Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 janvier 2010 5 01 /01 /janvier /2010 18:49

 Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit
Virgile Rossel (1858-1933) fait partie de ces classiques littéraires suisses qu'on a un peu oubliés aujourd'hui. On retient davantage de lui son activité de juriste et d'homme politique radical, engagé dans des travaux associés au Code civil suisse et à son unification au niveau national. Né à Tramelan, l'homme est par ailleurs très attaché au Jura (qui n'était pas encore un canton suisse à part entière à l'époque où il a vécu), ce dont témoignent ses poèmes. C'est sur cette terre, entre Bienne, Neuchâtel et Tramelan, que se déroule l'action de "Jours difficiles", roman paru en 1896, dont les Editions de l'Aire ont donné une réédition en 2009.

"Jours difficiles" est, son sous-titre l'indique, un "romans de moeurs suisses". C'est donc bien en terre helvétique que l'auteur campe son récit; celui-ci s'attache par ailleurs à peindre l'activité d'un des fleurons traditionnels de l'industrie suisse: le monde horloger. Evoluant dans le petit village imaginaire de Lodèze (qui rappelle Saint-Imier), ses personnages sont fort divers: ouvriers ballottés entre les bienfaits de la prospérité et les effets pervers de la crise, petits artisans et gros patrons aux reins apparemment solides. Un petit monde à la Zola, dont l'auteur décrit le jeu d'interactions: amours quasi coupables entre un fils de patron et une ouvrière, courage des artisans et ouvriers, optimisme d'inventeurs naïfs trop facilement victimes d'arnaqueurs, banquiers sourcilleux. Le socialisme, voire l'anarchisme ou, en filigrane, le luddisme, passent par là, donnant à l'auteur l'occasion de peindre de belles scènes, dignes d'un Zola, de foules échauffées par les discours et les alcools, ainsi que d'émeutes qu'on regrette plus tard: "L'âme paisible de notre peuple n'a pas de vieilles réserves de malice ni d'envie; elle peut être moutonnière et s'égarer, elle est foncièrement droite et bonne", décrit l'auteur (p. 281).

Si les sujets abordés peuvent faire penser à Emile Zola, Virgile Rossel s'en distingue stylistiquement par une relative absence de lyrisme - on est loin, dans sa prose, des "symphonies de fromages" qu'on peut lire dans "Le Ventre de Paris" ou des pages poétiques de "La Faute de l'abbé Mouret". Certes, le style de Virgile Rossel ne s'interdit pas les métaphores et les images poétiques parlantes au besoin; certes, les fonctions et objets sont nommés avec précision; mais il va le plus souvent à l'essentiel, offrant au lecteur actuel un style qui, certes soigné, ne lui paraîtra jamais pesant.

Si le monde horloger est au centre de "Jours difficiles", sur fond de crise, c'est surtout le management qui fait l'objet de descriptions précises. Posons le contexte: deux entreprises, Malessert et Fustier, se disputent la primauté de la production de montres au village de Lodèze. Une concurrence faite de coups bas, certes, mais aussi de respect réciproque de la part des patrons, deux anciens qui se sont pour ainsi dire faits tout seuls et fonctionnent en autocrates. Ingénieur formé à Winterthour, Fustier est présenté comme le chef qui retrousse les manches: "Au travail, patron", se dit-il par exemple (p. 34). Très investi, il est présenté comme le cerveau de son entreprise, n'hésite pas faire usage d'une certaine manière d'espionnage industriel et, de manière très weberienne, à sanctifier le travail. Son erreur prend des allures de péché d'hybris: il a phagocyté le concurrent, Malessert, en pleine période de crise persistante. Malessert renvoie un autre point de vue, qu'on peut présenter comme un dysfonctionnement: contraint par les circonstances, le fils de famille, Jean, lâche et viveur, reprend comme il le peut les rênes de l'entreprise familiale. L'absence de transfert des compétences de la part du père patron à ses proches collaborateurs ou à son fils (que ses parnets ont élevé loin du souci de gagner sa vie) oblige Jean Malessert à tâtonner, à apprendre le métier de patron alors qu'il n'est plus temps. Quelques fiertés mal placées, enfin, accélèrent la déconfiture de l'entreprise Malessert.

La question de la gestion de la qualité est également abordée, avec l'obsession permanente, pour les horlogers, d'une production sans aucune erreur - alors qu'aujourd'hui, ce risque est accepté et géré. Pour faire bon poids, l'auteur ajoute un personnage de maire, Biétry, également engagé dans la production horlogère; sa position politique l'oblige cependant à ménager la chèvre et le chou. On peut ainsi le voir soit comme un acteur timoré, soit comme un point d'équilibre entre les forces en présence. Le lecteur ne manquera pas non plus l'élément religieux, incarné entre autres en la personne de Marie ou en le pasteur Emmanuel Fustier, qui regrettent les effets délétères d'une gestion qui oublie le personnel: certes, des idées qui semblent aller de soi aujourd'hui sont évoquées (formation du personnel, prise en charge sociale, etc.), mais elles ne font pas partie des priorités des patrons, même si ceux-ci y pensent. Le lecteur de "Jours difficiles", roman de crise horlogère, découvre ainsi le portrait d'une région, de personnages et surtout le témoignage saisissant et efficace d'une époque et d'un contexte: la fin du dix-neuvième siècle horloger dans le Jura suisse.

Virgile Rossel, Jours difficiles, Vevey, L'Aire, 2009. 

On en parle aussi sur
Gauchebdo.
Photo:
http://www.retrotrame.ch   

Partager cet article
Repost0

commentaires

zarline 14/01/2010 17:14


Je ne connais pas du tout cet auteur et pourtant je suis Suisse. Promis, je vais très vite essayer de me rattraper. Plus généralement, contente de découvrir le blog d'un compatriote ;-)


Daniel Fattore 14/01/2010 21:30


... et donc vous êtes Suisse! Bienvenue au club...
Il y a tant de choses à découvrir dans le monde des lettres suisses et/ou romandes! J'essaie de glisser une lecture de ce genre de temps à autre, ça fait du bien.
Bonne lecture! Celui-ci est bien troussé.


kalistina 04/01/2010 23:41


Oh, honte à moi, j'ignorais qu'Anne Cuneo et Martin Suter étaient suisses! Les romans de celle-là m'attirent assez... Et je crois que c'est cette suggestion que je suivrai tout d'abord.


Daniel Fattore 04/01/2010 23:51


Je l'ai même croisée un jour dans un train pour Berne...
J'aurai plaisir à lire un prochain billet à son sujet sur ton blog! Bonne lecture donc...


kalistina 03/01/2010 22:58


Suissesse ayant toujours vécu en France, et mon père ne lisant que peu de romans "de chez lui", je ne connais quasiment pas la littérature helvète, et elle m'attire rarement (Chessex ne me dit
rien, par exemple!)... Mais cette comparaison avec Zola est très accrocheuse! D'autres incontournables à me conseiller, sinon? A part Ramuz?


Daniel Fattore 04/01/2010 21:19


Il y en a quelques-uns qui se sont plutôt bien exportés, en effet... Dans le domaine francophone, vous trouverez (tu?) Bernard Comment, qui a fait sa carrière dans le monde de l'édition
parisienne et a laissé un fulgurant "Les Fourmis de la gare de Berne" et un non moins beau "Le Colloque des bustes". Il y a aussi Yves Laplace, qui a donné avec "L'Inséminateur" un roman étonnant
sur les fécondations in vitro. Je pense également à Anne Cunéo, dans le registr historique: "Le Maître de Garamond" se passe dans le monde des imprimeurs, et "Le Trajet d'une rivière" parle de
musique, si je me souviens bien. Cela, sans oublier Anne-Sylvie Sprenger, proche de Jacques Chessex, qui a écrit "Vorace" - une histoire de boulimie que je dois encore lire.

Côté alémanique, vous passerez difficilement à côté de Martin Suter; là, je conseille "La Face cachée de la Lune", histoire d'un homme d'affaires zurichois qui touche aux psilos... On mentionnera,
dans le théâtre, Friedrich Dürrenmatt; et puis, un certain Matthias Zschokke a  décroché le Prix Fémina étranger l'automne dernier.

Enfin, dans les classiques incontournables, on citera pêle-mêle Albert Cohen, Johanna Spyri (qui a créé le personnage de Heidi), Jean-Jacques Rousseau, etc.

Voilà quelques pistes - des auteurs plutôt bien diffusés, voire disponibles en livre de poche. Bonnes découvertes!


Dominique 02/01/2010 09:14


Je suis très intéressée par ce billet, un auteur qui apparemment n'a pas "franchi les frontières" je ne connaissais pas son nom, je vais essayer en bibliothèque


Daniel Fattore 02/01/2010 18:40


Bonne chance! Sinon, il faut essayer directement auprès du site Internet de l'éditeur: http://www.editions-aire.ch/: J'ignore dans quelle mesure il est
diffusé hors des frontières helvétiques.


Présentation

  • : Le blog de Daniel Fattore
  • : Notes de lectures, notes de musique, notes sur l'air du temps qui passe. Bienvenue.
  • Contact

Les lectures maison

Pour commander mon recueil de nouvelles "Le Noeud de l'intrigue", cliquer sur la couverture ci-dessous:

partage photo gratuit

Pour commander mon mémoire de mastère en administration publique "Minorités linguistiques, où êtes-vous?", cliquer ici.

 

Recherche

 

 

"Parler avec exigence, c'est offrir à l'autre le meilleur de ce que peut un esprit."
Marc BONNANT.

 

 

"Nous devons être des indignés linguistiques!"
Abdou DIOUF.