Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 mai 2011 1 16 /05 /mai /2011 21:26

hebergeur imageVenise, un monde en soi; Venise, une planète à part entière, avec son lot d'enchantement et de mystère: tel est le fil rouge du recueil "Nouvelles vénitiennes", premier ouvrage d'imagination de la traductrice Dominique Paravel. Il se compose de sept nouvelles, rangées de manière chronologique de manière à évoquer, à chaque fois, une période précise de l'histoire de la Sérénissime, du Moyen Age jusqu'au vingt et unième siècle.

 

"Un coup de dés", première nouvelle du recueil, est emblématique à plus d'un titre. Elle relate la mise en place des deux colonnes qui ornent, aujourd'hui encore, la Place Saint-Marc. Tout ce qui constituera le recueil y figure à l'état natif. La question du hasard y est abordée au travers de l'élément très concret du jeu; plus loin dans le recueil, elle reviendra de manière plus stylisée, plus abstraite. Les femmes y sont présentes, aussi, avec le personnage de Soradamor, qui consent à donner son corps à Nicolò mais refusera obstinément de lui parler - donc de partager son âme avec lui, à l'image d'une ville qui refuse de partager le coeur de son mystère avec les étrangers. Enfin, il y a le jeu des règles et lois immuables qui régissent Venise, et font d'elle une planète à part, le lieu d'une mentalité particulière, à jamais insaisissable, aspirant à l'éternité.

 

Femmes? L'auteur creuse le sillon de manière heureuse, en insistant sur l'aspect le plus concret de la question. Le lecteur sera ainsi placé face à de nombreux personnages féminins, souvent des prostituées - qui, à l'instar de la ville, donnent leur corps mais conservent leur âme. Cela donne des pages d'une extrême sensualité, confinant à l'érotisme, où l'auteur porte une attention exacerbée aux personnes et à leurs corps: sécrétions corporelles des miséreux et des puissants, scènes de dissection, jouissances brèves ou intenses, émois, excitation de l'interdit, demandes étonnantes comme celle de cette orpheline qui, dans "Le goût du chocolat", demande à un ambassadeur français de lui caresser les seins avant de se concéder à lui dans un établissement public. Cela passe par des images fortes, classiques ou novatrices...

 

Venise ne saurait être évoquée sans que soit abordée son histoire. Aussi chaque nouvelle relate-t-elle, sans qu'on sache si c'est vrai ou non (mais au fond, qu'importe?), un épisode de l'histoire de la Sérénissime et de ses habitants. Le lecteur a envie de connaître la destinée du joueur Nicolò, à la fois détestable et fascinant casinotier avant l'heure. Ces éléments historiques offrent à l'auteur l'occasion de placer quelques objets qui créent un fil rouge tout au long du récit - on pense à la statue équestre de la place Saint-Marc ou à l'énigmatique portrait peint par Maître Lorenzo Lotto. Les plus illustres Vénitiens traversent ces nouvelles: l'Arétin, Antonio Vivaldi, quelques doges ou représentants de familles illustres.

 

"Mondo Novo", dernière nouvelle du recueil, paraît rompre le charme. L'auteur y adopte du reste une démarche un peu différente en insistant sur le fait que Venise, ville belle de partout s'il en est, semble avoir tout donné aux milliers de personnes qui l'ont découverte - à telle enseigne que Favier, le photographe dont il est ici question, peine à trouver un point de vue original sur cette ville. Le ton est également différent des autres nouvelles: "Mondo Novo" commence par un long épisode didactique, et ses personnages s'y expriment dans un français approximatif, semblant traduit littéralement de l'italien, alors que par convention, tout le monde a un style irréprochable dans tous les autres textes. Mais Venise est-elle moins mystérieuse pour autant? Favier n'en saisit pas l'essence, et la relation charnelle n'est pas l'objectif premier de sa rencontre avec Viola, celle femme qu'il a photographiée de manière impulsive et qu'il cherche à revoir. Ainsi le mystère persiste-t-il, au-delà des apparences du désenchantement. Amour? La porte reste ouverte.

 

Recueil de nouvelles, "Nouvelles vénitiennes" peut également être lu comme un tout, pratiquement comme un "roman en éclats" relatant, de manière chronologique, la destinée du seul personnage essentiel du récit: Venise elle-même. Le tout est porté par un style classique est limpide; le lecteur se trouvera donc immédiatement à l'aise avec le monde vénitien de Dominique Paravel, fine connaisseuse de la ville, qui signe ici une approche personnelle, riche en résonances, du mystère de Venise - un mystère que chacun se doit désormais d'approcher, à sa manière.

 

Dominique Paravel, Nouvelles vénitiennes, Paris, Serge Safran, 2011.

 

Lecture en partenariat avec Babelio et les éditions Serge Safran, que je tiens à remercier ici pour l'envoi!

 

Lecture réalisée dans le cadre du défi "Giro in Italia".

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Orchidee 08/08/2011 13:21


Retour de venise oblige... j'ai apprécié ce livre !


Daniel Fattore 08/08/2011 19:59



Chouette! C'est un très joli recueil, c'est vrai - je me réjouis de connaître ton avis détaillé, et de découvrir ton billet de blog à son sujet.



Jean-PIerre POccioni 25/05/2011 08:04


Une petite précision sur une erreur bien excusable: la statue de Bartolomeo Colleone, oeuvre de Verrocchio n'est pas sur la place Saint-Marc mais sur la piazza San Giovani e Paolo.


Daniel Fattore 25/05/2011 20:53



Merci pour cette précision et pour votre visite!



Valérie 19/05/2011 12:27


Je n'aime pas les nouvelles mais, amoureuse de Venise, je ferai bien une exception pour découvrir ce recueil.


Daniel Fattore 19/05/2011 20:46



Voyage à Venise, mais aussi voyage dans l'histoire - c'est un beau recueil. Bonne lecture!



Marie 18/05/2011 22:39


Ce recueil me tente beaucoup. Venise est une ville qui me fascine, j'aimerais beaucoup la découvrir. Justement en ce moment je lis Seule Venise de Claudie Gallay.


Daniel Fattore 19/05/2011 20:47



Eh bien, il y aura de belles découvertes avec ce petit recueil - découvertes historiques touchant à des événements et personnages parfois mal connus. Je te le recommande!



Alex-Mot-à-Mots 18/05/2011 17:23


Des nouvelles à lire dans l'Orient-Express à destination de Venise....


Daniel Fattore 18/05/2011 19:59



Par exemple - pour se mettre dans l'ambiance!



Présentation

  • : Le blog de Daniel Fattore
  • : Notes de lectures, notes de musique, notes sur l'air du temps qui passe. Bienvenue.
  • Contact

Les lectures maison

Pour commander mon recueil de nouvelles "Le Noeud de l'intrigue", cliquer sur la couverture ci-dessous:

partage photo gratuit

Pour commander mon mémoire de mastère en administration publique "Minorités linguistiques, où êtes-vous?", cliquer ici.

 

Recherche

 

 

"Parler avec exigence, c'est offrir à l'autre le meilleur de ce que peut un esprit."
Marc BONNANT.

 

 

"Nous devons être des indignés linguistiques!"
Abdou DIOUF.