Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 avril 2012 5 06 /04 /avril /2012 21:48

hebergeur imageRoman, lu par Astrid Manfredi, CassiopéeCéline, Christine, EdenLiliba, Lucie, Marine, Marque-pages, Oncle PaulToujours à la page.

Le site Internet de l'auteur. Merci à Pascal Marmet pour l'envoi!

 

Onze carnets noirs chez un notaire, quelques personnes viennent les chercher... et c'est pour elles le début des catastrophes et des remises en question. Tel est le point de départ du roman "A la folie" de Pascal Marmet, paru aux éditions France-Empire. Cette lecture a été une excellente surprise: il s'agit d'un texte qui sait prendre les bons virages pour surprendre et révéler peu à peu les éléments essentiels de l'intrigue.

 

La structure du récit est conçue de manière parallèle, l'auteur invitant le lecteur à se mettre successivement dans la peau de Pascal Langle, assureur reconverti dans la direction de théâtre, et de Joanna Marcus, pigiste aux abois. L'alternance n'est pas rigoureuse; au fil du roman, l'auteur saura se glisser dans la peau d'autres personnages concernés. Du coup, changement dans les exergues aussi: alors que celles qui ouvrent les chapitres consacrés à Joanna et à Pascal sont signés d'une Ludmilla plus ou moins masquée, les autres arborent d'autres auteurs, ou personne - en fonction de la personnalité présentée.

 

Ludmilla, c'est la femme qu'on voit sur la couverture du livre, et dans le roman, son parcours est peu banal. Son prénom correspond au titre d'un autre roman de l'auteur; est-ce la même personne? Si un tel jeu d'échos existe d'une oeuvre de l'auteur à l'autre, ce dernier sait aussi jouer des résonances à l'intérieur de son roman. Il y a par exemple l'écho de la phrase "Je vais me répéter une dernière fois", tic de langage commun au notaire et à sa réceptionniste. Ou l'incendie du théâtre de Pascal Langle, auquel répond la crémation de certains personnages devenus inutiles. Ou encore la récurrence de la réceptionniste je-m'en-foutiste du notaire - elle apparaît deux fois, mais est-ce bien la même?

 

Dans la mesure où l'auteur fait peu à peu la lumière sur son récit, le lecteur sait qu'il a affaire à un roman à suspens. Pas évident au début, cependant: on pourrait croire, plutôt, à un texte introspectif sur l'impossible deuil d'un amour ou à une comédie romantique à l'américaine, dont le principe consiste à rapprocher sentimentalement deux personnages que tout éloigne, ou de concrétiser un amour réputé impossible. Cela, l'auteur ne le renie pas... et il sait manier un certain esprit d'astuce à l'occasion. Cela apparaît clairement dans le chapitre consacré à l'entretien d'embauche de Joanna Marcus chez "L", un journal du groupe Lagardère, calque assez transparent de "Elle" (Valérie Trianon, ça sonne presque comme Valérie Toranian - qui est la "vraie" rédactrice en chef de "Elle"). Le comportement de Mme Trianon n'est du reste pas sans rappeler, de loin, celui de la Miranda Priestly de "Le diable s'habille en Prada".

 

A ce jeu presque folâtre s'opposent quelques scènes d'action bien menées, telle la course-poursuite à travers Paris, qui dénote un talent certain d'observation de la part de l'auteur: celui-ci ne manque pas d'évoquer certains détails connus voire touristiques, à l'instar des animaleries du Quai de la Mégisserie ou des cadenas d'amoureux du Pont des Arts. Le soin du détail se retrouve aussi dans le style, rythmé par des phrases sans verbe, des points d'exclamation et d'interrogation et des moments où, à la manière de syncopes, les personnages s'interpellent eux-mêmes. Du reste, chaque personnage est bien caractérisé, également par le style: plus posé et introspectif pour Pascal Langle, plus pétulant et culotté, avec des dialogues rapides, pour Joanna Marcus.

 

De Paris à Nice et à Calvi, c'est donc à un voyage dynamique à travers la France que l'auteur invite son lecteur - une France diverse, qui aime certes le glamour (yacht, logement dans le Marais, magazine féminin à la mode) mais n'oublie pas le mal de vivre de ses personnages. Une lecture rapide, une plume vigoureuse qui oscille entre thriller à ambitions scientifiques et histoire amoureuse: "A la folie" est un roman à découvrir.

 

Pascal Marmet, A la folie, Chaintreaux, France-Empire, 2012.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

mary 10/05/2012 01:05

en fait , je n'avais pas trop d'interêt pour la littérature avant de connaitre Pascal Marmet
mais il se donne tellement de mal avec ses soirées littéraires et ses chroniques radio que l'on ne peut qu'aimer les livres..
le siens et ceux qu'ils nous conseillent..

Daniel Fattore 10/05/2012 21:52



Il est réjouissant qu'un auteur amène quelqu'un à la lecture et à la littérature! Je vous souhaite plein d'autres découvertes. Avez-vous lu d'autres livres de lui? J'en ai encore un ou deux sur
ma pile à lire; il en sera question par ici un jour ou l'autre.
J'ai aussi l'impression que Pascal Marmet n'hésite pas à mouiller sa chemise pour faire connaître ses livres - je vois qu'il fait des dédicaces, qu'il propose ses ouvrages aux blogueurs et à la
presse,... bravo à lui! Cela n'a rien d'évident, certains auteurs préférant rester un peu en retrait des activités de promotion.
En tout cas, je vous souhaite beaucoup de bonheur avec la littérature - avec les livres de Pascal Marmet ou avec ceux d'autres écrivains, d'hier ou d'aujourd'hui.



mary 04/05/2012 15:28

pour sûr ca va dérouter les puristes....
il n'ont pas l'habitude d'avoir du sentiment dans un polar
mais après tout pourquoi pas ?

Daniel Fattore 08/05/2012 22:16



... euh, du sentiment dans un polar, ça s'est vu. L'originalité, ici, réside plutôt dans le mélange entre un roman à la fois romantique (et qui se termine par un final plutôt heureux) et des
éléments de suspens volontiers trépidants. Ce qui, au fond, est encore plus intéressant - l'auteur, M. Marmet, que vous connaissez sans doute, devrait creuser cette veine.
Merci de votre visite!



katia 04/05/2012 13:40

ce qui déroute les puristes du polar
c'est qu'il s'agit d'un très bon livre à suspense
Il y a de l'émotion de la poésie dans ce texte
ce n'est pas froid
l'écriture est fluide ,claire,vive et c'estélicieusement romantique

Daniel Fattore 08/05/2012 22:13



Les puristes du polar apprécient les "très bons livres à suspens"... ce qui peut surprendre en revanche - et là je vous rejoins - c'est le mélange entre sentiments et ambiances de thriller. Et
là, pour M. Marmet, il y a vraiment une piste à creuser.
Merci de votre visite par ici!



Hemera 29/04/2012 12:10

J'ai beaucoup aimé moi aussi. Ca change des thriller classique :)

Daniel Fattore 30/04/2012 20:39



Ca change, en effet! Je me réjouis de retrouver cet auteur dans ses oeuvres antérieures.
Merci de votre visite! :-)



Noukette 20/04/2012 14:55

Je suis bien moins emballée que tout au final même s'il a de vraies bonnes choses dans ce roman...

Daniel Fattore 21/04/2012 16:39



Ce n'était pas parfait, mais j'ai passé un bon moment de lecture avec ce livre; il y a des pages bien troussées là-dedans.



Présentation

  • : Le blog de Daniel Fattore
  • Le blog de Daniel Fattore
  • : Notes de lectures, notes de musique, notes sur l'air du temps qui passe. Bienvenue.
  • Contact

Les lectures maison

Pour commander mon recueil de nouvelles "Le Noeud de l'intrigue", cliquer sur la couverture ci-dessous:

partage photo gratuit

Pour commander mon mémoire de mastère en administration publique "Minorités linguistiques, où êtes-vous?", cliquer ici.

 

Recherche

 

 

"Parler avec exigence, c'est offrir à l'autre le meilleur de ce que peut un esprit."
Marc BONNANT.

 

 

"Nous devons être des indignés linguistiques!"
Abdou DIOUF.