17 août 2012 5 17 /08 /août /2012 19:00

hebergeur imageIls ont aussi mangé ici, et apprécié: Elodie, Gilles Pudlowski, Lucile Varnet.

 

Casser la croûte. Se laisser surprendre par un plat, imaginer l'histoire qui va avec. Sourire en découvrant ce qu'il y a derrière le nom a priori mystérieux d'un des plats proposés. Tel est, en synthèse, le programme proposé par le menu "Immersion, accord mets et vins" proposé par Michaël Breuil dans son restaurant "Sens". Celui-ci a ouvert ses portes il y a plus ou moins une année au numéro 50 du boulevard Gambetta, à Grenoble. Et le moins qu'on puisse dire, c'est qu'une soirée dans cet établissement représente, au moins autant qu'un repas, une réelle et mémorable expérience gastronomique - dont il est possible de se faire une idée en visitant le site Internet du restaurant. Allez-y: c'est tentant...

 

... et après l'apéritif servi en terrasse (cocktail Charles Chaplin contenant entre autres de la liqueur de melon (ben oui, vu le chapeau!), accompagné d'un yaourt au foie gras avec fruits rouges et piment d'Espelette pour réveiller les papilles - un mélange sidérant, dans le meilleur sens du terme!), l'expérience tient ses promesses. Celle-ci commence par la découverte d'un cadre léché, baigné de musique moderne, où les couleurs sombres d'un décor urbain sont contrebalancées par les formes organiques de branches d'arbres qui concourent à la décoration - tout comme, d'ailleurs, la recette de la soupe aux truffes concoctée par Paul Bocuse pour Valéry Giscard d'Estaing, écrite en grand sur l'un des murs. Ceux qui ne votent pas Giscard peuvent naturellement regarder ailleurs... par exemple dans l'assiette, où tout se passe. 

 

Et le repas proprement dit, alors? Une série de moments épatants, un univers en soi. Si l'on vous dit "L'oeuf, la poule et le grain", qu'allez-vous imaginer? J'ai eu droit à un oeuf cuit à basse température (64 degrés!), avec un bouillon de poule et quelques graines - le tout constituant un ensemble harmonieux pour un départ en douceur, qui déjà raconte une histoire sur fond de chaîne alimentaire. J'ai également été épaté par le plat "Un tout petit pois", qui joue sur l'antithèse: alors qu'on aurait pu s'attendre à voir arriver un seul petit pois sur une grande assiette, voilà qu'arrive un peu le contraire: un gros pois (en sucre soufflé - une technique que le chef explore volontiers) dans lequel se trouve la surprise d'une mousse de pois et d'autres petits pois, véritables ceux-là - et, pour couronner le tout, des pousses de la plante. Bref, le petit pois dans tous ses états, et au plus près du goût véridique. Enfin (pour citer encore un point fort), dans quel restaurant vous invitera-t-on à briser la glace pour manger votre plat de crabe? C'est ce que propose le Sens, afin de reproduire, à l'échelle de l'assiette, le travail des pêcheurs de l'Arctique. Et le goût? Extra! Quant au dessert, à base de vulnéraire et qui rappelle la panna cotta pour ce qui est de la consistance, servi dans un pavé creusé qui offre même une fente pour y déposer une chips, c'est aussi une expérience étonnante - de quoi rappeler visuellement qu'à Grenoble, la montagne n'est pas loin.

 

Le choix des vins offerts en accord avec les plats est aussi d'une grande pertinence. Il opte pour des produits locaux et m'a permis une série de découvertes épatantes, là aussi: qui aurait cru que l'Isère et la Savoie, entre saveurs recherchées et cépages rares (on identifiera l'altesse, entre autres, immortalisée par Hervé Fassy dans le recueil de nouvelles "La Légende des cépages"), offrent une telle diversité vinicole? Les vins issus d'une production bio au sens large ont ici la part belle. Les flacons sont rares, me confie le serveur, qui se montre compétent en ce qui concerne les plats et les vins servis. Un vin vient à manquer? Il sera remplacé avec pertinence.

 

Et en conclusion, Michaël Breuil lui-même est venu me saluer - ce qui m'honore! - et échanger quelques impressions. Curieux des ressentis de ses clients, c'est aussi un cuisinier qui adapte ses menus et ses plats très régulièrement et en conçoit à chaque saison, en fonction d'une créativité qui paraît sans limites. Ainsi promet-il quelque chose à base de crocodile pour l'une des prochaines périodes... On le compare à Marc Veyrat, voire à Ferran Adrian même si, soucieux des goûts vrais, il récuse l'étiquette de "cuisine moléculaire": Michaël Breuil est un jeune homme (un peu plus de trente ans) inventif, héraut d'une cuisine re-créative et d'inspiration environnementale, que les amateurs de bonnes tables seraient bien inspirés de suivre de près!

 

Restaurant Sens, 50, boulevard Gambetta, 38000 Grenoble, tél. 04 76 95 03 58. Il est recommandé de réserver; laisser un message sur le répondeur automatique. Ouvert le soir et le vendredi à midi. Le menu "Immersion, accord mets et vins", c'est-à-dire la totale, est à 110 euros. Source de la photo ici.

Partager cet article

Publié par Daniel Fattore - dans Plaisirs de bouche
commenter cet article

commentaires

céline 12/09/2012

Un concept vraiment amusant ! L'expérience a l'air très riche !

Présentation

  • : Le blog de Daniel Fattore
  • Le blog de Daniel Fattore
  • : Notes de lectures, notes de musique, notes sur l'air du temps qui passe. Bienvenue.
  • Contact

"Parler avec exigence, c'est offrir à l'autre le meilleur de ce que peut un esprit."

Marc BONNANT.

Recherche

Vers la gloire

Ils parlent de nous...

Lisabuzz.com parle de Fattorius :

"Tantôt drôles, tantôt émouvants, toujours enrichissants, les posts écrits par Daniel Fattore font du blog
Fattorius un grand espoir du web de demain. Il s agit, parait-il, du blog dont les lecteurs disposent du QI le plus élevé. Cela ne m'étonnerait pas. Pourvu que Daniel Fattore ne s'arrête jamais de nous régaler ! signé http://blog.lisabuzz.com"

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog