de Mikaïl Gorbatchev et, plus largement, la fin de l'ère communiste. Au début 2012, les éditions des Syrtes publient un ouvrage où se rencontrent les plumes de trois économistes russes réputés et celle de Jacques Sapir, directeur du projet. Intitulé "La transition russe, vingt ans après", ce livre se concentre sur les vicissitudes d'une économie soumise aux débordements d'un certain libéralisme, qu'on a un peu trop facilement cru triomphant.

 

Les chapitres de Viktor Ivanter, Alexandre Nekipelov et Dmitri Kouvaline se caractérisent par un grand soin du détail, quitte à paraître un poil complexes. Viktor Ivanter offre, en lever de rideau, une démarche essentiellement historique de "la transition macroéconomique", posant quelques diagnostics relatifs au mode de fonctionnement de l'économie sous le régime communiste. Un fonctionnement marqué, entre autres, par un manque de concurrence qui a empêché l'évolution que peut susciter une émulation entre pairs. Encomplément, l'article d'Alexandre Nekipelov aborde en détail les étapes de "l'instauration d'une économie de marché" en Russie. C'est là que l'on trouve la confrontation entre plusieurs modalités possibless de transition: faut-il une méthode de choc, rapide, ou une approche gradualiste?

 

Du chapitre de Dmitri Kouvaline ("Les entreprises russes"), on retiendra la description des liens pas toujours évidents entre les entreprises et l'Etat. Présenté comme un mauvais payeur, il pousse les entreprises à opter pour des procédés "opportunistes", pas toujours tout à fait légaux (on pense à l'optimisation fiscale), afin de rentrer dans leurs frais et, si possible, de permettre l'enrichissement de leurs cadres. Le troc entre entreprises est l'une des démarches exploitées; généralisé, se substituant même aux échanges monétaires, ce procédé pourtant vieux comme le monde suscite des manques à gagner importants pour un Etat mal préparé à cette éventualité.

 

L'idée du troc est du reste suggérée aussi par les autres auteurs, comme l'est celle de la critique du néolibéralisme triomphant des années 1990, qui a utilisé, selon les auteurs de ce livre, la Russie comme un laboratoire d'expériences de ses théories, présentées comme imparables. Moment pivot, la crise de 1998 marque cependant l'échec de celles-ci, ou du moins leur limite; les auteurs démontrent, au fil des pages, que sans la "thérapie de choc" appliquée au pays (des remèdes qui ont sous-estimé quelques paramètres aussi cruciaux que les particularités spécifiques au pays), la transition se serait déroulée de manière moins chaotique et moins coûteuse, en termes sociaux et de croissance. L'ouvrage souligne, enfin, que le pays a su rebondir ensuite, et rappelle le rôle de Vladimir Poutine et Evgueni Primakov en la matière.

 

Enfin, les auteurs tendent à démontrer que la Russie a fini par trouver sa propre voie. Cette voie, Jacques Sapir cherche à en dessiner les contours dans le dernier chapitre du livre, "Vingt années de transition", se demandant si la Russie est devenue un capitalisme d'Etat, interventionniste à sa manière. Et au terme de cette lecture, le lecteur aura fait un puissant voyage dans les rouages de l'économie russe - ce qui lui permettra de mieux comprendre l'arrière-plan de ce qu'il lit dans la presse. Ce livre est exigeant; mais il est aussi instructif, surtout à la veille des élections présidentielles russes, qui auront lieu le 4 mars prochain. 

 

Viktor Ivanter, Alexandre Nekipelov, Dmitri Kouvaline, Jacques Sapir, La transition russe vingt ans après, Paris, Edition des Syrtes, 2012.

Merci à Babelio et aux Editions des Syrtes pour l'envoi de ce livre en partenariat.

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Daniel Fattore - dans Livres - essais
commenter cet article

commentaires

agence matrimoniale Lille 26/10/2012 10:10

Un point de vu intéressant en effet!!

Daniel Fattore 27/10/2012 20:44



... et comment une agence matrimoniale de Lille peut-elle bien arriver sur mon blog? Salutations!



La plume et la page 29/02/2012 12:24

Intéressant d'avoir le point de vue de plusieurs économistes pour comprendre comment la Russie en est arrivée là. Et dire que Poutine est sur le point d'être réélu...
J'avais croisé Jacques Sapir dans une mission diplomatique d'Europe centrale il y a quelques années. Il participait à une conférence qui, si ma mémoire est bonne, avait pour titre "L'Europe et la
Russie". Vaste sujet!

Daniel Fattore 01/03/2012 21:40



C'est même un point de vue très détaillé, parfois exigeant, qui révèle certains mécanismes. Poutine n'est pas un ange; mais ce livre interroge aussi ce qui s'est passé entre le coup d'Etat d'août
1991 et l'arrivée au pouvoir de Poutine. Selon les auteurs, la Russie a été le laboratoire du néolibéralisme dans les années 1990, ce qui a conduit à de nombreuses erreurs non imputables à
Vladimir Poutine - qui, suggère-t-on, a aussi apporté de bonnes choses. Après, il est effectivement temps, peut-être, de passer à autre chose. Vaste sujet, en effet!



Présentation

  • : Le blog de Daniel Fattore
  • Le blog de Daniel Fattore
  • : Notes de lectures, notes de musique, notes sur l'air du temps qui passe. Bienvenue.
  • Contact

Les lectures maison

Pour commander mon recueil de nouvelles "Le Noeud de l'intrigue", cliquer sur la couverture ci-dessous:

partage photo gratuit

Pour commander mon mémoire de mastère en administration publique "Minorités linguistiques, où êtes-vous?", cliquer ici.

 

Recherche

 

 

"Parler avec exigence, c'est offrir à l'autre le meilleur de ce que peut un esprit."
Marc BONNANT.

 

 

"Nous devons être des indignés linguistiques!"
Abdou DIOUF.