Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 mai 2013 1 20 /05 /mai /2013 19:38

hebergeur imageLu par Café Powell, Choupynette, Clara, Cultur'elle, Cunéipage, Elodie, Enlivrons-nous, La Pause Librairie, La Ruelle bleue, Reading In The Rain.

Billet écrit en partenariat avec les éditions Rue Fromentin, que je remercie pour l'envoi.

Le site de l'auteur: J. Courtney Sullivan.

 

"Après tout, elle venait d'une famille d'ivrognes, de handicapés émotionnels, aigris par la rancune.": glanée à la page 238 de "Maine", cette phrase résume à merveille les 454 pages de ce roman, le deuxième de l'écrivaine américaine Julie Courtney Sullivan, qui vient de paraître aux éditions Rue Fromentin dans une traduction en français signée Camille Lavacourt. Ce long voyage dans le Maine est aussi la peinture des relations houleuses qu'entretiennent quatre femmes, de trois générations, liées entre elles par les liens familiaux. Cyclique, le roman change de point de vue à chaque chapitre, dans un ordre immuable.

 

Il me faut relever avant tout, non sans les nuancer, les qualités de ce roman, pour commencer. C'est en effet un vrai tour de force romanesque que de créer des personnages aussi finement creusés et observés, et d'observer les caractères qui se frottent et les vannes qui fusent, autour d'une maison qui finit par constituer une pomme de discorde parmi d'autres. D'une manière générale, du reste, la force de ce roman réside dans l'observation des êtres humains, et en particulier des personnages féminins, les hommes étant relégués dans des rôles périphériques par forcément valorisants: un futur père immature, un hippie vieillissant, un jeune homme bon à rien... Cette attention sur les personnages fait aussi passer le décor au second plan, alors que le titre du roman suggère que l'auteur va aussi offrir une vision du Maine, cet Etat américain rendu célèbre par Stephen King. On retiendra toutefois la saisissante description du dramatique incendie du Cocoanut Grove, une boîte de nuit de Boston: c'est réellement arrivé (pour en savoir plus, c'est ici). Et dans le roman, cet épisode fait figure d'instant clé.

 

Pourtant, il n'est pas évident d'intéresser son lectorat à un tel sujet, et le récit n'y parvient pas tout à fait. C'est peut-être dû à une mise en place assez longue (une centaine de pages pour le premier cycle de quatre chapitres), où le lecteur pourra avoir l'impression, plus d'une fois, d'assister aux petits soucis de riches, d'un intérêt contestable, d'une grande famille dans laquelle on peut facilement se perdre. Si le sujet de l'alcool est traité tout en nuances et fortement exploité, l'idée de la création de maisons de poupées paraît plutôt futile. Par ailleurs, le fait d'avoir gagné la maison dans un pari et l'idée du métier de l'élevage de vers (avec une description complaisant de leurs précieuses déjections, vendues comme engrais) tenu par l'une des femmes mises en scène et par son mari m'ont paru un poil "too much". Cela, à moins que l'auteur ne souhaite prêter à sourire.

 

Et c'est sans doute son intention, tant il est vrai que certaines scènes et trouvailles de ce roman, sans être hilarantes, ne sont pas dépourvues d'humour. Cet humour paraît toutefois assez paradoxal dans ce roman, qui se présente plutôt comme un drame familial. Peut-être est-il le résultat d'une volonté, de la part de l'auteur, d'alléger des ambiances volontiers lourdes et tendues, dans lesquelles l'alcool joue facilement un rôle catalyseur.

 

Il me faut donc bien reconnaître que je suis passé à côté de ce long roman, même si j'en reconnais les qualités littéraires... Sans doute attendais-je autre chose.

 

J. Courtney Sullivan, Maine, Paris, Rue Fromentin, 2013, traduction de Camille Lavacourt.

Partager cet article
Repost0

commentaires

http://seomysitepro.com 14/08/2014 13:43

Honestly, I was completely disappointed with the book. I’m a huge of this author. I was really pleased with his other works. So, I had set a certain expectation about this one. However, it was a big disappointment.

missbouquinaix 30/07/2013 14:27

Comme toi, je suis moins enthousiaste que les autres, même si je fais partie du lectorat féminin. En fait une partie de mon cerveau me disait que c'était sympa, mais l'autre me disait que c'était pas fracassant au niveau littéraire ...
Bref je galère un peu à écrire mon article, et je vais le conclure en disant que c'est très bien si on veut pas se prendre la tête pendant les vacances ... :)

DF 05/08/2013 20:48

Merci de ton message! Je m'en vais voir ton avis incessamment.

clara 22/05/2013 07:23

Comme l'Irrégulière, je pense que ce livre est destiné à un public féminin

DF 24/05/2013 22:55

Erreur d'aiguillage, alors? J'avoue avoir accepté ce partenariat sans trop me poser de question. Je ne le regrette pas, toutefois: cela m'aura fait découvrir une écriture dont je reconnais les qualités, même si la sensibilité n'est pas tout à fait la mienne. Homme, femme, dès lors... est-ce si important? :-)

Liliba 21/05/2013 22:13

Un drame drôle, étrange... mais pas pour moi, sans doute, même si j'aime beaucoup la couverture.

DF 21/05/2013 22:27

A titre personnel, je ne te le recommande pas vraiment; mais j'ai vu que de nombreux autres blogueuses et blogueurs ont un avis beaucoup plus enthousiaste que le mien, parfois fondé sur d'autres arguments et d'autres ressentis. A toi de voir?

L'Irrégulière 21/05/2013 12:19

En effet, tu es moins enthousiaste que beaucoup, mais comme je te l'ai dit, je soupçonne que ce soit plutôt destiné à un lectorat féminin !

DF 21/05/2013 22:29

Peut-être - je suis généralement ouvert à toutes sortes de proses, mais là, j'ai eu un peu de mal... enfin, d'autres lectures m'attendent! Et depuis, deux livres y sont déjà passés, pour mon plus grand bonheur.

Présentation

  • : Le blog de Daniel Fattore
  • : Notes de lectures, notes de musique, notes sur l'air du temps qui passe. Bienvenue.
  • Contact

Les lectures maison

Pour commander mon recueil de nouvelles "Le Noeud de l'intrigue", cliquer sur la couverture ci-dessous:

partage photo gratuit

Pour commander mon mémoire de mastère en administration publique "Minorités linguistiques, où êtes-vous?", cliquer ici.

 

Recherche

 

 

"Parler avec exigence, c'est offrir à l'autre le meilleur de ce que peut un esprit."
Marc BONNANT.

 

 

"Nous devons être des indignés linguistiques!"
Abdou DIOUF.