Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 février 2013 2 26 /02 /février /2013 21:00

hebergeur imageJe vais vous faire une confession, amis visiteurs de ce blog: depuis hier soir, je suis à fond dans l'oeuvre écrit de Sébastien Ménestrier. Cela devrait s'arrêter bientôt: cet auteur a l'art d'écrire court, et ses deux romans, "Heddad" (La Chambre d'échos, 2008) et "Pendant les combats" (Gallimard, 2013) totalisent à peine 200 pages bien aérées. Mais ce n'est pas la quantité qui compte, et la qualité est là aussi; c'est pourquoi je partage avec vous le plaisir que j'ai eu à découvrir, entre hier et aujourd'hui, "Heddad".

 

Roman, récit, conte même: peu importe la désignation, même si l'auteur a retenu celle de récit. Les ambiances sont celles d'un conte ou d'une fable moderne, avec des décors flous et des accessoires de toujours qui, sachant rester sobres, laissent toute la place aux personnages et à leurs interactions - vues, en l'occurrence, à travers le regard de descendantes du père Heddad, un homme qui aime marcher et devient aveugle peu après la naissance de sa première fille. Et c'est à la petite-fille d'Abraham Heddad que revient le rôle de renouer les fils par l'écrit, en l'occurrence par la tenue d'un cahier.  

 

Le lecteur des deux petits livres de Sébastien Ménestrier découvre un orfèvre de la forme brève. Dans "Heddad", l'auteur recrée une certaine oralité, à l'aide de quelques traits classiques sobrement glissés dans le texte: utilisation de la forme "y'a", omission du "ne" dans les négations, emploi du pronom "on" comme synonyme de "nous" (même dans les cas où "nous" aurait été plus fort, dans l'absolu), et surtout une orientation systématique vers le concret, qui donne chair à "Heddad". Ce sens du concret débouche sur une sensualité du récit, où apparaissent par exemple les cheveux chéris d'une fille. Cela, sans oublier un sens consommé de l'ellipse, qui suggère l'acte sexuel sans jamais le décrire ni le nommer.

 

Cette forme très aboutie se place au service d'une histoire toute simple, comme il se doit, celle d'une famille qui vit en un lieu mal défini, Paris peut-être, ou alors le monde arabe. Au fil des pages, des morts, des fugues et des départs dans la vie, "Heddad" est l'histoire d'éclatements familiaux qui sont autant d'aléas de la vie, et contre lesquels on paraît lutter: "On ne peut pas vivre que du séparé, faut être sérieux deux minutes", serine un personnage. Côté famille, il est du reste piquant de relever que si le père Abraham Heddad aimait marcher et a été un très bon footballeur, son petit-fils devient un coureur de marathon. Atavisme, avez-vous dit?

 

En contrepoint avec la gravité de l'illusoire espoir du maintien de l'unité familiale, se glissent quelques traits d'esprit bien intégrés au récit: Monsieur Sar et Madame Dean paraissent faire écho aux sardines de tente que l'un des personnages ne peut planter devant le palais de justice, et les sardines, ces petits poissons bien connus (!), pourraient trouver place dans l'aquarium qui traverse une partie du récit.

 

"Heddad" est une lecture simple et rapide, qui plonge en permanence dans le concret et recherche sans cesse l'image la plus parlante et la plus forte. La narration est aérée, donnant l'impression de flashes; mais elle n'en est pas moins dense et prenante, et chaque phrase témoigne de la volonté de l'auteur, poétique s'il en est, de faire entendre des voix originales: celles de ses personnages.

 

Sébastien Ménestrier, Heddad, Paris, La Chambre d'échos, 2008.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Volets ou vers 19/11/2013 13:41

C'est un très beau livre. Les deux, d'ailleurs.

DF 20/11/2013 22:01

En effet! Merci de votre passage par ici!

PALVADEAU 14/08/2013 08:54

"Heddad" me paraît être une espèce de conte contemporain extrêmement obscur pour ne pas dire gratuit. A oublier bien vite ce qui devrait être automatique.
"Pendant les combats" est plus classique dans la démarche et assez réussi. Au final, tout de même peu de chose, équivalent de 35 petites pages au plus. Même si la qualité y est, ce n'est guère plus qu'une bonne nouvelle et c'est loin d'atteindre le niveau des meilleurs Mingarelli, Fermine ou Choplin. Auteur très surestimé dont on attend une oeuvre plus consistante et plus forte.

DF 18/08/2013 16:51

Merci de votre visite!
Je vous trouve sévère: c'est certes bref, mais j'ai trouvé cet ouvrage fort bien fichu. L'auteur paraît plutôt bon dans des livres courts qui se concentrent sur l'essentiel - qui comprend le concret.

Marc Lefrançois 02/03/2013 15:20

Je ne connaissais pas, mais tu me donnes envie d'en savoir plus. Encore un nom que je vais noter, et peut-être un ajout à ma terrible PAL!

Daniel Fattore 02/03/2013 23:50



A noter, en effet; sans oublier qu'il vient de publier un nouveau roman. C'est ce qui m'a fait retrouver ce "Heddad", dans l'idée de les lire à la suite. C'est d'autant plus aisé que ces ouvrages
sont courts, bien écrits, et se lisent vite. A découvrir donc!



Présentation

  • : Le blog de Daniel Fattore
  • : Notes de lectures, notes de musique, notes sur l'air du temps qui passe. Bienvenue.
  • Contact

Les lectures maison

Pour commander mon recueil de nouvelles "Le Noeud de l'intrigue", cliquer sur la couverture ci-dessous:

partage photo gratuit

Pour commander mon mémoire de mastère en administration publique "Minorités linguistiques, où êtes-vous?", cliquer ici.

 

Recherche

 

 

"Parler avec exigence, c'est offrir à l'autre le meilleur de ce que peut un esprit."
Marc BONNANT.

 

 

"Nous devons être des indignés linguistiques!"
Abdou DIOUF.