Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 mai 2010 1 24 /05 /mai /2010 21:14

PhotobucketAussi lu par Anne, Laetitia BérangerLivres dans la pocheLucile, Pralineries, TamacultureToute Seule.

 

Encore un instant... allons plus loin, veux-tu? Telles pourraient être les phrases auxquelles on pense en lisant le recueil de nouvelles "Passer l'hiver" publié en 2004 par Olivier Adam aux éditions de l'Olivier. Le titre peut être perçu sans problème comme la métaphore de toute vie humaine où il s'agit d'aller toujours un peu plus loin, ne serait-ce que le temps d'un acte amoureux précédant, peut-être, une séparation définitive ("Pialat est mort").

 

"Pialat est mort"? Cette nouvelle, la première du recueil, donne largement le ton de ce qui va être proposé au lecteur. L'auteur y oppose deux réalités, celle d'un père de famille ivre mort qui apprend, un beau soir, que le cinéaste Maurice Pialat est mort - et s'émeut au-delà de toute mesure à propos de cet événement finalement lointain - et celle de son épouse, qu'on voit rentrer et s'inquiète des enfants. Le père vivrait-il par procuration la vie de Pialat? La mère, en tout cas, garde les pieds sur terre, un peu à la manière des deux personnages qui s'opposent dans "Déjeuner en paix", chanson de Stephan Eicher. L'alcool, présent ici mais aussi ailleurs (et aussi dans la réalité, en fait...), permet, c'est assez classique, d'accéder à un autre niveau de conscience - supérieur, inférieur, parallèle, intéressant en tout cas. Il reflète par ailleurs l'amertume de certaines situations, de certains vécus dépeints par l'auteur.

 

Les personnages mis en scène par l'auteur sont intéressants en ce sens que souvent, ils se trouvent au milieu du chemin de leur existence. On pense évidemment à Dante et au début de son "Enfer": "nel mezzo del camin di nostra vita...". Ici, le milieu de vie a quelque chose d'infernalement humain, ou d'humainement infernal: ses personnages principaux sont souvent suffisamment âgés pour ne plus croire aux promesses de la vie - des héros désenchantés, fragilisés, en proie au désarroi parfois - mais trop jeunes encore pour lâcher prise à la manière de personnes plus âgées. Souvent, ces personnages ont des enfants, présents dans pratiquement toutes les nouvelles, et sont un peu à la traîne avec eux. Ainsi paraît se dessiner, dans l'une ou l'autre nouvelle, un certain malaise des "nouveaux pères".

 

Dans ce contexte, ce sont donc souvent des solitudes qui se frôlent, se touchent, interagissent. L'amour physique est l'une des manières de l'exprimer, donc un thème récurrent du recueil. On pense à ce récit où une jeune femme, le soir du jour de l'An, quitte son travail où elle fait semblant de s'amuser, seule avec une collègue, pour suivre un parfait inconnu qui lui propose d'aller voir la mer - une nouvelle qui s'achève dans une certaine plénitude. On songe aussi à "Lacanau", où la narratrice surprend, dans un immeuble voisin de celui où elle travaille un soir de Noël pour boucler un dossier, un couple d'amants en train de faire l'amour au bureau. Osera-t-on prêter à l'auteur l'idée que s'étreindre en plein hiver tient chaud? A vous de voir, amis lecteurs...

 

Observation saisissante d'une certaine humanité, ce recueil est porté par un style résolument moderne, pétri de références actuelles (tel Bill Evans) et travaillé. Sobre, il est toujours au plus près du sens et n'hésite pas à appeler un chat un chat s'il le faut; il conserve cependant une aisance toute classique. On sent par ailleurs que chaque virgule est pesée, et que chaque virgule absente (bien que requise) l'est par choix de l'auteur. Suivre les règles de ponctuation, serait signifier au lecteur que tout va bien - d'autant plus que ces nouvelles sont dépourvues de chute et s'achèvent parfois, tout au plus, sur un vague espoir. Or, est-ce que tout va bien dans ces textes? J'en doute... et le style le dit autant que l'histoire.  

 

Olivier Adam, Passer l'hiver, Paris, L'Olivier, 2004.

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

http://www.bestcrmsystems.com/ 20/03/2014 12:21

This is a great post from great author. It is sad to know the death of the filmmaker Maurice Pialat. He was a great artist with lot of talents. This article is very good. I like it. Interesting post. Thanks for posting this.

Mélusine 29/06/2010 18:31


Bonsoir,
J'ai justement emprunté ce livre à la bibliothèque et je découvre ta critique élogieuse et savamment écrite.
Ce qui fait que j'ai hâte d'en commencer la lecture. Tu as une très jolie plume...


Daniel Fattore 29/06/2010 19:38



Merci du compliment...  et merci de ta visite!
Je te souhaite une excellente lecture avec cet écrivain! Je dois avouer avoir été un tout petit peu désarçonné au début; mais une fois qu'on s'habitue au style, il y a de quoi apprécier.



pom' 31/05/2010 18:33


je lui repproche des histoires sans fin et espoir


Daniel Fattore 31/05/2010 22:04



Je ne l'ai pas encore assez lu pour cela - mais j'ai envie de m'y remettre à l'occasion: c'est là le premier livre de lui que je lis. Dans ces nouvelles, il me semble cependant qu'il y a parfois
quelques rayons de soleil à travers les nuages...
Merci de votre visite!



Tulisquoi 31/05/2010 13:28


Bon, c'est vrai, ma transition entre Adam et Claudel n'était pas la meilleure.
Donc oui, bien sûr que "Le rapport de Brodeck" et "La petite fille de Monsieur Linh" sont de Claudel. Je voulais simplement souligner que j'avais lu les deux et que je pouvais donc te conseiller
"La petite fille de Monsieur Linh" qui est aussi bien que "Le rapport de Brodeck" que tu as déjà lu.
Mhh... est-ce que je m'en sors mieux ? ;)


Daniel Fattore 31/05/2010 22:05



Un peu glissant, en effet... mais cette fois c'est plus clair!
De Philippe Claudel, j'ai encore, quelque part, un recueil de nouvelles intitulé "Petites mécaniques" si je me souviens bien. Après, si ça me plaît toujours, pourquoi pas Monsieur Linh? J'en ai
entendu dire pas mal de bien. Je note - merci pour le tuyau!



Tulisquoi 30/05/2010 14:56


J'ai déjà lu pas mal d'Olivier Adam, mais pas celui-ci. Et d'après ce que tu en dis, il semble effectivement, comme le dit Alex-Mot-à-Mots, que c'est le même thème que celui de ses romans. Mais
j'aime l'écriture d'Olivier Adam. On ne ressort que rarement joyeux de ses livres car ils sont sombres, mais ne font que refléter finalement la vie souvent.
Pour avoir lu "Le Rapport de Brodeck" ainsi que "La petite fille de Monsieur Linh", je te conseille ce dernier. Aussi juste et bien écrit que le premier !
Bon week-end


Daniel Fattore 30/05/2010 21:40



... euh, le Rapport de Brodeck (magnifique!) et La petite fille de M. Linh sont de Philippe Claudel...! Cela dit, "Passer l'hiver" d'Olivier Adam est aussi, quelque part, à mon avis, écrit
en mode mineur, si j'ose cette image musicale.



Présentation

  • : Le blog de Daniel Fattore
  • : Notes de lectures, notes de musique, notes sur l'air du temps qui passe. Bienvenue.
  • Contact

Les lectures maison

Pour commander mon recueil de nouvelles "Le Noeud de l'intrigue", cliquer sur la couverture ci-dessous:

partage photo gratuit

Pour commander mon mémoire de mastère en administration publique "Minorités linguistiques, où êtes-vous?", cliquer ici.

 

Recherche

 

 

"Parler avec exigence, c'est offrir à l'autre le meilleur de ce que peut un esprit."
Marc BONNANT.

 

 

"Nous devons être des indignés linguistiques!"
Abdou DIOUF.