Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 avril 2012 1 30 /04 /avril /2012 19:41

hebergeur imageAvec avril, la saison des dictées a repris pour moi - elle devrait se prolonger jusque tard dans l'année, un peu comme d'habitude (source de l'image). Et sur ce coup-ci, j'en ai déjà quatre à mon actif, dont trois le même jour...

 

... comme un prélude lointain, la toute première a eu lieu à Saint-Vaury plus précisément, le 14 avril dernier. Jacqueline Bayol, organisatrice hors pair du championnat d'orthographe de la Creuse, a à nouveau concocté, à cette occasion, un texte qui a fait transpirer plus d'une personne parmi la centaine de candidats de tous âges. Pour cette dixième dictée, le thème était pourtant populaire, puisqu'il était question des la "fête des voisins". Mais dans ce genre de fête, on fait connaissance en toute fraternité autour de bons petits plats - ce qui a donné à l'auteur l'occasion de décrire un buffet fort appétissant, composé de plats fort exotiques: keftas, mozzarella de bufflonne (avec deux N - ça m'apprendra à considérer que les cartes des pizzerias sont des références en matière d'orthographe...), chop sueys, bigarreaux et bigarades, rien ne manquait. Tout cela sur l'herbette, ce qui a valu quelques sympathiques clins d'oeil botaniques. Avec quatorze fautes et demie, ce n'est certes pas mon meilleur score; mais les circonstances font que je me suis hissé à la deuxième place en "seniors confirmés" sur ce coup-ci, soit mon meilleur classement à ce jour à Saint-Vaury - derrière Jean-Paul Perrier. Et je suis reparti avec un panier garni des plus savoureux...

 

Deuxième également à la dictée de "L'Hebdo", disputée samedi dernier à l'heure de l'apéritif! Pour cet exercice (rédaction du texte et dictée proprement dite), l'hebdomadaire d'actualités romand s'est à nouveau assuré les services du journaliste de télévision Darius Rochebin (déjà évoqué ici il y a deux ans), qui a fait face à quelque 90 candidats bien concentrés parmi lesquels l'on distinguait pas mal de jeunes. Le texte partait de Jean-Jacques Rousseau, décidément inévitable au Salon du Livre de Genève, pour aboutir sur quelques généralités relatives à la langue française - sans véritable histoire, mais avec quelques difficultés qui n'ont guère échappé à la sagacité des coutumiers de l'exercice. De fait, le podium était constitué de briscards de l'orthographe: j'ai été devancé par Guy Deschamps, Dico d'Or venu du Calvados; Antoine Saucy, champion suisse en 2009, s'est adjugé la troisième place. Pour ma part, je suis reparti avec un bon d'achat dans une librairie, qui devrait me permettre d'acheter... de beaux dictionnaires tout neufs. Il est à noter que Guy Deschamps, Antoine Saucy et moi-même (et d'autres, peut-être - bravo à toutes et à tous!) avons réalisé ce "grand chelem" des trois dictées du jour.

 

J'ai lamentablement échoué au pied du podium de la dictée de la Tribune de Genève, donnée après - juste le temps de partager un repas, et c'était reparti, toujours au Salon du Livre! Signé Evelyne Jaques, le texte était fort joli et rappelait l'épopée des aéronefs à air chaud. Sur ce coup-ci, j'aurais dû dégainer mon guiderope plus vite pour m'assurer un atterrissage en douceur. Le texte a été dicté à la trentaine de personnes présentes par Jean-Charles Simon, homme de théâtre et de radio - ce qui s'entendait, entre imperfections (ah, le métier qui rentre!) et dramatisation maximale lors de la lecture du texte en continu. Le gagnant? Guy Deschamps, là aussi. Il est à noter que cette année, la Tribune de Genève a invité des célébrités pour dicter les textes concoctés par Mme Jaques; se sont donc succédé, à la tribune, des figures comme Jean-Michel Olivier, prix Interallié 2010 (dont j'ai évoqué les romans L'Amour fantôme et La Vie mécène), l'avocat chevalier de la langue française Marc Bonnant, ou, dimanche, l'Immortel René de Obaldia.

 

Enfin, c'est la demi-finale du championnat suisse d'orthographe qui a couronné ma journée livro-dictesque marathonienne. Autre auteur, autre texte, autre organisation: Francis Klotz a fait plancher les candidats sur une histoire de camé(e) au mont-de-piété. Savoureuse équivoque que l'histoire de ce drogué qui va mettre au clou un bijou de l'époque romaine! Donnée dans une salle annexe bien calme, cette dictée bénéficie d'une organisation bien huilée (bravo à M. Pierre Mayoraz, Michel Rothen et à tous les passionnés qui l'animent chaque année), ce qui est rassurant et propice à l'indispensable concentration. Les résultats de cette demi-finale seront connus prochainement, mais je me suis compté cinq ou six fautes - compter une marge d'erreur, ou de tolérance, selon le point de vue. La suite se déroulera à Saint-Pierre-de-Clages; et là, j'aurai un titre à défendre...

Partager cet article

Repost 0
Publié par Daniel Fattore - dans Langue française
commenter cet article

commentaires

Valérie 09/05/2012 13:04

J'aime beaucoup ton billet, c'est très intéressant de suivre ces "championnats" grâce à toi, et d'améliorer mon orthographe par la même occasion.

Daniel Fattore 09/05/2012 20:37



Merci! C'est toujours un plaisir de relater ces aventures... et aussi de participer aux dictées! :-)



Nicolas 02/05/2012 10:21

Ah ! Des liens discrets !

Daniel Fattore 02/05/2012 23:55



Eh oui, j'avance masqué...



Reka 01/05/2012 22:57

Halala... Les majuscules, ça ne devrait pas exister ! ;) :)

Daniel Fattore 01/05/2012 23:55



Arf, tout comme les minuscules! Mais les majuscules font souvent sens: un Suisse, ce n'est pas pareil qu'un suisse...



Jacques Menoud 01/05/2012 16:25

Salut Daniel. Pour ma part, j'ai dû faire quelque 15 fautes à cette demi-finale. Les majuscules-minuscules m'ont coûté 5 ou 6 fautes, les mots savants 3 ou 4 et le reste, c'était de l'étourderie
(ou le manque de concentration, c'est selon). J'ai eu en tous cas du plaisir à faire cette très jolie dictée, pleine de sens, même si je ne puis (encore) rivaliser avec les meilleurs du continent.
A + en Valais pour la finale !!

Daniel Fattore 01/05/2012 22:56



Les majuscules sont onéreuses: elles comptent plein tarif, et Francis Klotz ne se gêne pas de jouer là-dessus. Cela m'a aussi valu quelques trébuchements. Je ne peux que te conseiller de
travailler ça, en gardant à l'esprit que c'est la bouteille à l'encre (même si, après un moment, on perçoit une logique).

Mots savants... euh, y'en avait? :-)

Je me réjouis en tout cas de croiser le fer avec toi à Saint-Pierre-de-Clages à la fin août!

Et il est vrai que Francis Klotz a le chic pour rédiger des dictées certes ambitieuses, mais qui ont toujours un fil rouge, une histoire et un charme qui font qu'elles sont excellentes. Cela,
avec un certain goût pour le romantisme...



Marie 01/05/2012 14:14

C'est quoi une demi-faute?

Daniel Fattore 01/05/2012 22:52



Sont comptées comme demi-fautes, dans certains concours d'orthographe, les fautes d'accent, de trait d'union et de majuscule. Evidemment, dans le championnat suisse, on ne fait pas de tels
comptes d'épicerie: le moindre trébuchement est comptabilisé au plein tarif... ce qui n'est pas pour me favoriser.



Présentation

  • : Le blog de Daniel Fattore
  • Le blog de Daniel Fattore
  • : Notes de lectures, notes de musique, notes sur l'air du temps qui passe. Bienvenue.
  • Contact

Les lectures maison

Pour commander mon recueil de nouvelles "Le Noeud de l'intrigue", cliquer sur la couverture ci-dessous:

partage photo gratuit

Pour commander mon mémoire de mastère en administration publique "Minorités linguistiques, où êtes-vous?", cliquer ici.

 

Recherche

 

 

"Parler avec exigence, c'est offrir à l'autre le meilleur de ce que peut un esprit."
Marc BONNANT.

 

 

"Nous devons être des indignés linguistiques!"
Abdou DIOUF.