Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 juillet 2011 4 21 /07 /juillet /2011 20:16

nullLa triche en classes préparatoires peut-elle faire un bon sujet de roman? Kylie Ravera répond par l'affirmative, et de manière ambitieuse puisque son projet est de publier pas moins de sept romans (oui, comme Joanne K. Rowling avec Harry Potter!) dont l'action, placée sous le signe du suspens, se déroule dans ce milieu. Le projet a d'ores et déjà cinq romans d'achevés, et l'auteur rédige actuellement son sixième opus; quant à moi, j'ai découvert avec bonheur le premier numéro de la série, intitulé fort mystérieusement "La Tentation de la pseudo-réciproque".

 

Quels sont les arguments de la saga? Pour faire simple, Peter Agor, étudiant en prépa à Pépin-le-Bref, rame et se demande s'il ne devrait pas aller se préparer aux grandes écoles dans une classe plus, disons, conviviale, par exemple à Patapon-le-Petit. Manque de pot, le voilà mêlé à des histoires qui le dépassent, tenant à la fois de l'exégèse poétique, du contre-espionnage anti-triche à grande échelle et, naturellement, de la criminalité et de l'horreur.

 

Il y a, on le pressent, quelques références illustres dans le projet de l'auteur. En voyant avancer le criminel, masqué comme il se doit, revêtu d'une bure de moine, il est permis de penser aux films "Scream", et cela pose d'emblée le registre farcesque choisi pour le récit. Les questions d'exégèses et le côté "jeu de piste" de l'intrigue rappellent, par instants, certaines pages de Dan Brown; et puis, on pardonnera volontiers à l'auteur d'avoir emprunté à un film comique fameux, signé Patrick Schulmann, l'acronyme "P. R. O. F. S." qui désigne la brigade anti-triche à l'oeuvre dans ce roman. Enfin, la relation qui se tisse entre Peter Agor et Eléanore Marolex peut faire penser aux liens complexes qui existent entre Fox Mulder et Dana Scully (mais oui... les X-Files! Vous vous souvenez?).

 

On l'a compris: ce roman est foncièrement comique. L'auteur y fait montre d'un sens consommé de la formule qui fait mouche - un sens encore mis en valeur par une narration à la première personne qui permet quelques libertés et relâchements au goût d'oralité. Mais c'est dans le jeu de mots que l'auteur excelle et s'amuse à fond. Certes, il y a les acronymes, qu'on trouve çà et là dans le récit et qui savent faire sourire; mais surtout, le lecteur sera étonné par l'avalanche de noms et prénoms recelant des jeux de mots. Ceux-ci sont parfois abstrus, comme s'il s'agissait d'un jeu de piste, à prononcer à voix haute pour tout comprendre. Peu importe que ça sonne vrai: l'essentiel est que le lecteur se creuse la cervelle pour trouver le gag...

 

Lecture à voix haute de rigueur, également, dans le magistral exercice poétique qui constitue le coeur de l'intrigue: il s'agit d'un poème en alexandrins de mirliton, certes, mais qui recèle l'une des clés du mystère...

 

... c'est que sous des dehors farcesques, l'auteur construit une intrigue parfaitement structurée et soucieuse des détails. En fin de récit, le lecteur trouve l'essentiel des réponses aux questions qu'il a pu se poser en cours de roman: on a une main armée (certes venue un peu de nulle part, mais on y croit volontiers - même si toute l'explication en fin de récit, un poil longue et compacte, n'est pas l'élément le plus digeste de ce roman) et un cerveau (plus proche de l'action) et quelques fausses pistes et faux semblants. Naturellement, tout ce qui paraît bizarre trouve une réponse en fin de récit, y compris les détails; la conclusion donnera même une réponse sur l'avenir de Peter Agor en prépa - une question existentielle que tout le monde se pose, après tout. Et au surplus, ce qui reste d'obscur constituera la matière des romans suivants! Les chapitres sont de longueur moyenne, et structurés de manière à constituer, à chaque fois, une certaine unité d'action.

 

Quant au cadre, il est foncièrement original, et présenté comme tel: les prépas, ce n'est pas une page d'études comme une autre. L'auteur présente le contexte, de façon parfois un peu longue mais toujours instructive; elle parvient par ailleurs à recréer l'ambiance des classes préparatoires en distillant çà et là des théorèmes aux noms hermétiques, le rappel du tableau de Mendeleïev ou la mise en scène de bûcheurs ou de professeurs à la docimologie pour le moins aléatoire et aux méthodes proches de la tyrannie primaire. Cela, sans oublier le jargon inhérent à la filière - ni les explications et anecdotes qui permettent de le comprendre.

 

Bilan foncièrement positif, donc, pour cette découverte d'un récit rare, premier jalon d'un projet ambitieux: on sourit et l'on suit volontiers tout le petit monde de Peter Agor dans les arcanes mystérieux de Pépin-le-Bref et de ses parages immédiats: local des poubelles, manoirs à la campagne, abri antiatomique, commissariat de police, immeubles improbables... mais je n'en dis pas plus!

 

Kylie Ravera, La tentation de la pseudo-réciproque, Lulu.com, s. d.  

Pour commander: La tentation de la pseudo-réciproque.

Le site de l'auteur: http://www.kylieravera.fr/

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Alex-Mot-à-Mots 06/08/2011 22:17


Tu me mets l'eau à la bouche : des enquêtes, de l'humour, tout pour me plaire.


Daniel Fattore 08/08/2011 20:03



Et un bon livre, qui plus est, avec une intrigue bien ficelée dans un milieu qu'on voit rarement dans les romans policiers ou à énigmes. Je te le recommande! Et pour découvrir un peu l'esprit, va
faire un saut sur le site de l'auteur: http://www.kylieravera.fr .



Liliba 29/07/2011 22:15


ah non, pas de PDF, j'ai l'impression de bosser !!! je veux du papier !!!


Daniel Fattore 29/07/2011 22:26



Oups! Je comprends!
Le roman est aussi disponible sur papier, bien sûr; il est vendu sur Lulu (impression à la demande). Perso, je l'ai lu en PDF, ce qui m'a permis de découvrir cet auteur à bon compte. Dans la
foulée, j'ai acheté le tome 2, sur papier.



Liliba 29/07/2011 14:03


Oh oh voilà qui me plait vraiment ! Et tout à fait d'actualité !


Daniel Fattore 29/07/2011 20:27



Ah oui! C'est une autrice qui mérite d'être soutenue et lue, d'autant plus que ses écrits sont drôles. Simplement, ses ouvrages ne sont disponibles que sur Lulu.com, parce qu'elle a opté pour
l'autoédition. A noter que ses cinq ou six romans actuels sont tous dans ce milieu universitaire ou pré-haute-scolaire, si j'ose ce néologisme.
Son tome 1 est cependant disponible gratuitement en PDF, sur demande directe à l'auteur (en passant par son site Internet). Une bonne mise en bouche!
D'ores et déjà, je te souhaite une bonne lecture avec Kylie Ravera!
[PS: le nom de l'auteur est un pseudo... et c'est déjà un jeu de mots, dans l'esprit des romans!]



L'Irrégulière 22/07/2011 10:22


ça m'a tout l'air très... particulier !


Daniel Fattore 22/07/2011 20:45



Particulier en effet, vu le milieu dépeint; mais c'est aussi solidement construit, sur des formules éprouvées - et qui marchent fort bien, en l'espèce. Le tout, avec une solide dose d'humour. A
essayer!



Présentation

  • : Le blog de Daniel Fattore
  • Le blog de Daniel Fattore
  • : Notes de lectures, notes de musique, notes sur l'air du temps qui passe. Bienvenue.
  • Contact

Les lectures maison

Pour commander mon recueil de nouvelles "Le Noeud de l'intrigue", cliquer sur la couverture ci-dessous:

partage photo gratuit

Pour commander mon mémoire de mastère en administration publique "Minorités linguistiques, où êtes-vous?", cliquer ici.

 

Recherche

 

 

"Parler avec exigence, c'est offrir à l'autre le meilleur de ce que peut un esprit."
Marc BONNANT.

 

 

"Nous devons être des indignés linguistiques!"
Abdou DIOUF.