Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 février 2010 7 07 /02 /février /2010 20:31

Importante manifestation dans le landerneau des amateurs de dictée, hier après-midi: Nivelles, Orsay et Genève se sont mises au diapason pour proposer la même dictée, à la même heure, à leurs publics locaux respectifs, dans le cadre de la Dictée des Trois Nations. A Genève, l'affaire s'est tenue à la Bibliothèque municipale, place des Trois-Perdrix, à deux pas de la librairie Payot (où je suis rapidement passé, mais suis resté d'un stoïcisme inflexible face à tous ces livres qui me suppliaient de les adopter...). La pizza de midi fut rapide, le gymkhana orthographique n'attendant pas: avant même de commencer la dictée proprement dite, les deux membres du Cercle d'Or présents (Olivier Dami et moi-même) ont eu droit à un avant-goût végétal de ce qui nous attendait, sous forme de test pour départager d'éventuels ex aequo entre clubistes. Entre chalazes, arilles, spathes et autres périthèces, le t(h)on était donné...

Ton ou thon, en effet, puisqu'après la botanique, c'est, de manière plus large, la protection de la faune qui a été mise à l'honneur par le texte de la dictée, concocté par Philippe Dessouliers. Il est certes parvenu à susciter la rencontre entre Jean-Yves Cousteau et Brigitte Bardot, ce qui est encore assez soft. Mais les pièges plus sérieux n'ont pas manqué - que ce soit sur la dictée "grand public" ou sur la partie destinée aux coutumiers de telles épreuves et aux gens dont le métier est la langue française. Pièges de natures diverses, bien sûr.

D'une manière générale, les cadets, benjamins, juniors et seniors ont pu se colleter soit avec des mots un peu oubliés (qu'est-ce qu'un pont aux ânes?), avec des expressions familières qu'on n'écrit jamais (kif-kif bourricot, argument massue) ou avec quelques chouettes chausse-trapes à base de majuscules - dûment comptées comme fautes entières à Genève. Cela, sans oublier quelques participes passés bien envoyés. A propos, savez-vous ce qu'est un chondrichtyen?

L'épreuve réservée aux routards, elle, recelait d'autres astuces, fondées sur le calembour, ultime ressource des auteurs de dictées, qui ont compris qu'il devenait de plus en plus difficile de piéger les candidats sur des questions d'usage. Certes habilement troussée, filant adroitement la métaphore, cette dernière partie était cependant aux limites de l'intelligible, à mon humble avis. Résultat: cela m'a valu quelques sorties de route retentissantes. Certes, je n'ai pas trébuché sur les zées clairs; mais ceux-ci ne m'ont pas amené correctement sur la route des thonaires - sans oublier les foudres des écologistes, que j'ai en revanche correctement déclinées au féminin (la moindre des choses...). Résultat? Treize fautes, en grande partie concentrées sur cette dernière partie de texte. Cela me vaut la deuxième place du classement genevois des professionnels... derrière Olivier Dami, justement - qui n'a trébuché que dix fois. Le classement général des membres du Cercle d'Or, tous pays confondus, n'est pas encore établi.

A noter enfin, avec un grand coup de chapeau, que l'organisation de l'épreuve côté suisse a été assurée par Eveline Jaques, dictophile impénitente, avec la complicité de toute sa famille, diligemment mise à contribution. Bravo donc... et à la prochaine!

Illustration: l'affiche de l'épreuve, version Orsay. Source:
http://cercledor.jimdo.com.

Mise à jour: la dictée est désormais publiée sur le site de la mairie d'Orsay, ici: http://www.mairie-orsay.fr/Upload/ContenuCMS/agenda/2010_dictee_3_nations_texte.pdf.


Partager cet article
Repost0

commentaires

mamalilou 09/02/2010 04:08


ah ça monsieur, j'adore...
oui dictophile, ça se voit tant que ça?
oui les zées clairs, sûr...
par contre un chondrichtyen, ce n'est que par chance que je me souviens d'une lointaine année de fac à moins que ce ne soit une réminiscence de mes années plongées dans les classifications
animalières...
je me doute que la famille de poissons aura échappé à la majorité...

belle journée à toi
et ravie de te lire sur caplibre aussi


Daniel Fattore 09/02/2010 22:37


... en l'occurrence, l'auteur de la dictée n'a rien trouvé d'autre que "chondrichtyien" comme synonyme de "squale", voire de "requin". Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué? :-)
Quant à moi, je m'en vais réviser mes notions de zoologie et de botanique: ça peut toujours servir. En revanche, je ne goûterai pas aux zées clairs au chocolat, si j'ose ce jeu de mots
douteux...
Merci de votre visite!


Schlabaya 08/02/2010 10:57


Si vous avez fait treize fautes, Daniel, j'en aurais assurément fait au moins cinquante ! Félicitations.


Daniel Fattore 08/02/2010 21:42


Merci!
Je viens de trouver le texte sur lequel vous suâtes, sur le site des Chausse-trapes... il a l'air sympa! Savez-vous si l'épreuve sera reconduite l'an prochain?


Cécile de Quoide9 08/02/2010 05:19


traizes photte à Laure Taugraff ? Té nulle !


Daniel Fattore 08/02/2010 21:46


13, sa porT malör! JFRé mjö allah prochN dikT!

Langage SMS à part, Laure Taugraff est-elle une habituée des Dîners Livres Echanges? ;-)


Tulisquoi 07/02/2010 23:27


Félicitations pour cette deuxième place ! Est-il possible de voir ces textes quelque part sur Internet ? J'aimerai bien la faire dans mon coin simplement comme une évaluation personnelle...


Daniel Fattore 08/02/2010 21:47


Je guette la publication du texte, soit du côté d'Orsay, soit du côté du Cercle d'Or - mais à ce jour, toujours rien. Je te fais signe dès qu'il y a du concret.


Présentation

  • : Le blog de Daniel Fattore
  • : Notes de lectures, notes de musique, notes sur l'air du temps qui passe. Bienvenue.
  • Contact

Les lectures maison

Pour commander mon recueil de nouvelles "Le Noeud de l'intrigue", cliquer sur la couverture ci-dessous:

partage photo gratuit

Pour commander mon mémoire de mastère en administration publique "Minorités linguistiques, où êtes-vous?", cliquer ici.

 

Recherche

 

 

"Parler avec exigence, c'est offrir à l'autre le meilleur de ce que peut un esprit."
Marc BONNANT.

 

 

"Nous devons être des indignés linguistiques!"
Abdou DIOUF.