Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 novembre 2009 2 17 /11 /novembre /2009 22:03
 

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuitCécile de Quoi de 9, sur son excellent blog, a lancé un de ses traditionnels jeux (que je me refuse à qualifier d'idiots) consistant à se mettre dans la peau d'une personne qui, se sentant grugée par un slogan publicitaire, décide de porter plainte contre le produit ainsi commercialisé - ou contre l'entreprise qui le fabrique. J'ai décidé de mettre tout ça dans un seul paquet afin de bétonner mon dossier face au juge... - Vous êtes inspiré? N'hésitez pas à participer! 

 


Monsieur le Juge,

"La perfection au masculin", tu parles! J'ai eu envie d'avoir l'air parfait l'autre soir, pour sortir la fameuse minette que tout le monde reluque dans ma classe de lycée et que personne n'ose emballer. Moi, je me suis jeté à l'eau. Et j'ai voulu assurer! Nous avions rendez-vous au Grand Véfour... un "
haut lieu littéraire et politique", qu'ils disaient - tant qu'à faire, autant qu'elle me croie à la fois politicard en herbe et aspirant écrivain: ça fait joli sur un CV, même si dans les faits, les seules écritures que j'effectue sont celles de mes dettes - et qu'en matière de politique, je suis un tribun, certes, mais de brasserie. "... car le temps des mauvaises écritures est passé", pour reprendre ce qu'affirme l'éditeur Xenia, ce n'est pas moi! Mais l'essentiel, c'est qu'elle y croie.

Ah, pour ça, elle y a cru. Le maître d'hôtel, en revanche, bôf... J'ai certes dix-sept ans, mais je ne suis ni Rimbaud ni Besancenot (qui a quand même le double de mon âge), donc il m'a regardé un peu de travers. Ma fiancée d'un soir, elle, portait des "bottes de sept lieues", tout droit sorties d'un compte de Charles Perrault... quelle blague! Quand on mesure un mètre soixante-deux, même Louboutin n'est pas en mesure d'allonger sa foulée! Cela dit sans vouloir l'offenser. Le soir même, elle avait déjà eu l'occasion de me faire les gros yeux, avant même que nous ne débarquions au restaurant: "La perfection au masculin" devait, selon elle, être relativisée par mon coup de poignet peu compatible avec Gillette (que je retiens, sur ce coup-ci) et surtout par Osram, le fabricant d'ampoules bien connu: il prétend
éclairer plus de 150 pays dans le monde, mais dans ma salle de bains, bernique! J'ai dû admettre que je me suis rasé dans le noir parce que mes ampoules avaient sauté.

Elle m'a fait aussi des remontrances sur ma tenue. J'admets volontiers que j'avais mis mon plus beau T-Shirt Gap et mon meilleur jeans Levi's (supposé résister à la
traction de deux chevaux... pour voir ce que ça donne, j'ai accroché un jour un jour mon futal à un arbre et à une ficelle, et ai demandé à mon cousin de tester la résistance du vêtement avec sa Deux-Chevaux... et ça a craqué! Ma soeur a rafistolé ce qui pouvait l'être, mais il faut croire que ce n'est pas parfait). Mais c'est sur ma montre, la Longines que Tonton Charles Bolomey m'a offerte pour ma première communion, que j'ai tout misé: "Elegance is an attitude"... mes fesses! Je peux vous certifier qu'à elle seule, la Longines ne suffit pas à créer une attitude...

"
Aussi loin que vos rêves", disait mon banquier suisse... ben au moment de l'addition, j'ai dû constater, minable, que mes rêves allaient plus loin que ceux de ma banque! Minable, j'ai dû taper dans le larfeuille de ma compagne. A la fin, je me suis dit que "Red Bull me donnerait des ailes" et j'en ai touché deux mots à ma commensale. Elle y a cru, dur comme fer... Après avoir fait la plonge, nous sommes donc allés rafler un de ces breuvages dans un distributeur automatique sur les quais de la Seine, avons bu et nous sommes jetés d'un pont afin, enfin, de nous envoyer en l'air... Résultat: je suis là pour déposer plainte contre Red Bull, en mon nom (je me suis cassé les dents contre le pilier du Pont de l'Alma) et au nom de ma copine, qui, croyant comme moi que Red Bull permet de voler, s'est lamentablement gaufrée dans la Seine et est morte noyée. Voyez à quoi ça mène, ces slogans balancés à la légère! Au moins, Camel avait l'avantage d'être lucide, à l'époque: "Can Camels fly? No, but they can take you miles away!" Ca, c'était de la boîte sérieuse, b... de m...!

Veuillez agréer, Monsieur le Juge, etc.

Iconographie tirée des marques citées dans le présent billet.

Partager cet article
Repost0

commentaires

kathel 22/11/2009 11:01


J'adore ! J'ai commencé par la fin, en lisant la lettre de Cynthia d'abord, qui complète fort bien la tienne ! Que de talent ! ;-)


Daniel Fattore 25/11/2009 21:55


Le texte de Cynthia est vraiment costaud! Merci de ta lecture attentive...


Cynthia 21/11/2009 19:06


L'épisode est en ligne ;)


Daniel Fattore 25/11/2009 21:51


Lu! Et ce fut fendard - félicitations!


Cynthia 19/11/2009 13:42


J'ai tellement ri en lisant ton billet que je songe à faire parler la noyée^^


Daniel Fattore 19/11/2009 21:48


Ho ho! Je me réjouis de lire cet épisode, qui sera à coup sûr extrêmement croustillant...


liliba 18/11/2009 21:49


Daniel, tu m'épateras toujours !!!


Daniel Fattore 18/11/2009 22:28


... et toi, tu me feras toujours rougir!  


Cécile 2 Qd9 18/11/2009 14:03


Il va sans dire que j'adore et que cet article finira comme il se doit dans ma sélection blogesque de la semaine 47 !!!


Daniel Fattore 18/11/2009 22:28


Merci pour cet insigne honneur!


Présentation

  • : Le blog de Daniel Fattore
  • : Notes de lectures, notes de musique, notes sur l'air du temps qui passe. Bienvenue.
  • Contact

Les lectures maison

Pour commander mon recueil de nouvelles "Le Noeud de l'intrigue", cliquer sur la couverture ci-dessous:

partage photo gratuit

Pour commander mon mémoire de mastère en administration publique "Minorités linguistiques, où êtes-vous?", cliquer ici.

 

Recherche

 

 

"Parler avec exigence, c'est offrir à l'autre le meilleur de ce que peut un esprit."
Marc BONNANT.

 

 

"Nous devons être des indignés linguistiques!"
Abdou DIOUF.