Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 février 2012 7 19 /02 /février /2012 20:52

hebergeur image

L'armée de milice façon suisse a, depuis toujours, "une particularité bien particulière", comme le dirait Roland Magdane: elle n'a pas la bombe atomique, mais elle a les cours de répétition. Le principe? Après une formation de base de quelques mois exécutée à vingt ans, le conscrit se voit convoqué chaque année pour réviser ce qu'il a appris. Cela, c'est la théorie. Paru aux éditions Faim de siècle en ce début d'année, le roman graphique "Saint Georges et le dragon" (au titre énigmatique, même si l'on pense à l'histoire de l'art) révèle l'éthylique vérité d'un cours de répétition. Anonymes, les auteurs (un écrivain nommé Saint Georges et un dessinateur nommé Mister P) dépeignent en effet, sur septante et une pages, les aventures liquides d'un personnage lâché à la Foire du Valais - foire commerciale (en Suisse, ça s'appelle un "comptoir", voire un "gonfloir") où les contrats signés sont presque aussi nombreux que les verres bus.

 

La page de couverture (qui sert d'illustration au présent billet) annonce la couleur: en arrière-plan, le Cervin cède la place à une autre montagne, faite de bouteilles vides, qu'on imagine avoir été bues tout au long des dix-neuf journées que peut durer un cours de répétition. Un drapeau suisse indique la portée patriotique de cette montagne de bouteilles (est-on en train de lutter contre la mévente des vins valaisans?). Et quelques personnages viennent compléter l'illustration. Des personnages aux allures animales, avec des truffes à la Walt Disney, ce qui ouvre deux possibilités de lecture: soit c'est l'armée suisse qui transforme les humains en bêtes, soit c'est l'alcool. A moins que ce ne soit un peu des deux, l'un aidant l'autre... ce que le texte du livre tend à démontrer.

 

C'est que si les cours de répétition sont supposés donner au conscrit l'occasion de rafraîchir ses compétences en maniement d'armes, dans les faits, c'est "glandouille et compagnie" - c'est du moins ce que présente le narrateur du récit, qui n'hésite pas à appuyer sur la description d'une organisation hiérarchique qui a tout prévu... sauf la manière d'occuper les personnes convoquées. Certes, il y a la tenue du stand de l'armée suisse à la Foire du Valais, mais en attendant? Heureusement, les bistrots valaisans, leurs terrasses accueillantes et leur aimable personnel comblent cette lacune...

 

Dès lors, le récit se concentre sur les épisodes de picole, les stratégies propres à cacher un état d'ébriété avancé et la description rituelle de gueules de bois carabinées. Cela crée un rythme; mais plus qu'un rituel vite répétitif, le lecteur aurait parfois aimé avoir plus de détails croustillants. Il pardonnera cependant à l'auteur, en se disant qu'après tout, il a oublié ce dont il pourrait éventuellement être fier... et ne tient pas à parler de ce qu'il vaudrait mieux oublier. Et si l'on ignore le nom du narrateur, on n'en sait guère plus sur ses compagnons de service. Le dessinateur leur donne de bonnes têtes d'animaux - on retrouve régulièrement un canard à la Juan Alberto et un cochon. Quant aux filles, elles apparaissent en couverture... et dans le cadre d'un ou deux épisodes, mais de manière finalement peu appuyée. Le lecteur reste, il faut le dire, un peu sur sa soif en la matière, même si le dessin complète idéalement le texte et invite à imaginer.  

 

Est-ce, alors, le récit vide d'une série mécanique de beuveries, la narration d'une répétition du lever de coude sans frontières? Que nenni; et "Saint Georges et le dragon" est un livre utile, un jalon littéraire sui generis. Les cours de répétition sont en effet un épisode que tous les hommes suisses valides ont vécu à plusieurs reprises dans leur vie. A ce titre, le sujet est porteur et, à ma connaissance, "Saint Georges et le dragon" est le premier livre à s'y consacrer exclusivement. La démarche est d'autant plus pertinente qu'au lieu de défendre le principe (a priori pertinent) de la répétition des acquis, l'auteur choisit de dévoiler l'aspect "perte de temps" qui les caractérise, avec moult allusions à Ueli Maurer, ministre actuel de la Défense en Suisse, et ses discours creux visionnés sur une antique vidéo. Si chacun sait que les cours de répétition sont prétexte à boire comme des trous, il fallait que la littérature s'emparât du sujet pour en donner une vision à la postérité. Saint Georges et Mister P ont ouvert la voie; à d'autres, à présent, de la magnifier.

 

Saint Georges et Mister P, Saint Georges et le dragon, Fribourg, Faim de siècle, 2012.

 

Lu dans le cadre du Défi Littérature suisse.

Partager cet article
Repost0

commentaires

JCfromLivr-esse 29/02/2012 14:51

Aaaaaaaaaaaaaaaaaah, un livre pour Livr-esse ?!

Daniel Fattore 01/03/2012 21:36



Yes, en tout cas pour "l'ivresse" - même si le personnage principal avoue un faible pour la bière. L'intérêt de "Saint Georges et le dragon" est qu'il offre un point de vue "vécu" sur les cours
de répétition, spécificité du système militaire suisse. Sur le papier, le militaire y est invité à se rappeler certains réflexes et savoir-faire - et c'est pertinent; dans les faits, ça sert
surtout à lever le coude, semble-t-il.



Lystig 29/02/2012 06:03

et non ! on porte !
et je peux te confirmer que le nonante est moins lourd que le 57 !

Daniel Fattore 01/03/2012 21:31



... les Suisses portent aussi; mais pour tirer, couché dans l'herbette, un bipied, c'est pratique. Cela dit, c'est vrai que sur le champ de bataille, pendant le feu de la guerre, c'est nettement
moins évident.
Après, effectivement, l'un des avantages du FASS 90 sur le 57 est son poids.



Lystig 28/02/2012 22:20

Daniel de Roulet, connais pas, mais le reste oui !
pour le 57, je connais... mais en Suisse, vous tirez avec le bipied, ce qui n'est pas autorisé en France.

Daniel Fattore 28/02/2012 22:53



Pas de bipied en France? Je l'ignorais... voilà une différence insoupçonnée entre la France et la Suisse!
Je viens d'entrer dans Daniel de Roulet; c'est séduisant (un roman tout neuf autour de l'énergie nucléaire), mais j'attends de voir la suite.



Lystig 27/02/2012 21:12

mais, toi ça y est, tu as terminé, non ?
et rendu le nonante !

Daniel Fattore 28/02/2012 22:03



J'ai terminé avant terme...
... et j'ai encore servi avec un FASS 57 sur le dos! C'est plus lourd que le FASS 90... et j'ai tenu six semaines, à Payerne précisément.
Vieilles lunes que tout ça! Question lectures, je nage à présent dans Daniel de Roulet, ce qui change un peu.



Présentation

  • : Le blog de Daniel Fattore
  • : Notes de lectures, notes de musique, notes sur l'air du temps qui passe. Bienvenue.
  • Contact

Les lectures maison

Pour commander mon recueil de nouvelles "Le Noeud de l'intrigue", cliquer sur la couverture ci-dessous:

partage photo gratuit

Pour commander mon mémoire de mastère en administration publique "Minorités linguistiques, où êtes-vous?", cliquer ici.

 

Recherche

 

 

"Parler avec exigence, c'est offrir à l'autre le meilleur de ce que peut un esprit."
Marc BONNANT.

 

 

"Nous devons être des indignés linguistiques!"
Abdou DIOUF.