Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 avril 2012 3 11 /04 /avril /2012 21:00

hebergeur imageEn choisissant l'époque (1950-1962) et en optant résolument pour un point de vue féminin, Michèle Perret, auteure du recueil de nouvelles "D'ocre et de cendres", s'assure un point de vue favorisé sur un certain épisode de l'histoire de France. Les récits proposés relatent certes des faits âgés de cinquante ans au moins, ils savent toucher aujourd'hui encore, parce que les situations conflictuelles font des victimes dont l'histoire conserve toute son actualité, même quelques lustres plus tard.

 

Treize nouvelles en lien avec la destinée féminine et avec l'Algérie: tel est donc le programme de "D'ocre et de cendre". L'auteur offre son regard sur des destinées singulières, en mettant l'accent sur des aspects féminins. Quand on est femme, il n'est pas évident d'être l'objet de mariages plus ou moins arrangés; il est bel et bien question de cela dans ce recueil de nouvelles. A la veille de la décolonisation, l'auteur parvient ici à dépeindre une société qui a ses règles.pour ainsi dire figées: on se marie avec telle ou telle personne, et pas avec telle autre, en fonction de son rang social ou de son activité professionnelle. Et l'on croit sur parole des bonimeuteurs ou des soldats qui ne sont que de passage - quitte à attendre le prince charmant trop longtemps...

 

L'auteur laisse entendre par moments au lecteur superficiel que son univers est une bulle sans profondeur. Mais pour éviter cet ecueil, elle rappelle que l'Algérie française n'est pas que française, mais qu'elle constitue un creuset où se rencontrent (ou pas) Espagnols, Juifs et autres - sans oublier, bien sûr, les Français et les Arabes, chacun à leur place, les Arabes étant souvent assignés, dans les nouvelles de ce recueil, à des activités de nettoyage des vêtements. Une activité dont il est possible de faire son miel... que ce soit en tant que personnage (pour faire fortune) ou en qualité d'auteur, désireux de dépeindre un récit original.

 

Les premières nouvelles donnent au lecteur l'impression de découvrir une société où, finalement, chacun a sa place - Français, Algérien ou toute personne issue d'ailleurs. Dès lors, l'ambiance est celle que peut avoir, factuelle, la relation de destinées de femmes rêvant à l'amour ou à ce que celui-ci peut offrir en termes d'ascension sociale. Et progressivement, dans une démarche chronologique sans en avoir l'air, il est question des massacres parisiens, ou des pieds-noirs dont l'intégration n'a rien d'évident (le mot "pied-noir" lui-même n'intervient qu'en page 110 sur 110, à la toute fin du recueil, ce qui n'est pas innocent) - à ce moment de la lecture, on songe à l'air "Der Leiermann", qui boucle le cycle de Lieder "Die Winterreise" de Franz Schubert... ne serait-ce qu'en raison du personnage du mendiant incompris, mais riche d'un passé intéressant que personne ne veut connaître, mis en scène ici.  

 

Et alors que le début du livre revêt l'aspect de choses vues, le ton adopte progressivement celui de la confession, en usant entre autres de la première personne du singulier - quitte à brouiller un code implicite entre le lecteur et l'auteur. est-ce que le "je" de la narration, particulièrement présent en fin de récit, correspond à l'auteur? Il est possible de le croire, tant les derniers récits de "D'ocre et de cendre" sont précisément empreints de personnalité.

 

Sous les dehors discrets d'une langue littéraire standard, c'est donc une certaine société que l'auteur dépeint - une société mêlée disparue à jamais sous cette forme, ce qui implique une certaine nostalgie dans la narration. Reste que "D'ocre et de cendres" conserve ce je-ne-sais-quoi qui confère à tout texte parlant de cette époque et de ce contexte un goût particulier, difficile à imiter, fait d'ennui et de liaisons, mais aussi de règles sociales avec lesquelles il n'est pas toujours évident de composer... qu'on vive à Paris ou à Oran.

 

Michèle Perret, D'ocre et de cendres, Paris, L'Harmattan, 2012.

Merci à Agnès Chalnot et aux éditions L'Harmattan pour l'envoi.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Nadia M. 25/08/2013 19:06

Belle critique pour un livre méconnu.

DF 25/08/2013 20:55

... mais qui gagne à être connu! Je ne peux que vous le conseiller.
Merci de votre visite sur ce blog, Nadia!

michèle perret 24/04/2012 08:16

Mon site Harmattan est un peu figé et en plus, j'ai là un problème de mise en page que j'ai du mal à résoudre. Non, ce qui est très vivant, ce sont mes sites facebook : Michèle Perret, Michèle
Perret d'Ocre... que vous connaissez, Michèle Perret Terre du vent, Michèle Perret linguistique et Michèle Perret spécial copain (où je mets les livres qui m'ont intéressée et dont on parle peu).
Ouf ! Si d'autres que vous lisent ce commentaire, ils vont croire que j'ai la grosse tête !

Daniel Fattore 24/04/2012 22:51



C'est donc là que je vous suivrai, avec plaisir!



michèle perret 23/04/2012 09:24

Pas grand chose : Charlotte Lorrain dans Polemic.info et Mahia Alonso dans Nananews. Dur, dur d'être un auteur Harmattan ! En revanche, beaucoup de blogueurs reprennent votre commentaire.Merci et à
bientôt sur mon site.

Daniel Fattore 23/04/2012 22:28



Pas évident d'avoir des retours, je le conçois!
Votre site? Est-ce votre page sur le site de L'Harmattan, ou avez-vous développé votre site personnel? Merci de me l'indiquer, j'aurais plaisir à le visiter.



michèle perret 18/04/2012 15:37

C'est justement le fait que vous ne soyez pas un spécialiste, ce que l'on sent dans votre commentaire, qui m'a beaucoup touchée : il y avait une sincèrité que n'ont pas forcément ceux qui ont
beaucoup souffert à cette époque. Et pour moi, un test fort intéressant : qu'ai-je réussi à faire passer ?

Daniel Fattore 22/04/2012 22:25



Merci de votre réponse!
J'ai parmi mes relations une personne qui a vécu à Oran à cette période; j'y ai pensé en lisant vos nouvelles. Mais effectivement, c'est un monde que je découvre, une mentalité, une manière de
vivre.
Avez-vous eu d'autres avis provenant des blogueurs?



Alex-Mot-à-Mots 16/04/2012 09:52

Deux thèmes fort intéressants qui se mèlent dans ce livre.

Daniel Fattore 17/04/2012 22:24



... tout à fait - c'est un bon recueil de nouvelles, que je te recommande.



Présentation

  • : Le blog de Daniel Fattore
  • Le blog de Daniel Fattore
  • : Notes de lectures, notes de musique, notes sur l'air du temps qui passe. Bienvenue.
  • Contact

Les lectures maison

Pour commander mon recueil de nouvelles "Le Noeud de l'intrigue", cliquer sur la couverture ci-dessous:

partage photo gratuit

Pour commander mon mémoire de mastère en administration publique "Minorités linguistiques, où êtes-vous?", cliquer ici.

 

Recherche

 

 

"Parler avec exigence, c'est offrir à l'autre le meilleur de ce que peut un esprit."
Marc BONNANT.

 

 

"Nous devons être des indignés linguistiques!"
Abdou DIOUF.