Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 février 2016 6 06 /02 /février /2016 22:34

Butler SpacemanUn vaisseau spatial, douze invités malgré eux, et un couple à l'intérieur pour les attendre. Signe particulier: Monsieur est un extraterrestre. "Mr Spaceman" est un roman signé de l'écrivain américain Robert Olen Butler. Il mêle certains éléments classiques de la science-fiction et d'autres provenant des religions chrétiennes pour créer un récit moderne qui se déroule quelques heures avant la fin du deuxième millénaire.

 

Il n'est pas évident d'entrer dans ce roman dont l'idée est vite résumée: Desi, l'extraterrestre, doit annoncer aux Terriens qu'ils ne sont pas les seuls êtres vivants dans l'univers. Il en parle en primeur à un groupe de 12 personnes récupérées dans un casino en Alabama. Le lecteur comprend cela petit à petit... et se demande entre autres comment il a fait pour épouser une Terrienne et cacher à l'humanité son statut particulier d'être chétif au regard étrange, doté de huit doigts à chaque main et capable de lire les pensées.

 

L'auteur dresse le portrait de ce personnage, un portrait bien complet. Rédigé à la première personne, il tombe trop souvent dans le travers de l'introspection, transcrite en paragraphes compacts un peu ennuyeux à lire: que d'états d'âme! Pourtant, ce personnage, plein d'empathie, à l'écoute, désireux de s'intégrer au monde des Terriens (il y parviendra, de manière originale), a tout pour être sympathique aux yeux du lecteur. En plus, il forme avec sa bavarde épouse un couple très soudé et amoureux. Ce que soulignent des répliques éperdues.

 

Douze invités, un repas... l'image de la Sainte Cène s'impose à l'imaginaire du lecteur. Plaçant quelques personnages chrétiens parmi les convives, l'auteur entretient auprès de ses personnages une incertitude: l'extraterrestre Desi, venu dans sa soucoupe volante, est-il le nouveau Messie? Certains chapitres, en fin de roman, ont des allures de dernier repas du Christ, dénaturé par des questions annexes: allergies probables, choix de spécialités typiquement américaines mais apparemment pas fines, disputes pour s'asseoir à table, etc.

 

L'image du christianisme charrie du reste son lot d'idées classiques, montrant entre autres des personnages mystiques brindezingues, éventuellement victimes de parents à la foi pesante et intransigeante. Ce que révèlent des séquences où, par la pensée, les convives confient l'un après l'autre leur histoire à Desi: parcours de foi, condition noire, homosexualité inavouable, etc. Est-ce indispensable à la révélation? Le lecteur ne comprend pas tout à fait ce que ces séquences apportent au roman.

 

On peine donc, et c'est dommage, à voir d'emblée où va "Mr Spaceman", un roman qui mêle religion, extraterrestres et regard critique sur la société de consommation. Cela, d'autant plus que l'écriture s'avère lente, à peine marquée par la citation de slogans signalés par des majuscules à tous les mots.

 

Robert Olen Butler, Mr Spaceman, Paris, Rivages, 2003, traduction de l'anglais par Isabelle Reinharez.

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de Daniel Fattore
  • Le blog de Daniel Fattore
  • : Notes de lectures, notes de musique, notes sur l'air du temps qui passe. Bienvenue.
  • Contact

Les lectures maison

Pour commander mon recueil de nouvelles "Le Noeud de l'intrigue", cliquer sur la couverture ci-dessous:

partage photo gratuit

Pour commander mon mémoire de mastère en administration publique "Minorités linguistiques, où êtes-vous?", cliquer ici.

 

Recherche

 

 

"Parler avec exigence, c'est offrir à l'autre le meilleur de ce que peut un esprit."
Marc BONNANT.

 

 

"Nous devons être des indignés linguistiques!"
Abdou DIOUF.