Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 janvier 2012 4 26 /01 /janvier /2012 22:09

hebergeur image"Une belle brochette de raclures": cette expression est tirée de "Raklur", de Sébastien Bouchery. Elle résume à elle seule le trait de caractère commun à la plus grande part des personnages de ce roman - le quatrième que l'auteur, également éditeur, signe. Paru dans le sillage de la rentrée littéraire 2011, il s'agit d'un thriller musclé et un peu gore, qui exige du lecteur quelques talents de tout-terrain...

 

... du point de vue des bémols, on relèvera un nombre certain de coquilles et de maladresses de plume évitables. Quelques imprécisions et éléments étranges viennent hanter le récit: il est par exemple difficile d'imaginer l'éjection du chauffeur, donné pour mort, du bus accidenté et couché sur le côté. Cela, sans compter un pasteur fou qui, bien que protestant, semble vouloir rendre des comptes au Pape. Cela laisse un petit goût d'inachevé, brut de décoffrage, au livre.

 

Mais "Raklur" se laisse lire, et même dévorer. Plus encore: les pages se tournent toutes seules. C'est que l'auteur sait raconter une histoire en ayant le souci d'accrocher. Son style simple et efficace claque bien, les descriptions sont volontiers visuelles et permettent de se faire facilement une image des personnages. Et de quoi s'agit-il? L'auteur met en scène quelques rescapés d'un accident de bus, coincés dans jardin zoologique désaffecté pendant une nuit de tempête de neige hyper-glaciale, loin de tout, à une époque (1992) où n'existaient ni le GPS, ni les téléphones portables. Savoir qu'il y a vingt ans, on pouvait se retrouver coincé sous la neige entre la Loire et le Puy-de-Dôme a, c'est le cas de le dire, quelque chose de glaçant...

 

Le lecteur sera frappé par un élément intrigant: tous les survivants de l'accident de bus sont des personnes aux penchants inavouables. Tous sont odieux, comme par hasard. Cela, l'auteur le dévoile et l'explique progressivement, et c'est adroit de sa part: il crée un rythme en faisant alterner des scènes de neige et des flash-back montrant les survivants en action dans leur vraie vie. Etape par étape, le lecteur découvre leur vraie nature - une vraie galerie des horreurs où l'on croise une critique gastronomique cannibale, un médecin légiste nécrophile, un pasteur fou, etc. Par le choix d'un vocabulaire choisi, l'auteur n'hésite pas à condamner vivement de tels comportements.

 

C'est à travers le point de vue de Gus que le lecteur est invité à vivre ces péripéties. Gus, l'assassin, le repris de justice... qui a cependant tendance à se croire meilleur que les autres. Suffisamment, en tout cas, pour se poser en leader du groupe et se montrer particulièrement attiré par les deux personnes apparemment saines d'esprit embarquées dans cette galère: Mascha et sa fille. Une fille qui va survivre à une action présentée comme mortelle, et va être le canal par lequel le lecteur sera informé du fin mot de l'affaire.

 

Sont-elles vraiment humaines, ces raclures? Le fait de les rassembler dans un jardin zoologique laisse entendre que non - comme si c'étaient, en fin de compte, des bêtes juste bonnes à être emprisonnées et jetées en pâture à des visiteurs voyeurs. Présentées comme un huis clos, les cages du zoo préfigurent ainsi les geôles dans lesquelles on a envie de jeter ces personnages, terribles sous un vernis souvent respectable qui s'effrite peu à peu. Le titre "Raklur", c'est, enfin, une manière de décrire qui a le mérite de la clarté. Le lecteur découvrira, en fin de récit, la raison d'être du tilde inversé que porte le "a" du titre. 

 

Sébastien Bouchery, Raklur, Veauche, Eastern Editions, 2011.

Lu dans le cadre du défi "Pour-cent de la rentrée littéraire 2011".

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Nathalie 30/01/2012 20:47

Rien que ta chronique glace le sang... Tu as l'air d'en dire beaucoup tout en laissant encore plus à découvrir.

Daniel Fattore 30/01/2012 22:31



... un roman qui a ses forces et ses faiblesses, mais qui est indéniablement accrocheur! Je te le recommande.



Alex-Mot-à-Mots 30/01/2012 14:13

Un rapport avec les SA de Rommel ? En totu cas, je note ce titre, malgré tous les bémols.

Daniel Fattore 30/01/2012 19:52



Je n'ai pas vu de rapport dans ce sens...
... en revanche, tu devrais pouvoir trouver ce livre assez facilement à Saint-Etienne, peut-être à la Librairie de Paris. D'ores et déjà, bonne lecture; et je me réjouis de découvrir ton billet
sur ce livre, le cas échéant.
Et puis, l'auteur est quelqu'un de sympa, avec qui j'ai bien pu discuter lors de la dernière Fête du Livre.



Présentation

  • : Le blog de Daniel Fattore
  • Le blog de Daniel Fattore
  • : Notes de lectures, notes de musique, notes sur l'air du temps qui passe. Bienvenue.
  • Contact

Les lectures maison

Pour commander mon recueil de nouvelles "Le Noeud de l'intrigue", cliquer sur la couverture ci-dessous:

partage photo gratuit

Pour commander mon mémoire de mastère en administration publique "Minorités linguistiques, où êtes-vous?", cliquer ici.

 

Recherche

 

 

"Parler avec exigence, c'est offrir à l'autre le meilleur de ce que peut un esprit."
Marc BONNANT.

 

 

"Nous devons être des indignés linguistiques!"
Abdou DIOUF.