Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 novembre 2009 7 01 /11 /novembre /2009 20:08

... Dieu? Tel est le sujet du long appareil théorique qui ouvre, en une pseudo-théologie, l'ouvrage "Métaphysique des tubes", opus 2000 d'Amélie Nothomb. Autant dire que ça commence un peu comme une thèse: la théorie avant l'empirique. Avec un petit côté Evangile selon Saint-Jean détourné: "Au commencement il n'y avait rien." La théorie se développe sur quelques postulats curieux pour dresser le portrait de Dieu, être inanimé se contentant de manger et de déféquer, ce qui lui vaut d'être appelé un "tube" (digestif) - d'où le titre, on le comprend en page 9 déjà. L'auteur dénie par ailleurs tout regard à son Dieu (écrit avec majuscule, ce qui rend inévitable la comparaison avec le Dieu des Chrétiens, au contraire du "tube", écrit avec minuscule, comme n'importe quel nom commun), comme si le regard était l'apanage du vivant...

Quelques contorsions plus loin pour expliquer que les plantes ont quand même un regard (et qu'en est-il de la faune des abysses?) alors que Dieu n'en a pas, voilà que l'auteur passe brutalement (p. 36) du "il" (genre non marqué) au "je" (première personne du singulier, avec des accords au genre marqué (communément appelé féminin) pour bien montrer que le personnage dont il est question prend soudain conscience de son identité. Ainsi, on le comprend, c'est de l'enfance d'une fillette qu'il s'agit - une fillette qui fonctionne comme un légume ("la Plante", selon les parents, avec majuscule) pendant deux ans, donnant relativement peu de soucis à ses parents. 

A partir de là, l'idée de "Dieu" s'efface peu à peu. Seule une gouvernante japonaise considérera que celle qui devient la narratrice est un dieu, conformément à une tradition nippone qui veut que ce soit le cas jusqu'à l'entrée à l'école. Dès lors, peu à peu, on glisse vers le récit finalement assez classique des premières bêtises d'une fillette, jusqu'à l'âge de trois ans. Et l'on finit par se dire que les délires du début, si pesants ou dérangeants qu'ils puissent paraître, étaient quand même bien inventifs...

Autobiographie? On serait tenté de le penser, tant certains éléments rappellent l'auteur lui-même: enfance au Japon, fille de diplomate, rapport à l'eau et à la nourriture (un thème récurrent chez l'auteur), etc. Faut-il y croire? Il n'y a là aucun pacte autobiographique, puisque l'auteur a donné à "Métaphysique des tubes" le statut de roman. Autofiction? Je pense qu'on est dans ce genre-là: un roman qui prendrait pour sujet la vie rêvée de l'auteur elle-même. Petit paradoxe cependant: le livre se termine sur la phrase "Ensuite, il ne s'est plus rien passé" - or, Amélie Nothomb a trouvé dans sa vie suffisamment de matière pour raconter, dans le cadre d'autres romans. 

Vous m'avez suivi? A réserver aux fans, à mon avis, on l'aura compris... 

Amélie Nothomb, Métaphysique des tubes, Paris, Albin Michel, 2000.

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

la librivore 30/04/2010 09:47


J'ai adoré ce livre. J'ai mis votre article en lien sur mon blog car je le trouve très pertinent. Si cela ne vous dérange pas, bien sûr.


Daniel Fattore 30/04/2010 23:18



Merci de votre lien et de votre lecture, avant tout! De mon côté, j'ai lu plusieurs romans d'Amélie Nothomb, mais n'ai jamais été franchement convaincu; ce titre fait donc figure de couperet...
Cela dit, votre billet est aussi extrêmement pertinent!
N'hésitez pas à faire des liens vers mon blog; si l'occasion se présente, je ferai de même vers le vôtre.



livremania 17/02/2010 13:29


tout d'abord, merci pour vos commentaires

Amélie Nothomb est mon auteur préféré et j'ai adoré ce livre (surtout l'histoire des carpes ^^)


Daniel Fattore 17/02/2010 20:23


Je vous en prie! J'ai découvert des choses sympathiques sur votre blog. Merci de votre visite!

Pour ce qui est de Nothomb, après trois essais peu concluants pour moi, je vais laisser tomber...


liliba 08/11/2009 21:12


J'ai aimé les deux premiers Nothomb et puis après... bof... je ne lirai pas celui-ci.


Daniel Fattore 09/11/2009 21:04


... ben là, c'est mon troisième titre. Je ne vais probablement pas y revenir tout de suite...


Yv 04/11/2009 16:42


Jamais lu de Nothomb. Pas envie. Pas envie non plus de commencer. Et ce n'est pas cet article qui va me faire changer d'idée. Ouf ! Merci ! Sauvé !


Daniel Fattore 04/11/2009 20:34


A voir! Personnellement, j'ai voulu donner leur chance à ses textes, mais ça n'a pas vraiment pris...


valy christine oceany 04/11/2009 11:35


Alienor, j'approuve...pareil,pas du tout attirée par cet auteur. Peut-être à tort, j'en sais rien. La critique de Daniel pourtant très "posée" me rassure...je ne perds pas grand chose.


Daniel Fattore 04/11/2009 20:33


Sans doute pas.
Mais il y a un avantage pour celle ou celui qui veut découvrir: ses romans sont brefs.


Présentation

  • : Le blog de Daniel Fattore
  • : Notes de lectures, notes de musique, notes sur l'air du temps qui passe. Bienvenue.
  • Contact

Les lectures maison

Pour commander mon recueil de nouvelles "Le Noeud de l'intrigue", cliquer sur la couverture ci-dessous:

partage photo gratuit

Pour commander mon mémoire de mastère en administration publique "Minorités linguistiques, où êtes-vous?", cliquer ici.

 

Recherche

 

 

"Parler avec exigence, c'est offrir à l'autre le meilleur de ce que peut un esprit."
Marc BONNANT.

 

 

"Nous devons être des indignés linguistiques!"
Abdou DIOUF.