Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 septembre 2010 3 01 /09 /septembre /2010 23:10

PhotobucketIl arrive qu’une entreprise se trouve dans l’obligation de se séparer d’une partie de son personnel. Problème : quand on est déjà un peu serré, un plan social peut s’avérer ruineux. Alors, pourquoi ne pas recourir à des méthodes plus, disons, euh, expéditives ? Telle est l’idée qui vient à Emile Delcourt, patron d’une entreprise familiale dont il est l’héritier. Et tel est le propos de « Plan social », deuxième roman de François Marchand, publié au Cherche-Midi.

 

Tout les éloigne, tout les rapproche pourtant…

Le lecteur est d’emblée saisi par un climat d’humour noir qui décape tout ce qui se présente, sans ménagement. Les consultants externes sont les premières cibles de ce roman – ces gens que l’auteur présente comme des êtres fades, vaguement méprisants, qui coûtent un saladier et se gargarisent de termes abscons comme teambuilding outdoor, management par projets, etc. L’auteur crée ici une petite musique, chant du consultant que le chef de l’entreprise apprend à imiter pour mieux le mener en bateau.

 

N’allons pas croire, cependant, que le consultant externe du roman, affublé du nom de Walfard (anglais ? français ?), est l’allié d’Emile Delcourt. L’auteur oppose ici le Parisien aux idées sophistiquées et le chef d’entreprise familiale provinciale (nous sommes dans une fabrique d’ancres de marine du département du Nord), présenté comme gardant les pieds à peu près sur Terre. A ses côtés, un autre personnage garde lui aussi les pieds sur Terre : le leader syndical de l’entreprise, Burnier.

 

L’actualité en embuscade

Paradoxalement, le syndicaliste Burnier et le patron Delcourt se retrouvent alliés d’un dégraissage des plus musclés. L’auteur met ici en évidence, avec beaucoup d’habileté, ce qui rapproche ces deux personnages que tout éloigne dans la vraie vie. Au fond, ce sont tous deux des conservateurs pur jus, tenants d’une approche à l’ancienne de leurs rôles respectifs. Et, pour ne pas verser dans un manichéisme convenu, tous deux sont pourris, le lecteur le découvre assez vite – je le laisse découvrir pour quoi roule le syndicaliste. Deux âmes grises ? Oui, mais gris foncé. Capables de tirer leur épingle d’un jeu délirant qui va loin. Et délicieusement odieuses, ce que le lecteur appréciera à sa juste valeur.

 

Avec un thème comme celui du « plan social » nouvelle mouture, l’auteur ne saurait faire abstraction de l’actualité, ni de quelques grands thèmes de l’économie. La concurrence chinoise est évoquée, de même que certaine crise dont on ne finit pas de sortir. Dans un registre tragique revu sur un ton ironique, l’entreprise restructurée connaîtra « sa » tentative de suicide. Comme à France Télécom.

 

Il y a dans ce roman de cent vingt pages un côté « il n’y a personne pour racheter l’autre » savoureux et jouissif qui n’est pas sans rappeler d’excellentes pages de Tom Sharpe. En outre, il rapproche ce qui, en principe, se repousse, parce qu’on est tous égaux dès qu’on met les doigts dans la crasse. Acérée, précise, la plume de l’auteur égratigne tout ce qu’elle touche, et fait mouche à tout coup, ne reculant ni devant l’outrance, ni devant le burlesque. Un roman un poil court ? Tant mieux : François Marchand sait aussi partir avant de lasser… et réussit ainsi sa sortie.

 

04_chronique_de_la_rentree_litteraireFrançois Marchand, Plan social, Paris, Le Cherche-Midi, 2010, 120 pages.

 

Ce livre a été chroniqué dans le cadre d’un partenariat avec le site Chroniquesdelarentreelitteraire.com et dans le cadre de l’organisation du Grand Prix Littéraire du Web Cultura. Merci à l'éditeur, Le Cherche-Midi, et aux partenaires!

 

Lu dans le cadre du défi "1% littéraire 2010" (3/7) 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

clara 03/09/2010 21:28


au final, je le note !


Daniel Fattore 03/09/2010 21:55



Hé hé! J'ai hâte de connaître ton avis. D'ores et déjà, bonne lecture et bien du plaisir!



Alex-Mot-à-Mots 03/09/2010 20:19


Il me tenterai bien celui-ci. Je note.


Daniel Fattore 03/09/2010 21:26



Si tu aimes l'humour noir bien tassé, tu vas te régaler!



clara 02/09/2010 20:35


A voir, le thème m'intéresse ...


Daniel Fattore 03/09/2010 21:22



C'est du décapant, mais c'est bien troussé! Et l'auteur sait être suffisamment bref pour ne pas saturer le lecteur. A mon avis, c'est une réussite dans le genre.



Lili Galipette 02/09/2010 11:36


Beau billet, mais un livre qui n'est pas pour moi...


Daniel Fattore 03/09/2010 21:22



... un livre sur le monde de l'entreprise, narré sur le ton de l'humour noir - no soucy!
Je te souhaite cependant de nombreuses et belles découvertes dans le cadre de la rentrée littéraire 2010!



Présentation

  • : Le blog de Daniel Fattore
  • : Notes de lectures, notes de musique, notes sur l'air du temps qui passe. Bienvenue.
  • Contact

Les lectures maison

Pour commander mon recueil de nouvelles "Le Noeud de l'intrigue", cliquer sur la couverture ci-dessous:

partage photo gratuit

Pour commander mon mémoire de mastère en administration publique "Minorités linguistiques, où êtes-vous?", cliquer ici.

 

Recherche

 

 

"Parler avec exigence, c'est offrir à l'autre le meilleur de ce que peut un esprit."
Marc BONNANT.

 

 

"Nous devons être des indignés linguistiques!"
Abdou DIOUF.