Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 avril 2016 2 26 /04 /avril /2016 20:26

SalonCap sur Genève en cette fin de semaine: le canton de Fribourg et sa Bibliothèque cantonale et universitaire auront un stand sur le Salon du Livre et de la presse, organisé du 27 avril au 1er mai 2016. Au programme: une exposition intitulée "Fribourg vue par les écrivains", sous la férule de l'écrivain Michel Dousse et de l'illustrateur Claudio Fedrigo. Cela, à l'occasion d'une nouvelle publication sur le sujet, signée de leur main.

 

La Société fribourgeoise des écrivains sera de la partie, les 29 et 30 avril: on nous a réservé une table pour des dédicaces. Pour la société, c'est une première. Seront présents: Françoise Kern, Alain-Jacques Tornare, Raphaël Meneghelli et votre serviteur, en qualité de président, pour le vendredi; et, le samedi, Claude Maier, Ana Cardinaux-Pires, Ketsia Sâad, Katja Lasan et Marie Brulhart. Le plan détaillé des présences se trouve ici.

 

D'autres auteurs de la Société fribourgeoise des écrivains seront présents aussi au Salon du Livre de Genève, durant le week-end, sur d'autres stands. Je pense à Jean-François Haas, Michel Simonet, Lia Rosso ou Danielle Risse - et n'espère avoir oublié personne. Alain Cébius, candidat, sera là aussi! Je vous laisse les retrouver sur leurs stands respectifs.

 

Si vous êtes de passage au Salon du Livre, n'hésitez pas à venir nous saluer! Le canton de Fribourg, la Société fribourgeoise des écrivains et ses membres vous recevront avec plaisir, sur le stand des Fribourgeois ou ailleurs sur le salon. Bonne visite!

 

Référence: Fribourg vu par les écrivains. Anthologie XVIIIe - XXIe s., publication établie par Michel Dousse et Claudio Fedrigo, 260 ill. (105 portraits d'écrivains), BCU Fribourg - Editions de l'Aire, 2015, 380 p.

 

Illustration: photo officielle du Salon du Livre 2015.

Repost 0
Publié par Daniel Fattore - dans Littératures
commenter cet article
16 novembre 2015 1 16 /11 /novembre /2015 22:09

hebergement d'imageDeuxième édition du Salon du livre romand: c'est ce week-end à Espace Gruyère, à Bulle! Organisatrice de la manifestation, Marilyn Stellini (dont j'évoquais le premier roman, "Au-delà de la raison", il y a peu) promet de nouvelles animations: contes, concours de nouvelles - et aussi la présence d'environ 80 écrivains de Suisse romande et (un peu) d'ailleurs. Quelques éditeurs seront présents, fribourgeois ou non, de même que des sociétés d'auteurs telles que la Société fribourgeoise des écrivains ou l'Association vaudoise des écrivains.

 

J'y signerai aussi mon inamovible "Noeud de l'intrigue", sur le stand de la Société fribourgeoise des écrivains, qui verra passer environ 18 écrivains du canton de Fribourg et organisera quelques animations: une dictée ludique français-patois le samedi après-midi de 14 heures à 15 heures sous la férule de Daniel Bovigny et Alain-Jacques Tornare, une conférence par l'historien Alain-Jacques Tornare le dimanche à 14 heures 30, de l'écriture en direct...

 

L'entrée est libre; amis des livres, n'hésitez pas à passer nous voir!

 

Horaires: samedi de 9h30 à 17h30, dimanche de 10h à 17h. Entrée libre. Toutes les informations détaillées sont disponibles sur le site de la manifestation.

Repost 0
Publié par Daniel Fattore - dans Littératures
commenter cet article
7 septembre 2015 1 07 /09 /septembre /2015 20:12

Mosquit CoinMosquit 18Une lecture publique assortie de musiques, ça vous tente? Sous l'égide de la Société fribourgeoise des écrivains, le nouvelliste, chroniqueur et romancier Hervé Mosquit lira des extraits de ses oeuvres vendredi 11 septembre 2015 à 20 heures à la Salle de la Tuffière à Corpataux, au coeur du canton de Fribourg (Suisse). Ses textes sont le reflet d'une existence bien remplie d'enseignant et de voyageur, et lui ont valu le Prix littéraire de la Ville de Gruyères en 2014 (nouvelle primée à découvrir ici). Ils mettent volontiers en scène des gens ordinaires, placés face à l'angoisse, et invitent à réfléchir.

Comme à l'accoutumée, il y aura un accompagnement musical, assuré par le musicien
Epheire, alias Frédéric Rody - qui va publier un CD au mois de novembre et oscille entre les voies du classique et du rock.

 

Bienvenue à toute personne intéressée à ces découvertes, d'autant plus que l'entrée est libre!

Repost 0
Publié par Daniel Fattore - dans Littératures
commenter cet article
12 février 2015 4 12 /02 /février /2015 20:45

hebergement d'imageA vos agendas: la Société Fribourgeoise des Ecrivains organise une causerie donnée par le philosophe François Gachoud. Particulièrement de circonstance à la veille du Carême, son thème sera "La Résurrection est-elle pensable?". Elle aura lieu mardi 17 février 2015 à 20h30 à Fribourg, à l'espace Le Phénix. La réflexion partira de son dernier ouvrage, "Comment penser la Résurrection?"

 

François Gachoud est un enseignant et un philosophe. Après avoir publié "Maurice Clavel, du glaive à la foi", un ouvrage qui fait autorité encore aujourd'hui, il a écrit plusieurs essais sur la philosophie, l'athéisme, la spiritualité et la montagne. Ses articles se retrouvent par ailleurs dans la presse romande, en particulier dans "La Gruyère". Il est également animateur de forums philosophiques.

 

Pour voir l'affiche de la soirée.

Repost 0
Publié par Daniel Fattore - dans Littératures
commenter cet article
4 février 2015 3 04 /02 /février /2015 21:52

hebergement d'imageJ'écris de la poésie à mes trop rares moments perdus, et n'ai pas encore tout à fait perdu espoir de vous proposer un jour un recueil, amis visiteurs de ce blog. Dans cette activité, je me suis pas mal frotté au bon vieux genre du sonnet classique, commis en alexandrins. Genre canonique, c'est pour moi l'occasion de faire mes gammes dans une manière d'écriture exigeante: la versification classique. Quelques lecteurs et auditeurs ont aimé... affaire à suivre!

 

... et ce soir, pour une circonstance particulière, il m'a fallu écrire un nouveau poème. J'ai ressorti mon cahier de poésies, mon recueil des "règles élémentaires de prosodie" signé Claude Seydoux (merci à lui!) et fait voltiger quelques papiers. C'est là que je suis retombé sur les éléments formels qui définissent le sonnet lozérien. Une variante signée Léon Bourrier - un poète qui n'a pas encore eu les honneurs de mes dimanches poétiques, mais ça ne saurait tarder...

 

Le sonnet lozérien, c'est assez simple sur le papier: quatorze vers, deux rimes (A et B), et une alternance rigoureuse de vers de 6 et 12 syllabes.

 

Vu de loin, je me suis dit que la difficulté résiderait dans la recherche de rimes suffisamment passe-partout (suffisantes à tout le moins) pour assurer sept bouts de vers de qualité suffisante. C'est un défi en soi: quel poète accepterait, avant même de prendre sa plume, de rimer de manière passe-partout? Il est vrai qu'il faut aussi que ces rimes soient assez intéressantes pour fonctionner sans lasser.

 

Et là, je me suis plongé dans cette forme. J'ai posé mes rimes dès le départ... et sans le savoir, c'est dans un stupéfiant parcours de montagnes russes que je me suis lancé! Woah! Alors certes, un vers sur deux est un alexandrin, et le rythme m'en est familier. C'est déjà très synthétique... mais quid des vers à six syllabes? Leur brièveté oblige à trouver à chaque fois quelque chose qui claque comme une chute. La brièveté du vers peut être un avantage, dans la mesure où elle le rend malléable, déplaçable à merci; mais l'essentiel est qu'elle impulse au poème une vitesse inédite, une musique de l'urgence - au moins sur un vers sur deux. Enfin, l'alternance conjuguée des deux rimes et des vers courts et longs impulse une danse particulière, une motorique comme qui dirait, aux phrases.

 

Du coup, on fiche des points d'exclamation un peu partout! Et tant qu'à faire, je me suis amusé à utiliser quelques mots modernes, en phase avec la relative nouveauté de cette forme fixe: Léon Bourrier, son inventeur, vit encore. Enfin, j'espère que l'exercice fut convenable!

Repost 0
Publié par Daniel Fattore - dans Littératures
commenter cet article
21 novembre 2014 5 21 /11 /novembre /2014 21:25

partage photo gratuitUn Salon du Livre Romand? C'est ce qui va se passer dès demain 9h00/9h30 à Espace Gruyère à Bulle. C'est à l'écrivaine et éditrice Marilyn Stellini que nous devons cette heureuse initiative, qui vient combler une lacune: mis à part les grand-messes de Genève, de Morges et du Locle (voire Gruyères, dans un registre différent), et quelques événements prometteurs et neufs tels que le Salon d'Auvernier (organisé par l'AENJ) et celui du Grand-Saconnex, consacré à la petite édition, les salons du livre sont relativement peu nombreux en Suisse romande.

 

Qu'en est-il? Le Salon du livre romand accueille, samedi et dimanche 22 et 23 novembre 2014, plus de 65 écrivains sur une bonne dizaine de stands tenus par des éditeurs et des associations d'écrivains (SFE, AVE), voire des auteurs individuels tels que Pierrick Destraz, fils de Henri Dès. L'événement prévoit aussi des lectures et causeries sans interruption. Tout est prévu pour discuter avec les auteurs, même des chaises...

 

La Société fribourgeoise des écrivains sera présente en force, avec plus d'une quinzaine de ses membres. Ceux-ci dédicaceront leurs oeuvres sur leur stand, à gauche en entrant (vous ne pourrez pas nous louper! Notre programme détaillé est ici). En outre, Marie-Christine Buffat, Claude Maier, Alain-Jacques Tornare et François Gachoud auront des animations à eux: lectures, causeries, chasse au trésor. Enfin, c'est Tiffany Schneuwly qui s'occupe du Speed Booking - une formule qui permet de rapprocher auteurs et éditeurs à la manière d'un Speed Dating. Enfin, Votre serviteur hantera également les lieux... bienvenue, venez nombreux!

Repost 0
Publié par Daniel Fattore - dans Littératures
commenter cet article
9 juillet 2014 3 09 /07 /juillet /2014 19:48

hebergeur imageIl y a environ deux ans, je vous faisais part de mes états d'âme au sujet de la gestion de ma pile à lire, qui représente encore et toujours un défi logistique puisqu'elle se compose de 500 livres environ. J'en étais resté : une pile à lire généraliste qui ressemble à Manhattan avant le 11 septembre 2001. Les piles à lire spécialisées se sont constituées comme suit:

 

  • Pile à lire d'écrivains fribourgeois membres de la Société fribourgeoise des écrivains.
  • Pile à lire des amis proches qui écrivent, en particulier ancrés à Saint-Etienne
  • Pile à lire des urgences, partenariats, services de presse, travaux pour "La Liberté", etc.

 

Voici quelques considérations basées sur l'expérience.

 

  • Concernant la pile à lire généraliste, j'ai l'impression qu'elle ne rétrécit guère, mais que sa croissance est à peu près jugulée - il y a un roulement. C'est ici que je pioche une lecture si j'ai un peu de temps entre deux autres lectures plus urgentes ou pertinentes. Bref, elle remplit son rôle de lieu de stockage des lectures à venir. Sans doute l'avez-vous senti lorsque vous êtes passé sur ce blog: il m'arrive de vous parler de vieux trucs, ou de livres dont tout le monde a parlé avant moi. Ceux-ci viennent de là - et le brassage résultant de mon dernier rangement déploie pleinement ses effets. C'est là aussi que je pioche mes participations aux défis auxquels je participe: Premier roman (je vous y convie!) et Thrillers et polars (foncez!) Malheureusement, il ne s'y trouve plus rien pour le Défi des Mille (je vous y convie aussi!): le livre le plus épais de cette pile est, je crois, "Là où les tigres sont chez eux" de Jean-Marie Blas de Roblès. Le nombre de pavés suffisamment costauds pour répondre aux critères du défi Pavé de l'été (un must!) de Brize sont d'ailleurs peu nombreux.
  • La pile à lire des urgences fonctionne comme telle: elle bénéficie d'une priorité certaine, elle est petite et la rotation en est rapide. J'arrive à la gérer au jour le jour, en rédigeant des billets de blog pour les partenariats ou des piges pour la presse. Quoi qu'il en soit, amis lecteurs de ce blog, elle vous réserve encore quelques surprises d'actualité, en bonne partie dans le domaine suisse. Vous êtes prévenus!
  • La pile à lire des auteurs membres de la Société fribourgeoise des écrivains répond à un critère particulier. Je préside en effet ladite société; dès lors, j'essaie de lire les ouvrages des écrivains en fonction d'une actualité dont la SFE est l'instigatrice. Par exemple, je lirai le livre d'un auteur qui va faire une lecture organisée par nos soins environ dix jours avant l'événement, en annonçant dûment celui-ci. Naturellement, chacune et chacun est invité à y participer... Et puis, d'une manière générale, il est toujours bon, intéressant, captivant même, de savoir ce que font les membres de la société.
  • La pile à lire de la rentrée littéraire remplit son office à un rythme annuel. A l'échéance du défi Rentrée littéraire, son reliquat intègre sagement la pile à lire généraliste: au bout de quelques mois, on se sent dispensé de se forcer à lire ce qui a paru l'automne précédent. Il convient toutefois de signaler que certains ouvrages arrivent sur la pile des urgences sans passer par la pile de la rentrée littéraire, parce qu'ils répondent aux critères de celle-ci: un article en vue.
  • Enfin, la pile à lire des amis et des proches est peut-être celle qui a le moins bien atteint son objectif. L'idée était louable, au début: mettre de côté les livres des personnes pour lesquelles j'éprouve un attachement particulier, afin de leur donner une certaine priorité. Mais voilà: mon réflexe est d'aller piocher dans la pile à lire généraliste, ce qui fait que j'oublie cette petite pile des amis. Cela, à moins que je ne prévoie un voyage à Saint-Etienne, cité qui pourvoit tout particulièrement à cette pile. La honte!

Il sera dès lors plus égalitaire de remettre les ouvrages de cette dernière section dans la pile à lire généraliste, afin que j'y pense mieux. Et concernant la grosse pile, il conviendrait peut-être d'égaliser certains tas, afin d'éviter un effondrement et, surtout, de faciliter le déplacement des tables gigognes qui supportent ces quelque 500 livres. Je vais m'y mettre illico.

 

Devoir ludique, juste pour le plaisir: sur la photo qui illustre le présent billet, arrivez-vous à reconnaître l'un ou l'autre livre? Indiquez son titre et son auteur en commentaire... Il est permis de zoomer. Les titres des livres de la bibliothèque sont aussi admis.

Repost 0
Publié par Daniel Fattore - dans Littératures
commenter cet article
8 mai 2014 4 08 /05 /mai /2014 22:07

hebergeur imageUne déferlante de livres, mais aussi et surtout de rencontres: tel est mon souvenir du Salon du Livre de Genève, dont la cuvée 2014 s'est tenue en fin de semaine dernière. Au final, ce fut pour moi une année heureuse, et c'est peu de le dire, à plus d'un égard.

 

Il y a d'abord eu les débats du mercredi - trois débats que j'ai eu le bonheur d'animer. J'ai eu l'occasion de rencontrer une demi-douzaine d'auteurs qui ont présenté et défendu autant de manières de donner corps à la littérature, à la façon de faire vivre une histoire. Ainsi y eut-il la faconde d'un Yves Laplace, prompt à développer sa stratégie littéraire, placé face à un écrivain moins disert et plus secret, Baptiste Naito, mais qui fait montre dans son activité d'auteur d'un sérieux indéniable. Ou l'énergie pétillante et électrique du débat tenu entre Rachel Zufferey, Nadine Richon et Sonia Baechler - sans oublier le portrait littéraire de Thomas Sandoz. Ces débats m'ont occupé le mercredi... et ont, je l'espère suscité des envies de lecture chez les auditeurs présents.

 

Le samedi a été, comme toujours, la journée des dictées, synonyme de course à travers les stands d'un Salon qui assume de mieux en mieux son côté suisse, mais régresse dès lors qu'il est question de la presse. Ce millésime aura donc été marqué par l'absence de la traditionnelle dictée de la Tribune de Genève. Sa rédactrice habituelle, Evelyne Jaques, n'a pas manqué de signaler qu'elle se sentait orpheline de cette dictée, sacrifiée sur l'autel du rendement.

 

Dès lors, il est resté la dictée de Darius Rochebin, orchestrée par L'Hebdo. Avec deux fautes, j'ai réussi à me hisser à la seconde place, derrière Guy Deschamps qui, pour le coup, a signé une dictée sans aucune erreur... et devant Benoît Delafontaine, suite à un tirage au sort. Il y aurait quelque chose à dire sur les ressorts du texte de la dictée, et je pourrais avoir envie d'en parler ici même; reste qu'environ 90 candidats se sont prêtés au jeu.

 

L'autre dictée n'était rien de moins que le championnat suisse d'orthographe, organisé comme d'habitude par les habituels compères Francis Klotz, Michel Rothen et Pierre Mayoraz. Il s'agissait d'une demi-finale, ce qui réduisait l'enjeu. On relèvera la présence de quelques membres du club d'orthographe de Grenoble, ainsi qu'un certain nombre de familiers. Reste à constater que j'ai dû faire quatre fautes environ, dont trois relatives aux majuscules. Je sais désormais où se trouve mon talon d'Achille!

 

Ce salon fut aussi celui de nombreuses rencontres lumineuses et passionnantes, avec des personnes, des écrivains et des éditeurs - je garde en mémoire Natalie Sbaï, et aussi Olivier Gay ou Paule Mangeat, et présente d'emblée mes excuses à celles et ceux que j'ai oubliés ou omis ici. Il y eut des discussions sans fin, mais non sans bonheur! Je me réjouis de la suite, et souhaite bon vent à celles et à ceux que j'ai salués lors de ce Salon du Livre.

 

Les écrivains rencontrés, et commentés dans ce billet:

 

Sonia Baechler, Minutes d'éternité

Olivier Gay, Les talons hauts rapprochent les filles du ciel

Yves Laplace, Fils de perdition

Paule Mangeat, Sismondi m'était contée

Nadine Richon, Crois-moi, je mens

Thomas Sandoz, Malenfance

Rachel Zufferey, La Pupille de Sutherland

Repost 0
Publié par Daniel Fattore - dans Littératures
commenter cet article
1 décembre 2013 7 01 /12 /décembre /2013 20:58

hebergeur imageDécembre, c'est la saison des cadeaux de Noël - et, partant, des dédicaces. Je viens de boucler un joli week-end à Aigle (canton de Vaud), qui a permis à une demi-douzaine d'exemplaires du "Noeud de l'intrigue" de trouver de nouveaux lecteurs, malgré le froid mordant. Sur le stand des éditions La Plume noire, j'ai pas mal papoté avec Laurent Coos, éditeur, et ai fait la connaissance du poète et musicien vaudois Christophe Grau.

 

Je remettrai ça tout le week-end prochain (7 et 8 décembre) à Moudon (canton de Vaud toujours), à la Grande salle de la Douane, où se tiendra un nouveau marché de Noël. C'est tout public, donc bienvenue! J'y dédicacerai mon recueil de nouvelles "Le Noeud de l'intrigue" sur le stand des éditions La Plume noire. Seront également présents Christophe Grau, Fabien Feissli (il en était question ici), Laurent Coos et Phedrashine. N'hésitez pas à venir nous faire coucou... et à goûter à nos ouvrages.

 

Pour avoir votre exemplaire du "Noeud de l'intrigue", il vous suffit de cliquer sur l'illustration de ce billet. Les liens sur les noms des auteurs vous propulsent directement vers leurs oeuvres - si le coeur vous en dit...

Repost 0
7 novembre 2013 4 07 /11 /novembre /2013 21:45

Laurent Coos, patron des éditions La Plume Noire, vient de faire un petit film promotionnel pour sa maison d'édition. Les couvertures des auteurs maison y apparaissent - je relève, parmi les plus proches, Phedrashine, Fabien Feissli, Didier Leuenberger, Bruno Chiron, Noann Lyne. Cela, sans oublier la revue littéraire de l'éditeur... Voici le film:

 

J'en profite pour mentionner que mon recueil de nouvelles, "Le Noeud de l'intrigue", est toujours disponible. Pour vous faire envie, je signale quelques critiques: celles de Didi (la dernière), Mélusine, Tulisquoi, Noann Lyne, Liliba, Alex, Mido...

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de Daniel Fattore
  • Le blog de Daniel Fattore
  • : Notes de lectures, notes de musique, notes sur l'air du temps qui passe. Bienvenue.
  • Contact

Les lectures maison

Pour commander mon recueil de nouvelles "Le Noeud de l'intrigue", cliquer sur la couverture ci-dessous:

partage photo gratuit

Pour commander mon mémoire de mastère en administration publique "Minorités linguistiques, où êtes-vous?", cliquer ici.

 

Recherche

 

 

"Parler avec exigence, c'est offrir à l'autre le meilleur de ce que peut un esprit."
Marc BONNANT.

 

 

"Nous devons être des indignés linguistiques!"
Abdou DIOUF.