Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 février 2010 5 05 /02 /février /2010 22:39

Vous avez dit premier roman? Roman africain? Le lecteur de "Lisahohé", récit du Togolais Théo Ananissoh, se retrouve plongé, mine de rien, dans un récit qui a tout de la recherche des origines, entre quête et enquête, poursuivie par un narrateur qui a longtemps vécu en Allemagne (mais a aussi des attaches en France) et, du coup, ressemble un peu à l'auteur.

"Lisahohé" est placé sous le patronage d'André Gide, dont on retrouve les traces dans la narration et, peut-être, dans le fond même du propos de l'auteur. Mais de manière plus directe, le lecteur est amené à se souvenir du "Cahier d'un retour au pays natal" d'Aimé Césaire, dans une version soft toutefois. Aimé Césaire choisit en effet la versification pour impulser davantage de force brûlante à un propos déjà dur; Théo Ananissoh, lui, opte pour une prose apparemment classique, jamais incantatoire, tout à fait en phase avec ce qu'on peut lire sous la plume d'un écrivain occidental. Froid? On dira plutôt: factuel.

Ce que le narrateur retrouve lorsqu'il revient dans son pays après de longues années le surprend: les lieux ont changé, mais aussi les hommes. Cela, à telle enseigne que le narrateur se sent chez lui comme un touriste, face à des gens qui, bien que récemment installés, connaissent le terrain mieux que lui. Le côté touristique est mis en évidence par quelques éléments précis: une arrivée en minibus, le logement dans un hôtel où la moustiquaire est en option, où se trouvent des guirlandes lumineuses et où logent des Allemandes - tant il est vrai que dans l'imaginaire collectif, on trouve partout des touristes issus de l'Allemagne. Et puis, le narrateur se fait véhiculer çà et là - comme s'il n'avait plus aucune connaissance sur place. Ce qui est un peu vrai.

Ces connaissances ont disparu, soit à l'étranger, soit dans le cadre d'événements politiques ou guerriers. C'est là qu'arrive le coeur du récit, à savoir le meurtre d'un ministre. On n'est pas dans une intrigue policière, cependant. Quête ou enquête, le narrateur (et le lecteur) finira donc par recoller les morceaux épars que les personnages, toujours de parti pris, voudront bien lui livrer. Et au passage, il grapille tout ce que la communauté de Lisahohé a vécu pendant son absence. Une révolution, dirait-on, mais peinte à pattes de velours.

Mais le velours était-il la bonne solution pour ce récit? Court, structuré en chapitres brefs où les dialogues sont nombreux, "Lisahohé" laisse une impression de superficialité qui n'est sans doute pas voulue par l'auteur, et c'est un peu dommage: le lecteur aurait sans doute apprécié que l'auteur aille creuser davantage dans l'histoire du pays qu'il présente, ainsi que dans les caractères de ses personnages. A moins que l'aspect restreint du voyage qu'a fait le narrateur ne lui permette de ne voir que des fantômes? Mais alors, le narrateur, le personnage principal donc, celui par qui le lecteur est invité à voir le récit, est paresseux comme un touriste... d'autant plus que d'un point de vue littéraire, le projet de l'auteur est fort pertinent et aurait mérité d'être plus approfondi, surtout à une époque où la mobilité est un maître mot.

Lu dans le cadre du "
Safari littéraire"; peut entrer dans les critères du défi du "Premier roman" des Mots de Pascale, puisqu'il s'agit bel et bien d'un premier roman... à noter que l'auteur vient de publier "Ténèbres à midi" aux éditions Gallimard.

Théo Ananissoh, Lisahohé, Paris, Gallimard/Continents noirs, 2004.

Il en est question ici:
La plume francophone, Défi des 5 continents (A Girl From Earth), Bons livres bons amis, Jeune Afrique. Il est piquant de constater qu'alors que l'auteur vit en Allemagne, ce roman a été traduit en italien...
Interview de l'auteur sur
Succoacido.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Pickwick 10/02/2010 00:15


Merci pour ces compléments, je vais "zieuter" tout ça aussi de mon coté !


Daniel Fattore 10/02/2010 22:38


Pas de quoi! Bonne quête... et bonne lecture!


Pickwick 09/02/2010 20:23


Ton commentaire est vraiment bien vu pour qui - comme moi - ne connait pas du tout l'auteur. Tes réserves semblent tout à fait fondées, sans pour autant pousser à se détourner du livre, mais plutot
à se faire une idée par soi-meme. Et est-ce que tu sais si les romans d'Ananissoh sont également publiés en poche ?


Daniel Fattore 09/02/2010 22:43


Bonsoir et merci de ta visite!
J'ai essayé de noter mon ressenti - cet ouvrage vaut certes la peine d'être lu, mais je suppose qu'au fil des titres, son auteur a dû prendre de la bouteille. Je pourrais donc être tenté par
son troisième opus, qui est actuellement en librairie parce qu'il vient de sortir. En revanche, il ne me semble pas que cet ouvrage, pourtant publié par Gallimard, ait paru en poche - en
tout cas, rien sur Amazon.  


A_girl_from_earth 07/02/2010 00:25


Ravie de lire un autre lecteur de cet auteur dont j'apprécie vraiment la plume! Pour ma part, je n'ai pas eu cette impression de superficialité mais plutôt d'esquisse qui en dit assez pour
s'imaginer cet univers et ces personnages dépeints par l'auteur.
J'ai lu son deuxième roman aussi et j'apprends donc avec plaisir ici qu'un troisième vient de sortir! Chouette!:)


Daniel Fattore 07/02/2010 16:16


... effectivement une impression de superficialité, d'être un peu passé à côté de l'essentiel. Mais je pourrais avoir envie de remettre ça si l'occasion se présente.
Merci de ton message - et bonne lecture pour le troisième opus! Il est actuellement dans les librairies.


pascale 06/02/2010 08:20


ok, alors rdv au prochain premier roman, bien hâte de le découvrir... je mets tout ça à jour ... bonne journée..


Daniel Fattore 06/02/2010 08:56


Je crois que j'ai trouvé ce qu'il faut. Et ce sera certainement une découverte. A bientôt donc, et bonne fin de semaine! :-)


Pascale 06/02/2010 07:51


merci pour ton lien, mais cet auteur ayant publié d'autres romans, je vais le classer dans la page info et participant, pour rentrer dans le challenge, l'auteur ne doit avoir publié un roman unique
afin de le faire connaître... mais intéressant comme livre et cette information est excellente pour faire connaitre cet auteur ... merci encore et bonne journée... j


Daniel Fattore 06/02/2010 08:19


Pas de problème! J'ai du reste fini récemment un autre livre, qui est bel et bien un premier roman. Et sur ma PAL, je devrais bien avoir encore de quoi faire. Donc partie remise!
Et merci de ta visite!


Présentation

  • : Le blog de Daniel Fattore
  • : Notes de lectures, notes de musique, notes sur l'air du temps qui passe. Bienvenue.
  • Contact

Les lectures maison

Pour commander mon recueil de nouvelles "Le Noeud de l'intrigue", cliquer sur la couverture ci-dessous:

partage photo gratuit

Pour commander mon mémoire de mastère en administration publique "Minorités linguistiques, où êtes-vous?", cliquer ici.

 

Recherche

 

 

"Parler avec exigence, c'est offrir à l'autre le meilleur de ce que peut un esprit."
Marc BONNANT.

 

 

"Nous devons être des indignés linguistiques!"
Abdou DIOUF.