Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 décembre 2010 7 12 /12 /décembre /2010 21:11

hebergeur d'imageLa photo de couverture du livre est sobre, froide même, pour ne pas dire inquiétante: qu'est-ce qui se cache dans ces bureaux à l'éclairage blafard, déserts dans la nuit? C'est justement le mystère des grandes administrations privées que l'auteur belge Nicole Malinconi cherche à percer dans son petit roman "Au bureau", paru en 2007 et réédité au format de poche aux éditions de L'Aube le mois dernier. Et la sobriété de la couverture et du titre fait écho au contenu.

 

 

Sobre? Minimaliste même, telle est la prose de l'auteur. Dans sa sécheresse extrême, le titre annonce clairement la couleur: tout se passe dans quatre tours de bureau, reliées entre elles par des passerelles, dans lesquelles l'auteur promène un regard d'entomologiste observant des fourmis dans un vivarium de verre recréant leur milieu naturel. Les chapitres sont brefs, le propos n'est guère dramatisé; et c'est de la sobriété extrême du style que naît, dans toute son éclatante force, la difficulté d'inavouables actions passées, si dérisoires et cruciales à la fois qu'elles puissent être.  

 

Car "Au bureau", c'est aussi l'histoire d'individualités que le hasard des embauches a rapprochées, d'histoires inavouables et de rumeurs dans lesquelles chaque lecteur reconnaîtra, une fois ou l'autre, un cas personnel ou celui d'un de ses propres collègues: la fille qui veut se faire refaire sa poitrine, celle qui boit en cachette et dont on n'ose même pas prononcer le prénom, les histoires d'amour au bureau, le collègue qui se suicide, le spectre des licenciements (choisit-on l'heure de son départ à la retraite?). Fondées sur les compétences, sur de simples rapports sociaux ou sur les niveaux de l'organigramme, les hiérarchies sont également diagnostiquées, à l'exemple de ce personnage qui se met en position de perdante avant même d'avoir agi, et n'ose même plus interroger sa collègue alors qu'elle est perdue face à son ordinateur.

 

J'ai utilisé tout à l'heure l'image des fourmis, à dessein. Qui sont, en effet, tous ces personnages? Tous ont certes un drame dans leur vie. Mais l'organisation n'en a guère cure: l'auteur n'évoquera pas les conséquences du suicide de Joël. En revanche, l'échec de la télévision d'entreprise, qui aurait dû créer un lien et révéler chacun aux autres, est bien abordé. Uniquement prénommés, les personnages sont pratiquement des anonymes - comme ils ne sont guère, pour l'entreprise, que des numéros essayant de vivre un peu, entre eux, entre autres autour de la classique machine à café.

 

Le lien entre les solitudes? C'est aussi un thème, et l'un des paradoxes de ce petit roman: d'un côté, les individualités ne se connaissent guère entre elles, au-delà d'un petit cercle. De l'autre, l'organisation tient à créer du lien. Les couloirs qui relient les tours participent de cet élément, tout comme le service des Relations publiques, censé connaître tout le monde, ou l'esprit de famille censé régner entre les parfaits inconnus regroupés dans ces quatre tours. Et si le journal interne s'intitule "Comme chez soi", ce n'est pas un hasard, on s'en doute. Mais est-on comme chez soi lorsque la restructuration menace? Hypocrisie d'un certain management...

 

Un petit livre à la froideur calculée, donc, qui recrée à la perfection, au fil de chapitres brefs et précis comme un livre de sciences, l'ambiance sèche et impersonnelle des tours de bureaux. Et si les solitudes trouvent une cohérence, c'est parce que l'auteur a placé Jean, observateur privilégié et fil rouge du récit, au sein de cette organisation. Jean qui écrit, Jean qui décrit, Jean qui fait partie des meubles et qu'on oublie parfois. Jean qui pourrait être de la prochaine charrette de licenciements...

 

Nicole Malinconi, Au bureau, La Tour d'Aigues, L'Aube, 2010.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Aloysius Chabossot 13/12/2010 23:57


Merci pour la précision, Daniel :)
Je vais donc l'acheter, car les romans qui se passe dans le milieu du travail contemporain m'intéressent beaucoup (et je trouve que curieusement il n'y en a pas beaucoup, même si ça commence un peu
à venir).


Daniel Fattore 14/12/2010 23:17



Je vous en prie!
Il y a effectivement d'excellents romans dont le cadre est celui du travail en entreprise. Vous avez sans doute repéré, dans un registre un poil différent, l'ouvage "Plan social" de François
Marchand; je vous le recommande. Et sinon, c'est sur un site Internet consacré à la gestion de projets que j'ai entendu parler du roman "Le Guépard" de G. T. di Lampedusa...
D'ores et déjà, bonne lecture avec Nicole Malinconi!



Lystig 13/12/2010 21:19


cela pourrait se passer dans mon entreprise...
deux bâts reliés entre eux, 5 en tout !


Daniel Fattore 14/12/2010 23:04



C'est ce qui est fortiche avec ce roman: certes minimaliste, il fait en sorte que plus d'un de ses lecteurs s'y reconnaîtra à un moment ou à un autre.



chab 13/12/2010 09:19


Bonjour Daniel.
Votre critique me donne vraiment envie de lire ce roman. Juste une question : pourquoi le qualifiez-vous (à trois reprises en plus !) de petit roman ? Peu de pages ou envergure limitée ?


Daniel Fattore 13/12/2010 20:07



Bonjour! Et merci de votre lecture attentive...
Ce roman est petit par la taille (111 pages au format de poche, bien aérées)... mais grand par la qualité et la pertinence, d'un point de vue littéraire. Je ne peux que vous le conseiller! Et
vous en souhaiter, d'ores et déjà, une bonne lecture.



Présentation

  • : Le blog de Daniel Fattore
  • Le blog de Daniel Fattore
  • : Notes de lectures, notes de musique, notes sur l'air du temps qui passe. Bienvenue.
  • Contact

Les lectures maison

Pour commander mon recueil de nouvelles "Le Noeud de l'intrigue", cliquer sur la couverture ci-dessous:

partage photo gratuit

Pour commander mon mémoire de mastère en administration publique "Minorités linguistiques, où êtes-vous?", cliquer ici.

 

Recherche

 

 

"Parler avec exigence, c'est offrir à l'autre le meilleur de ce que peut un esprit."
Marc BONNANT.

 

 

"Nous devons être des indignés linguistiques!"
Abdou DIOUF.