Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 janvier 2010 4 21 /01 /janvier /2010 22:04

Mort il y a longtemps (photo), Edgar Allan Poe risque à présent de mourir une seconde fois, de soif: pour la première fois depuis 1949, il n'y a pas eu de cognac sur sa tombe cette année. Chaque année depuis longtemps, en effet, un mystérieux inconnu, surnommé "Poe Toaster" venait fleurir la tombe de l'écrivain... et agrémentait son hommage (trois roses, symbolisant l'épouse de l'auteur, sa belle-soeur et lui-même) d'une bonne bouteille de bon cognac.

C'est là que l'affaire commence à ressembler à histoire extraordinaire que l'écrivain n'aurait pas reniée. Qui, en effet, est l'auteur de ces hommages annuels? Le conservateur de la maison-musée Edgar Allan Poe se perd en conjectures; il se souvient d'avoir épié le mystérieux donateur, et d'avoir même repéré qu'il portait un chapeau et une écharpe blanche. Le nom d'un certain David Franks, poète amateur de canulars, circule - d'autant plus que, mort la semaine dernière, il n'aurait pas pu assumer son pensum annuel.  

Problème: outre des fleurs et du cognac, le défunt écrivain recevait des billets doux laissant entendre que la tradition serait perpétuée, par-delà la mort de celui qui l'a initiée. Les actions sont revendiquées par un certain Sam Porpora; mais Jeff Jerome considère que celui-ci ne peut en être l'auteur.

Face à un mystère quasi institutionnel, la déception semble régner.

Alors, c'est qui?

Partager cet article

Repost 0
Publié par Daniel Fattore - dans Littératures
commenter cet article

commentaires

Quichottine 07/02/2010 15:25


Je ne connaissais pas cette anecdote.

Mais j'ai tendance à penser que s'il n'y avait plus d'histoire extraordinaire autour de Poe, il manquerait quelque chose à son oeuvre.

Passe un bon dimanche, Daniel.
Je me suis régalée à te lire et à voir que tu écrivais tes critiques avec toujours autant de brio.

Bonne continuation à toi.


Daniel Fattore 07/02/2010 16:13


Merci de ta visite et des compliments!
Hélas, je n'ai eu connaissance de cette excellente anecdote que lorsqu'elle a fait faux bond! Elle prolongeait effectivement le mystère de l'auteur des "Histoires extraordinaires"...
Bon dimanche à toi!


Cynthia 24/01/2010 21:28


J'aime moi aussi beaucoup cette histoire, merci de l'avoir partagée ;)
Si l'inconnu sévit depuis 1949, il doit avoir un certain âge...A moins d'avoir légué cette tâche en héritage à ses enfants pour perpétuer la tradition? ^^
Le mystère reste entier...


Daniel Fattore 25/01/2010 21:53


Elle est fort jolie, en effet, et a quelque chose de mystérieux.
Le bonhomme qui sévit depuis 1949 pourrait être mort! L'idée de léguer cette mission semble avoir été évoquée dans le cadre de messages; mais apparemment, elle est restée lettre morte. Dommage...


didouchka 23/01/2010 10:59


pardon, de cognac je voulais dire ;-)


Daniel Fattore 23/01/2010 21:18


J'avais rectifié - même si, au fond, on pourrait changer de breuvage!


didouchka 23/01/2010 10:58


Drôle d'histoire! Peut-être allez-vous reprendre le flambeau et faire la distribution de whisky... :-)


Daniel Fattore 23/01/2010 21:18


Ca fait un peu loin... même si l'idée est séduisante!


Tigger Lilly 23/01/2010 10:27


Voilà le genre d'anecdote que j'aime beaucoup. Merci de la faire partager.


Daniel Fattore 23/01/2010 21:19


J'aime bien ce genre d'histoire aussi - un peu insolite et littéraire. Il doit y en avoir d'autres...


Présentation

  • : Le blog de Daniel Fattore
  • Le blog de Daniel Fattore
  • : Notes de lectures, notes de musique, notes sur l'air du temps qui passe. Bienvenue.
  • Contact

Les lectures maison

Pour commander mon recueil de nouvelles "Le Noeud de l'intrigue", cliquer sur la couverture ci-dessous:

partage photo gratuit

Pour commander mon mémoire de mastère en administration publique "Minorités linguistiques, où êtes-vous?", cliquer ici.

 

Recherche

 

 

"Parler avec exigence, c'est offrir à l'autre le meilleur de ce que peut un esprit."
Marc BONNANT.

 

 

"Nous devons être des indignés linguistiques!"
Abdou DIOUF.