Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 juillet 2011 1 04 /07 /juillet /2011 18:37

hebergeur imageRoman noir, lu par Catherine.

A commander ici (cliquer sur "ici").

Le blog de l'auteur, le site de l'éditeur.

 

Premier roman prometteur que "Il n'y a pas de requins dans la Loire", signé Bruno Chiron et publié en 2010 aux éditions La Plume Noire! L'auteur y instille des ambiances inquiétantes en faisant interagir toute une brochette de personnages moins sympathiques qu'il n'y paraît. C'est que parfois, quand on s'intéresse à ce qui est au-delà de la surface polie des choses, l'horreur naît, poussant aux gestes extrêmes.

 

L'incipit de ce roman dit magistralement l'essentiel: "Le naufrage et la disparition de la petite Eva furent une chance inespérée dans la carrière de Daniel Mouret." D'emblée, le lecteur sait donc qu'il y a un problème, celui de la noyade d'Eva; il va s'attendre à voir ce fantôme hanter tout le roman (l'idée de fantôme revient du reste plus tard, en écho, dans le cadre de la vie de couple de Daniel et de Sonia, sa femme). Le personnage de Mouret est d'emblée présenté; ce sera lui qui tiendra la scène tout au long du roman. Enfin, le terme de "chance" est ambigu: peut-on considérer que la disparition d'une fillette est vraiment une chance? Et quelle sera vraiment la destinée du clerc de notaire Daniel Mouret?

 

Au fil des pages, le lecteur va se retrouver confronté à pas mal d'éléments d'apparence étrange ou qui semblent ne pas coller, mais qui s'expliquent, chacun à leur manière, au fil du récit. Le premier constitue pour ainsi dire le noeud de l'intrigue: un jeune couple plein d'avenir quitte Paris pour la province - alors que dans l'imaginaire, on peut considérer que la dynamique est plutôt inverse, tendant à faire monter les provinciaux vers Paris. Par ailleurs, le jeune couple fréquente un restaurant à kebabs, ce qui cadre un peu mal avec le personnage de Sonia, qui semble ne pas apprécier de se complaire dans la médiocrité et aspire à un statut social moins étriqué. Enfin, comment imaginer un clerc de notaire jouant à des jeux vidéo après le travail?

 

C'est que Daniel, on l'apprend peu à peu, a un côté velléitaire mou. Son caractère le rend inapte à faire face à une quelconque adversité afin de la tourner à son avantage, au-delà d'un peu de colère. L'ultime épisode du récit en fera foi. Cela a deux implications: d'une part, nous avons affaire ici à un couple fort mal assorti que l'auteur radiographie avec acuité avant de le faire éclater. D'autre part, l'auteur a suffisamment d'ironie pour faire découvrir toute la vérité au seul Daniel (avec un habile épisode d'explications de texte au chapitre 13), un Daniel qui ne serait en aucun cas crédible et pourrait même se retrouver en situation délicate s'il allait raconter ce qu'il sait, ce qu'il a découvert, aux policiers. Le pauvre: nanti de la clé du livre, il est situé dans une impasse du fait de son tempérament. Cela, alors que Sonia a trouvé une issue honorable.

 

Enfin, honorable... son amant, Bernard, est un personnage riche qui présente une façade trop polie pour être vraiment honnête. A ce titre, le fait qu'il ait vendu sa maison à vil prix au jeune couple a quelque chose d'étrange aussi - le lecteur découvrira peu à peu, en suivant Daniel, la clé du mystère. Car tout se tient...

 

La construction de ce roman est donc astucieusement pensée, au-delà de quelques maladresses de plume. L'auteur sait à la fois aller à l'essentiel ("Il n'y a pas de requins dans la Loire" pèse 160 pages) et accrocher son lecteur en campant une ambiance omniprésente d'inquiétude, sur le rythme d'une chanson rare de Serge Gainsbourg, "La Noyée". Gien est-elle une ville tranquille? Oui, mais méfions-nous de l'eau qui dort - y compris celle de la Loire, qui traverse elle aussi ce roman, roulant ses eaux faussement dormantes.

 

Bruno Chiron, Il n'y a pas de requins dans la Loire, Broc, La Plume Noire, 2010.

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Mélusine 05/07/2011 09:55


Voilà qui m'intrigue. Je vis en bord de Loire, je ne risque pas de faire des cauchemars? Tu m'as convaincue, je note.


Daniel Fattore 05/07/2011 20:34



C'est le premier roman d'un ami - et il en vaut la peine! Essaie donc! Pour la commande, passe par le site Lulu.com (selon le lien de l'article) ou prends contact avec l'auteur, Bruno Chiron, via
son blog: peut-être aura-t-il un exemplaire à te dédicacer?



Bruno 04/07/2011 21:54


Merci pour cette critique sérieuse et élogieuse. C'est un encouragement à poursuivre !


Daniel Fattore 04/07/2011 21:56



Merci à toi! J'ai vraiment trouvé le tout bien troussé: en particulier, tous les éléments qui semblent curieux en début de lecture se sont trouvés bien éclairés au fil du récit. Bien joué - je me
réjouis de découvrir ton prochain roman...



Présentation

  • : Le blog de Daniel Fattore
  • Le blog de Daniel Fattore
  • : Notes de lectures, notes de musique, notes sur l'air du temps qui passe. Bienvenue.
  • Contact

Les lectures maison

Pour commander mon recueil de nouvelles "Le Noeud de l'intrigue", cliquer sur la couverture ci-dessous:

partage photo gratuit

Pour commander mon mémoire de mastère en administration publique "Minorités linguistiques, où êtes-vous?", cliquer ici.

 

Recherche

 

 

"Parler avec exigence, c'est offrir à l'autre le meilleur de ce que peut un esprit."
Marc BONNANT.

 

 

"Nous devons être des indignés linguistiques!"
Abdou DIOUF.