Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 novembre 2012 1 26 /11 /novembre /2012 22:39

hebergeur imageLu par Fabien, Froggy Delight, Tricotine

Lu dans le cadre des défis Premier roman et Thriller.

 

On ne compte plus les ouvrages ayant Dominique Strauss-Kahn comme personnage principal, qu'il soit explicitement nommé ou subtilement dessiné, dans un esprit de connivence qui fait que tous ceux qui savent reconnaîtront le bonhomme. Avant même l'affaire du Sofitel, Jean-Jacques Reboux s'était adonné, dans "Poste Mortem", à un défrisant portrait de l'homme, séquestré par une postière mythomane. Plusieurs auteurs proposent actuellement des ouvrages intitulés "Suite 2806", et il suffit de lancer une recherche sur Amazon pour se trouver de nouvelles lectures mettant en scène les événements de mai 2011 (Anita Berchenko, entre autres). Cela, sans oublier la pièce de théâtre "Suite 2806" de Guillaume Landrot, jouée dès demain au théâtre Daunou à Paris, qui s'immisce dans la fameuse suite et se concentre sur la relation entre Nafissatou Diallo et Dominique Strauss-Kahn - ce dernier étant joué par un acteur qui, paraît-il, ressemble à son modèle d'une manière pour le moins frappante. C'est donc peu de chose que de dire qu'avec leur roman "Suite 2806", Gilles Bressand et Guillaume Weill-Raynal débarquent en terrain connu...

 

Leur démarche opte pour la thèse du complot, plus porteuse que celle de l'agression sexuelle si l'on se place du point de vue romanesque. L'éditeur fait du reste une promesse ambitieuse sur le bandeau: "Le 14 mai 2011, la moitié des Français ont cru à l'hypothèse d'un complot. Après avoir lu Suite 2806, ils seront 100% à en être convaincus." Disons-le d'emblée, c'est exagéré: le lecteur va suivre essentiellement un groupe hétéroclite de personnages bien parisiens, animés par des motivations diverses: un journaliste de faits divers qui aime "récurer" ses sujets, une mère maquerelle pourvoyeuse de femmes adeptes des "prestations scénarisées", un étudiant qui a tout à prouver, un professeur d'université et quelques politiciens - le tout, sur fond de crise mondiale (on est en plein dedans depuis 2008), et culminant avec l'hypothèse très complotiste d'une société secrète où Benoît XVI salue amicalement Vladimir Poutine, comme Pie XII l'aurait fait autrefois avec Adolf Hitler. Est-ce encore crédible?

 

Je parlais du professeur d'université, ce fameux Warschawski... Le rôle doctoral qui lui est assigné lui permet d'assener au lecteur, de manière naturelle, quelques théories sur l'évolution du contexte monétaire au cours des dernières années et décennies. Les auteurs recréent l'actualité, avec les affaires de la crise de la dette souveraine de la Grèce et d'autres péripéties que nous connaissons. Ses développements sur "la fin du dollar" (le mot est mentionné) et la guerre économique en cours ne sont du reste pas sans rappeler ceux proposés par l'économiste suisse Myret Zaki dans son ouvrage, précisément intitulé "La fin du dollar". Coïncidence?

 

L'art de l'ellipse et du non-dit est aussi une force de ce roman. Tout le monde comprend qu'il est question ici de Dominique Strauss-Kahn; or, cette personnalité publique n'est jamais nommément citée. Le lecteur comprend cependant le lien grâce à des éléments d'actualité (la fameuse suite 2806, mais aussi le statut de président du FMI que ce personnage endosse, et son rendez-vous avec Angela Merkel) et à des traits de caractère, que les auteurs choisissent d'exposer sous forme d'analyse graphologique (chapitre XI) révélatrice d'une pulsion d'échec qui fait écho à la tentation de l'échec qui paraît frapper l'Occident (chapitre XIII). 

 

L'ellipse est aussi une forme de modestie des auteurs, qui admettent humblement que personne de sérieux ne sait ce qui s'est vraiment passé dans la suite 2806 un certain jour de mai 2806. Dès lors, les auteurs n'en disent rien... tout en suggérant que deux femmes ont été invitées à entrer dans cette suite, à des horaires très rapprochés: une escort girl un peu plus pimentée que d'habitude et la femme chargée du nettoyage des chambres. Autant dire que pour les auteurs, le clash mondial survenu en mai dernier est la conséquence d'un quiproquo... et qu'en filigrane, on peut lire avec eux que le locataire de la suite 2806 était de bonne foi. Il est à noter que l'homme est ici comparé à un ours mal léché, image lourde de sens - tout comme l'était, selon un point de vue très différent, la figure de l'homme-babouin évoquée par Tristane Banon dans "Le Bal des hypocrites" - qui ne cite pas non plus nommément Dominique Strauss-Kahn, d'ailleurs. La discrétion est aussi de mise lorsqu'il est question du Président de la République, qui n'est jamais nommé. De même que n'est pas nommé son successeur - celui qui a remporté les présidentielles en 2012.

 

Tout cela permet aux auteurs d'installer une ambiance de thriller assez lâche, avec des personnages qui se surveillent les uns les autres, des atmosphères nocturnes où résonnent les sonneries de téléphone et des pressions exercées çà et là - sans oublier l'ultime coup qui frappe le personnage de Lousteau, certain de tenir le scoop de sa vie. Mais les services secrets veillent... et si on ne les voit pas vraiment agir dans ce roman rapide et trop court en bouche, le lecteur connaît les effets de leurs actions. Autant sinon plus qu'un roman de politique-fiction ou un thriller, c'est à un roman sur la fortune et ses aléas que le lecteur aura affaire ici.Force est de constater que les tenants de la théorie de l'agression sexuelle ne seront pas convaincus par ce roman; les autres seront peut-être séduits par les grandes lignes de la structure complotiste de "Suite 2806" - et s'amuseront, peut-être, à en déceler les failles au fil de pages qui contribuent, à leur échelle et au moyen d'un portrait en creux, à faire de Dominique Strauss-Kahn un type de personnage de roman. 

 

Gilles Bressand et Guillaume Weill-Raynal, Suite 2806, Paris, La Tengo Editions, 2012.

Partager cet article
Repost0

commentaires

L
D'accord avec toi sur le parcours. Une belle montée en puissance et une chute magistrale. Un personnage qui me plaisait bien (et à de très nombreux français, qu'ils soient de droite ou de gauche)
avant "les évènements". Le cas est sans doute exemplaire et par là, intéressant à étudier. Non, ce qui m'embête, c'est que ça lui fasse de la pub pour son côté sale type justement, et les effets
que ça a dans le public : les pour, les contre, ceux qui disent "ah il n'a rien fait de si grave", ceux qui montent sur leurs grands chevaux, ceux qui accusent la femme de ménage, ceux qui savent
tout, ceux qui veulent donner leur avis... Tu vois ce que je veux dire ?
D


Je comprends en effet qu'à force d'en parler, cela soit écoeurant et que ça lui fasse une publicité étrange. Surtout ces derniers temps, où l'on a annoncé coup sur coup son retour en politique à
Sarcelles (avec démenti à la clé) et un éventuel accord à l'amiable pour l'affaire du Sofitel (avec démenti aussi). A croire que les journalistes sautent sur le moindre morceau pour en faire un
bout d'article... Je suppose que les histoires de DSK doivent avoir une résonance particulière du côté de Lille, en écho à l'affaire Carlton - je comprends que cela puisse susciter un certain
écoeurement, pour ne pas dire pis. Quant aux pour et aux contre, aux tenants de la théorie du complot contre ceux qui assurent d'un air docte qu'il y a eu viol, je me souviens d'avoir été pris
dans un débat à ce sujet - pas agréable du tout, je te rejoins! :-/



L
L'idée de faire de ce type un personnage de roman me chiffonne... même si le roman est bien.
D


Je comprends ton point de vue par rapport audit type - cela dit, son parcours a quelque chose d'exceptionnel, dans son ascension puis dans sa chute, propre à intéresser les romanciers. Cela dit,
il y a sans doute mieux à lire sur ce sujet précis, dans le domaine du roman.



T
Excellente critique, bravo!
D


Merci! Ce roman m'a paru un peu court, mais il y avait quand même de quoi analyser, ne serait-ce que du point de vue du lien entre l'affaire du Sofitel et la lutte pour la suprématie économique
mondiale. Merci de votre passage par ici, Tricotine! :-)



A
Je ne pense pas lire ce livre... cette lamentable affaire a déjà fait couler trop d'encre !
D


Lamentable, d'accord; cela dit, son personnage principal a de quoi intéresser un romancier: s'il était inventé, il ne serait guère crédible.

Après, je pense que les affaires DSK vont encore faire couler de l'encre chez les romanciers, les essayistes, les témoins... Pour ma part, mon prochain premier roman pour le défi portera sur tout
autre chose - les îles Fidji, peut-être. Promis! :-)



Présentation

  • : Le blog de Daniel Fattore
  • : Notes de lectures, notes de musique, notes sur l'air du temps qui passe. Bienvenue.
  • Contact

Les lectures maison

Pour commander mon recueil de nouvelles "Le Noeud de l'intrigue", cliquer sur la couverture ci-dessous:

partage photo gratuit

Pour commander mon mémoire de mastère en administration publique "Minorités linguistiques, où êtes-vous?", cliquer ici.

 

Recherche

 

 

"Parler avec exigence, c'est offrir à l'autre le meilleur de ce que peut un esprit."
Marc BONNANT.

 

 

"Nous devons être des indignés linguistiques!"
Abdou DIOUF.