Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 avril 2011 3 20 /04 /avril /2011 19:57

hebergeur image"Alerte à la Comète": voilà un titre qui donnera envie de bouquiner au blogueur Nicolas... C'est ainsi que s'intitule le premier roman de Claude Gonthier, jeune écrivain suisse de 93 ans, qui a exercé les métiers les plus divers (enseignant, agent d'assurance-vie, chef d'entreprise...) avant d'arriver à l'écriture. Et sur la base d'un scénario-catastrophe de science-fiction, "Alerte à la Comète" constitue, pour son auteur, l'occasion de présenter sa vision du monde.

 

Scénario catastrophe, ai-je dit. Au départ du projet de l'auteur, il y a une réalité: un millier d'aérolithes touche chaque année la Terre. Qu'arriverait-il s'il y en avait un gros, une comète par exemple, qui se trouvait sur la trajectoire de notre planète bleue - et plutôt deux fois qu'une? La suite, on la devine: l'humain va coloniser Mars, avant de revenir plus tard reprendre possession de sa Terre d'origine. Pour camper son récit, qui court sur plusieurs siècles, l'auteur choisit de faire parler plusieurs représentants de la famille Musy - une famille bien suisse, qui se pique de s'être toujours trouvée engagée, avec courage, dans les situations difficiles.

 

Cette manière d'affronter l'adversité est à l'image de ce que l'auteur met en scène. Le portrait qu'il dresse de l'humanité est assez peu différencié, si l'on excepte la généalogie de narrateurs successifs - peut-être aurait-on attendu quelques péripéties supplémentaires, plus "personnalisées". Cela semble toutefois délibéré: ce qui intéresse l'auteur, et va captiver le lecteur, c'est l'observation du genre humain, vu comme un tout, face à une échéance qu'il sait inéluctable et contre laquelle il ne peut apparemment rien. Apparemment seulement, puisque les hommes, je l'ai dit, vont trouver une porte de sortie... Message optimiste? Foi dans les capacités de l'humain à progresser en tirant les enseignements du passé? Voire, tant il est vrai que les idéaux brossés tout au long du livre vont finir par se gauchir, se flétrir.

 

Cela amène aux questions que l'ouvrage amène sur la table, en les posant, en apportant des éléments de réponse. Dieu, la science? Ils sont omniprésents. Impossible de faire l'impasse sur le sacré et la transcendance, et celui-ci a sa présence - toutes les religions ayant également droit de cité dans l'idée d'une compréhension large de la liberté religieuse. Face à la religion, ou en complément, il y a évidemment la science - tout commence dans les universités de Suisse, Genève et l'Ecole polytechnique de Lausanne. La question de l'écologie et de l'empreinte que l'humain laisse sur sa planète est omniprésente aussi, avec en sous-main une autre interrogation: que serait-il advenu sans la comète? L'humanité serait-elle morte sous le poids de sa propre activité?

 

J'évoque les universités suisses... c'est que l'auteur donne à la Suisse un rôle intéressant de modèle des sociétés à venir - ça change du modèle américano-centré! Ses chercheurs vont avoir de bonnes idées pour contrer la comète, la démocratie directe va s'imposer sur Mars - tout au plus concède-t-il la primauté linguistique à l'anglais. Enfin, c'est en Suisse, près de Berne, que les humains qui ont vécu sur Mars vont se poser lors de leur retour sur Terre. Ce qui donne l'occasion d'observer un Conseil fédéral carbonisé, une coupole fédérale éventrée... que de symboles!

 

Sur la base d'une histoire finalement simple à résumer, c'est donc à une foule de questions que l'auteur invite à répondre, sur la place de l'humain dans l'univers, sur son interaction avec l'environnement, sur son attitude face à l'adversité. S'il paraît un peu fou, ce roman repose sur des éléments réalistes et scientifiques, émanant entre autres d'observatoires, de travaux de l'université de Lausanne et de la NASA. Je suis tenté de dire que ce livre, par la richesse des sujets qu'il aborde, aurait mérité d'être plus développé, et que certaines pistes auraient pu être davantage creusées; d'un autre côté, je pense que c'est à présent à moi, ou à tout lecteur de Claude Gonthier, de faire le reste du chemin de réflexion à partir de ce point de départ romanesque.

 

 

Claude Gonthier, Alerte à la Comète, Broc, La Plume Noire, 2011. Cet ouvrage est enrichi par des annexes faisant intervenir des professeurs de l'université de Lausanne, Thierry Adatte et Jean Guex, et le journaliste Jocelyn Rochat, abordant entre autres le sujet de l'extinction des espèces.

 

 

A commander ici.

Le site de l'éditeur.

Partager cet article
Repost0

commentaires

simpson 22/09/2014 12:29

Un sujet toujours très actuel! Je viens de lire un article qui disait que la NASA peinait vraiment dans son programme de traque des astéroïdes potentiellement dangereux pour la terre...

noann 23/04/2011 19:37


Au fait, félicitations, tu es numéro 1 chez Wikio/section suisse


Daniel Fattore 23/04/2011 20:09



Merci! C'est le deuxième mois consécutif...



noann 23/04/2011 19:37


Je ne connais pas cet éditeur...

Bon courage


Daniel Fattore 23/04/2011 20:10



Ah?



noann 21/04/2011 01:22


C'est bien de parler des livres publiés chez ce petit éditeur (un ami je crois)
Mais en ce qui me concerne je ne publierai plus chez eux


Daniel Fattore 22/04/2011 20:00



Laurent est effectivement un ami, en plus d'être un éditeur!
Cela dit, mon prochain ouvrage paraîtra ailleurs, mais c'est un peu par la force des choses, puisqu'il s'agira de mon mémoire de master en administration publique...



Présentation

  • : Le blog de Daniel Fattore
  • : Notes de lectures, notes de musique, notes sur l'air du temps qui passe. Bienvenue.
  • Contact

Les lectures maison

Pour commander mon recueil de nouvelles "Le Noeud de l'intrigue", cliquer sur la couverture ci-dessous:

partage photo gratuit

Pour commander mon mémoire de mastère en administration publique "Minorités linguistiques, où êtes-vous?", cliquer ici.

 

Recherche

 

 

"Parler avec exigence, c'est offrir à l'autre le meilleur de ce que peut un esprit."
Marc BONNANT.

 

 

"Nous devons être des indignés linguistiques!"
Abdou DIOUF.