Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 juin 2013 2 18 /06 /juin /2013 21:27

hebergeur imageLu par Blablabla mia, Blue Moon, Bulles de livres, Caroline, Emily, Heclea, Laurent, Lucie, Marie-Claire, Ptit Blog, Steph.

Le site de l'auteur.

 

Avec "Grands Boulevards", son quatrième roman, Tonie Behar acclimate à Paris le genre américain de la comédie romantique, dont le principe est de savoir comment deux personnages donnés vont finir dans les bras l'un de l'autre. Et elle y parvient avec succès, après une intrigue pétillante et riche en rebondissements divers.

 

De manière classique, l'auteur commence par libérer le coeur de son personnage principal, Doria, de l'encombrement d'une relation amoureuse. Désormais célibataire, donc supposément libre, elle doit se dépêtrer avec d'autres chaînes: un compte en banque en découvert chronique, l'absence d'un métier qui lui permette de vivre régulièrement, un logement qui n'est pas le sien mais celui de son père, le viveur Max. Bref, Doria est une pré-trentenaire qui se cherche et finit par se trouver, sur tous les plans - une évolution et un personnage typiques du genre de la chick lit.

 

Autour d'elle, et c'est l'une des forces majeures de ce roman, l'auteur crée tout un univers vibrionnant, campé de manière réaliste. Côté décors, il y a les Grands Boulevards bien sûr, dont le lecteur parisien ou parisophile reconnaîtra quelques recoins: le 19 bis du boulevard Montmartre de la fiction a peut-être pour modèle le véritable numéro 19 du (vrai) boulevard Montmartre, avec ses deux boutiques en devanture. Quant aux bars et établissements publics, certains paraissent bien réels (le "Silencio Club"), ou portent des enseignes bien connues ("Indiana Café"), qu'on retrouve effectivement sur le boulevard. Le lecteur relèvera aussi que l'auteur aime parler des lieux et de leur histoire, et se montre généreuse en anecdotes parfois croustillantes ou liées à l'actualité (sens unique ou double sens sur les Grands Boulevards?).

 

Les personnages de ce roman, attachants, participent aussi à la vitalité de cet univers. Ce sont certes les personnages d'un milieu urbain cossu, généralement actifs comme indépendants dans des domaines tendance comme le design, la finance ou, de manière plus atypique, la tenue d'un bar ou d'une échoppe d'accessoires sexy pour dames. C'est par là, entre autres, que l'auteur introduit les éléments coquins, parfois franchement olé olé, qui jalonnent le roman: oui, un vibromasseur peut devenir une arme redoutable! Oui, un bébé peut connaître des émotions contrastées face à un anneau vibrant!...

 

Avec ces éléments d'un certain tissu urbain, l'auteur crée une ambiance toute villageoise: tout le monde se connaît, chacun a ses petits mystères et ses rognes, chacun peut guigner à travers les fenêtres des autres, mais face à l'adversité, tout le monde se serre les coudes. Et justement, l'adversité va servir de fil rouge à tout le roman, sous la forme de la vente à la découpe de l'immeuble par la banque qui en est propriétaire - un clin d'oeil avoué de l'auteur à sa propre banque, la Société générale.

 

Les intrigues se suivent sans se ressembler dans ce récit qui, certes parfois légèrement trop descriptif par moments au début, finit par trouver rapidement un rythme de croisière qui fait qu'on ne le lâche plus. Narrées sur un ton léger et résolument moderne, certaines scènes sont franchement cocasses, d'autres mériteraient d'être reprises au cinéma! Cupidon est donc lâché sur les Grands Boulevards, et selon l'expression consacrée, dans ce roman comme ailleurs en France, "tout finit par des chansons" - ne serait-ce que grâce à Sacha Bellamy, "le sex-toy chantant", auquel l'auteur donne le dernier mot: "Parce que c'est là que tout a commencé pour moi, sur les grands boulevards".

 

Tonie Behar, Grands Boulevards, Paris, JC Lattès, 2013.

 

Merci à Babelio et aux éditions Lattès pour l'envoi en partenariat!

 

tous les livres sur Babelio.com

Partager cet article

Repost 0

commentaires

microsoft outlook 2010 support 04/07/2014 13:45

I have read the translated version of Grands boulevards and I liked it pretty much. The book may not seem very interesting at the beginning, but as the story progresses, the tale becomes more interesting. Thanks a lot for sharing.

clara 23/06/2013 08:24

un livre divertissant et l'agréable surprise est l'écriture de Tonie Behar !

DF 24/06/2013 21:35

En effet! Son écriture est fraîche et rythmée, c'est une jolie surprise!

Karine:) 22/06/2013 15:58

J'avais bien aimé le roman que j'ai lu de l'auteur. Du coup, avec paris en arrirère plan, je suis doublement tentée!

DF 24/06/2013 21:35

Alors là, tu seras servie, en effet! Il y a même quelques courts passages, bien documentés, sur des pans méconnus mais captivants de l'histoire des Grands boulevards.

Présentation

  • : Le blog de Daniel Fattore
  • Le blog de Daniel Fattore
  • : Notes de lectures, notes de musique, notes sur l'air du temps qui passe. Bienvenue.
  • Contact

Les lectures maison

Pour commander mon recueil de nouvelles "Le Noeud de l'intrigue", cliquer sur la couverture ci-dessous:

partage photo gratuit

Pour commander mon mémoire de mastère en administration publique "Minorités linguistiques, où êtes-vous?", cliquer ici.

 

Recherche

 

 

"Parler avec exigence, c'est offrir à l'autre le meilleur de ce que peut un esprit."
Marc BONNANT.

 

 

"Nous devons être des indignés linguistiques!"
Abdou DIOUF.