Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 juillet 2013 6 13 /07 /juillet /2013 18:06

hebergeur imageLu dans le cadre du défi "Thrillers".

 

Un roman écrit à quinze mains, avouez que ça sort de l'ordinaire. En plus c'est un roman policier irlandais. "Meurtres exquis" est le fruit d'une idée de Joseph O'Connor, concrétisée par une imposante brochette d'auteurs irlandais à la manière d'un cadavre exquis. L'exercice est délirant, mais il laisse aussi voir certaines de ses limites...

 

"A vrai dire, l'enquête est plutôt chaotique", promet le prière d'insérer de ce livre, publié au profit d'Amnesty International. Et il est vrai que le début de ce roman est pour le moins foutraque, chacun des premiers chapitres faisant figure de prolongement de l'exposition. L'avantage, certes, c'est qu'on se retrouve face à une galerie de personnages hauts en couleur, tous plus pourris et corrompus les uns que les autres (y compris les flics). L'inconvénient, c'est que le lecteur a l'impression peu agréable que ça part dans tous les sens - d'autant plus que tous les personnages mis en scène meurent les uns après les autres. Et au fond, de quoi s'agit-il? Est-il question d'un manuscrit inédit et inestimable de James Joyce? D'une recette de vieillissement artificiel du papier? D'une crème contre le vieillissement? Articulées autour d'une mystérieuse formule (Y8S =+! - comprenne qui peut!), ces pistes sont inégalement exploitées tout au long du roman, qui pourra apparaître comme un brin décousu.

 

Le lecteur qui surmonte cette impression bizarre aura l'occasion de découvrir de belles trouvailles bourrées d'humour complètement barjot et quelques pages olé olé pour faire bon poids. On ne saura par exemple jamais si l'agent de police Greer a effectivement été défloré par l'imposante ministre de la justice: Greer était bourré et au petit matin, la ministre est morte d'un pet de travers... Ce qu'on sait en revanche, c'est que la même nuit, rouquin minable qui rêvait d'être noir a fini par lui faire subir les ultimes outrages.

 

Le style est certes celui de la traductrice, Arlette O'Hara, et l'on aurait aimé parfois que les auteurs soient différenciés de façon plus claire; cela dit, son travail ne masque pas complètement les différences d'approche de chaque auteur, ce qui marque agréablement le rythme de lecture: tel chapitre, donc tel auteur, se concentre sur un personnage, tel autre les fait progresser successivement, chacun poussant son bout d'histoire, jusqu'à l'ultime, signé Frank McCourt, qui parvient finalement à relier tous les fils d'une intrigue complexe.

 

Par-delà l'action, les allusions à la littérature irlandaise sont innombrables, qu'elles passent par l'action ou par les noms des personnages (Bloom, Blixen); celles-ci seront pleinement accessibles aux inconditionnels, dont je ne suis malheureusement pas...

 

"Meurtres exquis" est, en définitive, un roman policier foutraque et bordélique, joyeusement, quitte à dépasser les limites et à désarçonner le lecteur, mais qui réserve quelques instants de pure hilarité et de délire débridé.

 

Collectif, Meurtres exquis, Paris, NiL, 2002, traduction d'Arlette O'Hara.

 

A noter la couverture "à la Magritte" de Bruno Bruni.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

assassin 09/01/2014 14:55

Voilà qui est peu commun de rassembler 15 auteurs pour écrire un seul ouvrage...et même si je conçois que sa lecture peut être un peu chaotique, cela a titillé ma curiosité.

DF 11/01/2014 18:33

Je vous en souhaite une bonne lecture! C'est effectivement atypique, pour le moins.

Eddie 08/08/2013 15:56

Bonjour, nouveau concept d'exposition sur le web www.icidexpos.com bonne visite amicalement Eddie.

DF 11/01/2014 18:33

Merci pour l'information!

Liliba 17/07/2013 11:46

Rhoooo ça me plait, ça !!!

DF 18/07/2013 22:46

Fonce, alors! Mais je te préviens: c'est déglingué à souhait, et il faut quand même un moment pour que l'intrigue soit bien installée.

Alex-Mot-à-Mots 14/07/2013 08:17

Et puis en soutient à Amnesty, c'est un incontournable.

DF 16/07/2013 22:30

... je ne sais pas si aujourd'hui encore, c'est-à-dire onze ans après, Amnesty touche quelque chose sur les ventes; mais ne serait-ce que du point de vue de l'expérience littéraire, ce livre vaut le coup d'oeil. Je t'en souhaite une bonne lecture!

Présentation

  • : Le blog de Daniel Fattore
  • Le blog de Daniel Fattore
  • : Notes de lectures, notes de musique, notes sur l'air du temps qui passe. Bienvenue.
  • Contact

Les lectures maison

Pour commander mon recueil de nouvelles "Le Noeud de l'intrigue", cliquer sur la couverture ci-dessous:

partage photo gratuit

Pour commander mon mémoire de mastère en administration publique "Minorités linguistiques, où êtes-vous?", cliquer ici.

 

Recherche

 

 

"Parler avec exigence, c'est offrir à l'autre le meilleur de ce que peut un esprit."
Marc BONNANT.

 

 

"Nous devons être des indignés linguistiques!"
Abdou DIOUF.