Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 décembre 2010 2 14 /12 /décembre /2010 23:27

DélivrancesNoann Lyne? La blogosphère le connaît parce qu'il tient son blog (il a même parlé de mon recueil de nouvelles - en vente ici, hé hé!). Mais peut-être est-il moins connu en qualité d'écrivain. Erreur! Son recueil "Délivrances" révèle en effet une originalité certaine dans l'approche du sujet qu'il s'est choisi: la mort, perçue comme une délivrance. Et il est n'est pas fréquent que le titre d'un recueil soit aussi pertinent.

 

On se dit en effet souvent que la mort est un passage pénible, difficile à vivre tant pour celui qui y passe que pour ceux qui l'entourent, voire l'aiment. Sujet délicat, donc! L'auteur retourne la question en se demandant si, au contraire, la mort n'était pas, finalement, un passage agréable, voire souhaité par celles et ceux qui trépassent. Le lecteur est averti d'emblée: certaines scènes sont déstabilisantes...

 

Souhaitable, alors, la mort? Embarquons dans le navire de l'auteur. Celui-ci met en scène des scénarios ayant trait à l'euthanasie ou au suicide - des thèmes attendus, mais abordés avec pertinence afin de secouer le lecteur, de le déranger fort à propos, dans une démarche littéraire pertinente où, à chaque fois, le personnage central est heureux de quitter son enveloppe de chair.

 

Première nouvelle du livre, "Chute Céleste" aborde la question délicate de l'euthanasie - belle entrée en matière! C'est avec beaucoup de pudeur que l'auteur en arrive progressivement à ce mot; il convoque aussi la difficulté de vivre qui caractérise le personnage principal de cette nouvelle, rendu inapte à toute communication verbale - ce qui le contraint, d'une part, à s'exprimer en clignant des yeux et, d'autre part... à jouer, et ce sera une constante du livre, la carte de l'introspection. Celle-ci convoque les quatre éléments: le ciel, ô combien désirable car lieu de destination de toute personne appelée à mourir, et l'eau (de mer), où s'achève plus d'une existence... mais aussi le feu, synonyme de l'âme, et  la terre, peut-être l'élément le moins désirable dans la mesure où il est synonyme de cailloux - et, sans doute, de la vie terrestre et de ses contingences.

 

La mer, élément de mort mais aussi élément de désir, est du reste un thème récurrent de ce recueil (voir la photo de couverture...), écrit par un homme qui semble connaître les vicissitudes de la vie d'un marin breton. Ainsi le personnage principal de "Désir ultime" rêve-t-il/elle du grand plongeon. Face à la femme qui souhaite ardemment se jeter définitivement à l'eau, on trouve un vieillard qui tient à la vie - contraste majeur, d'autant plus que l'une et l'autre sont présentés comme des archétypes hantant un décor si universel que chacun peut se l'imaginer. Celle que Paul Valéry présente comme "toujours recommencée" constitue également le point de départ de "Chute Céleste".

 

Introspection, ai-je dit? Les personnages de l'auteur ont volontiers la parole, c'est vrai, et de manière diversifiée. L'auteur sait en effet les faire parler par quelques biais originaux et propices. Ainsi y a-t-il les lettres qui ouvrent la nouvelle "Du plus haut des cieux" ou celle qui constitue l'ensemble du texte "Lettre à toi mon Ange". Introspections également dans les différentes interprétations de la vision chrétienne de l'au-delà, qui invitent le lecteur à donner, à son tour, un sens à ce qu'il adviendra de lui après son décès. La mort est-elle une fin ou un passage? L'auteur, formé aux écoles catholiques mais fort de son propre vécu, donne certes ses pistes, mais se garde bien d'imposer sa réponse. Est-ce que ce sera mieux "après"? Le passage sera-t-il difficile? Enfer, parads, purgatoire? Au lecteur de trouver sa voie.

 

Noann Lyne, Délivrances, Broc, La Plume Noire, 2010.

 

Exemplaires en vente ici ou en cliquant sur l'image.  

Partager cet article

Repost 0

commentaires

mamalilou 16/12/2010 18:14


Bientôt en semi-pause, et sans doute un peu moins prolixe sul net d'ici là, je passe déposer sur ton précieux blog toujours plein de pistes à suivre...des voeux délicieux pour des fêtes
chaleureuses auprès de ceux qui t'aiment. Bisous givrés


Daniel Fattore 16/12/2010 20:49



Merci pour ta visite!
A mon tour, je te souhaite de belles fêtes de fin d'année - à toi ainsi qu'à toutes celles et tous ceux qui te sont proches.
A te relire! :-)



Ginette 16/12/2010 10:04


Bonjour
Les 1200 recettes issues de «LA CUISINE POUR TOUS» le livre de Ginette Mathiot paru en 1955, sont rassemblées sur un site parfaitement désintéressé: http://WWW.SAPIDE.FR
Merci d’y jeter un coup d’œil et de le faire connaître si vous le jugez utile.
Bien à vous
G.


Daniel Fattore 16/12/2010 20:49



Merci pour l'information! Et merci pour votre visite.



noann 15/12/2010 11:04


Bonjour Daniel

Merci infiniment pour ce beau billet.

Je réalise d'après les retours que ce livre a les mêmes défauts que moi : il est discret, introverti, capricieux... bref encore du travail en perspective.

... je suis plus connu pour mon caractère de cochon que pour mes sites ou mes livres. Là aussi il y a du travail.


Daniel Fattore 16/12/2010 20:52



Je t'en prie - merci du compliment sur ce billet!
Défauts? Plutôt la marque d'une personnalité, qui se dévoile dans ses récits. A ce titre, c'est plutôt le signe d'une écriture franche, ce qui est une qualité.
Quant à faire connaître ses livres... c'est sans doute le tour de force, ou le défi, qui attend tous ceux qui écrivent! Si ce petit billet aura pu faire connaître un peu
"Délivrances", il aura atteint son but - et j'espère que d'autres liront ton recueil.
Bonnes écritures!



Présentation

  • : Le blog de Daniel Fattore
  • Le blog de Daniel Fattore
  • : Notes de lectures, notes de musique, notes sur l'air du temps qui passe. Bienvenue.
  • Contact

Les lectures maison

Pour commander mon recueil de nouvelles "Le Noeud de l'intrigue", cliquer sur la couverture ci-dessous:

partage photo gratuit

Pour commander mon mémoire de mastère en administration publique "Minorités linguistiques, où êtes-vous?", cliquer ici.

 

Recherche

 

 

"Parler avec exigence, c'est offrir à l'autre le meilleur de ce que peut un esprit."
Marc BONNANT.

 

 

"Nous devons être des indignés linguistiques!"
Abdou DIOUF.