Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 novembre 2009 4 26 /11 /novembre /2009 21:38

 
Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuitPuisque tout est chrétienté, puisque Dieu est partout, du Vatican à la chick lit (à l'exemple des romans de Camy Tang), pourquoi le thriller ne Lui réserverait-il pas une place? J'ai interrogé Saint Google, qui m'a répondu que oui, oui, le thriller chrétien, ça existe... et que pour le domaine français, ça s'édite chez Tolège. Une proposition de partenariat lancée par la librairie en ligne A La Page m'a permis de satisfaire ma curiosité et de répondre à la question fondamentale du genre: le christianisme est-il soluble dans le thriller? Et réciproquement? C'est ainsi que je me suis retrouvé à lire "Le Signe de l'Archange", roman signé Frédéric Bovis et dont l'essentiel de l'action se déroule au Mont Saint-Michel.

De quoi s'agit-il? En 2007, le Mont Saint-Michel devient le théâtre du combat entre le Bien et le Mal, entre les chevaliers de l'Apocalypse et les Gardiens du bien. Ainsi se réalise une malédiction lancée six cent soixante-six ans auparavant par Dieudonné des Forges, brûlé pour sorcellerie et grand copain de Satan en personne. Pour le côté bien terre à terre, on trouvera une politicienne socialiste aux visées politiques et humaines ambiguës, un policier mis à l'écart mais dont le destin est marqué par sa naissance le jour même de la mort de Padre Pio, une gendarmette catholique pratiquante, un organiste maudit... et le Mont Saint-Michel en toile de fond - où les morts suspectes, trop honnêtes pour être purement accidentelles (sinon, il n'y aurait pas de roman), s'accumulent tout soudain.

"Le Signe de l'Archange" fait suite à un roman intitulé "La Trace", coécrit par Frédéric Bovis et deux autres écrivains, et attend une continuation: en fin de récit, l'auteur laisse suffisamment de portes ouvertes pour avoir de quoi poursuivre: il développe peu la nature réelle du personnage de Sarah Stern (la gendarmette catholique évoquée plus haut), ne donne pas suite à l'affaire du Suaire de Turin et du zététicien qui doit en parler et reste assez mystérieux sur deux personnages supposés jouer un rôle crucial dans le récit. Reste que ce roman est parfaitement cohérent, même s'il fait partie d'un ensemble plus grand - comme l'est finalement l'humanité, ou même l'univers. Une impression de rester sur sa faim? Cela peut arriver; force est de noter que "Le Signe de l'Archange" est le tome 2 d'une tétralogie. 

Ce roman fonctionne donc sur le mode fantastique, dont le fonds de commerce est l'incertitude entre réel et surnaturel. L'auteur suggère très fort la vision "surnaturelle" de la question, en conférant à ses personnages clés un apostolat qui les transcende. Mais la porte d'une vision réaliste de l'action reste ouverte. Elle est naturellement privilégiée par Louis Dorval, qui mène l'enquête et, cartésien comme un Français peut l'être, ne saurait se contenter d'arguments du genre "C'est la faute de Satan" (tout à fait acceptable, en revanche, pour les policiers italiens, présentés comme plus ouverts au mysticisme), et par Damien Liffart, même pas assez curieux pour interroger les faits eux-mêmes. Cela, sans compter les intérêts bien terrestres qui entourent la vie du Mont Saint-Michel au quotidien, entre tourisme lucratif et construction d'un pont (donc trafic d'influences, millions d'euros à la clef, etc.). 

Le versant mystérieux du fantastique de ce récit puise, on l'a compris, dans la Bible et la tradition catholique: entre Padre Pio et le Gargano, Jérusalem la multireligieuse, le Mont Saint-Michel ou New York (autant de terres imprégnées de religion(s), ce roman se nourrit des légendes d'ici et d'ailleurs, voire de la sainteté de certains héros, à l'instar de Saint Aubert, maître d'ouvrage de la construction du Mont Saint-Michel - dont le lecteur découvre tous les mystères. La Bible constitue une source aussi, en particulier l'Apocalypse, volontiers citée, et, plus mystérieusement, l'épisode de la transmission de pouvoir entre Moïse et Josué. 

Outre les héros (sur)humains de ce roman, le Mont Saint-Michel, menacé à plus d'une reprise dans les quelque 400 pages du roman, constitue à lui seul un personnage, décidant de la vie ou de la mort des êtres que l'auteur fait exister. Le lecteur est ainsi baladé du côté de l'escalier de dentelle, présenté comme plutôt dangereux; il assiste à la chute de l'Archange Saint-Michel qui coiffe l'édifice, et se retrouve plus souvent qu'à son tour à manger un morceau chez la Mère Poulard, restaurant emblématique. Présenté comme une élévation vers le Ciel, le Mont Saint-Michel fait ici écho à la cathédrale Saint-Patrick de New York qui, bien que de hauteurs comparables, est présentée comme un édifice écrasé... ou écrasant. Or, c'est dans ce dernier lieu que le lecteur voit apparaître pour la première fois un organiste plutôt diabolique, chouchou des dames, sorte d'André Rieu des claviers et pédaliers... 

Alors, le catholicisme est-il soluble dans le genre du thriller? Il est probable que le thriller chrétien archétypique est encore à écrire; mais l'auteur a démontré avec talent, avec "Le Signe de l'Archange", qu'il est possible de faire fonctionner un récit en le fondant sur le catholicisme. Cela vaut une bonne dose de fantastique - mais le fantastique, en littérature et ailleurs, aurait-il été possible sans ce modèle qu'est la religion, acte de foi qui, par essence, laisse la porte ouverte au doute? En ce sens, l'auteur a atteint une bonne synthèse, sur des bases plus saines (pas de Prieuré là-dedans, ni d'Opus Dei condamné de manière univoque!) que celles du "Da Vinci Code", auquel le lecteur du "Signe de l'Archange" pensera immanquablement. Porté par un style accrocheur malgré quelques imperfections (non, Mr Magoo ne porte pas de lunettes! (p. 219), rythmé en chapitres courts qui font alterner récits médiévaux et actualité, c'est un thriller qui fonctionne. 

A présent, j'ai bien envie de découvrir le tome 1, qui emmène ses lecteurs dans des aventures quasi papales. Affaire à suivre, mais à rebours, donc...  

Frédéric Bovis, Le Signe de l'Archange, Tolège, 2007. 

"Le Signe de l'Archange" chez Alapage
.
Frédéric Bovis chez Alapage
.
La Mère Poulard sur mmmm!:
ici

Partager cet article
Repost0

commentaires

liliba 04/12/2009 09:22


Je note, le genre est assez original !


Daniel Fattore 05/12/2009 21:18


... effectivement, c'est peu banal! Et si tu connais bien le Mont Saint-Michel, ça va certainement te parler.


didouchka 27/11/2009 21:52


"le thriller chrétien archétypique est encore à écrire". Vous allez donner des idées à certain(e)s...! Un petit 4ème de couv' peut-être, pour nous mettre en appétit?

;-)


Daniel Fattore 28/11/2009 20:53


Aeuh... une grosse mixture de thriller chrétien mâtine de Harlequin? Ô purée, je risque d'être fort inspiré un de ces soirs, surtout si c'est la pleine lune! Miam miam...


Rozéfré 27/11/2009 21:40


Bonne continuation


Daniel Fattore 28/11/2009 20:53


Merci et merci de votre visite! Votre blog m'a l'air assez cocasse dans le genre...


Alex-Mot-a-Mots 27/11/2009 16:59


Je connaissais les policiers frncs-maçons, apparus depuis peu. A quand le thriller boudiste ?...


Daniel Fattore 28/11/2009 19:06


On dirait quele thriller bouddhiste existe déjà: http://trapdoorbooks.com/?p=1425 !



Présentation

  • : Le blog de Daniel Fattore
  • : Notes de lectures, notes de musique, notes sur l'air du temps qui passe. Bienvenue.
  • Contact

Les lectures maison

Pour commander mon recueil de nouvelles "Le Noeud de l'intrigue", cliquer sur la couverture ci-dessous:

partage photo gratuit

Pour commander mon mémoire de mastère en administration publique "Minorités linguistiques, où êtes-vous?", cliquer ici.

 

Recherche

 

 

"Parler avec exigence, c'est offrir à l'autre le meilleur de ce que peut un esprit."
Marc BONNANT.

 

 

"Nous devons être des indignés linguistiques!"
Abdou DIOUF.