Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 janvier 2010 7 24 /01 /janvier /2010 19:00

"La guerre du golf", comme titre de roman, on admettra qu'il fallait oser. Tel est cependant le programme que s'offre l'écrivain suisse Georges Ottino pour un roman qu'il a publié en 1995 aux éditions L'Age d'Homme. Ouvrage fort pertinent, reposant sur trois niveaux qui ne font que s'entremêler, entre métaphores, glissements de sens et fausses perspectives.

Il y a d'abord, telle l'infrastructure de la narration, l'histoire de deux bonshommes d'un âge vénérable qui jouent au golf. Au ras du gazon de son récit, l'auteur parvient à intéresser son lecteur aux péripéties de ses deux bonshommes en recréant ce qui peut être l'ambiance d'un golf présenté comme un monde clos: un peu d'attente lorsque le joueur précédent traîne les pieds, un ralentissement volontaire du récit lorsqu'il s'agit de créer un suspens autour d'une balle: rentrera, rentrera pas dans le trou? Il y a aussi la tranquillité, le silence même, requis par ce sport, que l'auteur campe en recourant à un style serein. Naturellement, le tout est saupoudré de toute la terminologie spécifique, ainsi que de la narration de quelques traditions; mais l'auteur sait ne point trop abuser de la patience de son lecteur: son récit est bref. Juste de quoi donner des envies de green à certains...

Le monde calme du golf se pose en métaphore de l'univers feutré de celles et ceux qui le pratiquent: des riches, ou des gens qui aimeraient bien avoir l'air. Très tôt donc, l'auteur amène son lecteur dans les interactions entre tous ces personnages, le plus souvent absents de la narration - une manière de ragots, donc, qui permet de découvrir, par touches, qui couche avec qui, qui fait affaire avec qui, qui arnaque qui, qui obtient de l'argent de qui, etc. Evidemment, tout cela se fait sans se salir les mains dans ce milieu, et l'auteur le rappelle fort à propos, en une formule spirituelle: "Dans ce monde, les coups de griffe ne se donnent pas avec les ongles. Ca pourrait en abîmer le vernis." Tel est le deuxième niveau, qui prépare au troisième...

... à savoir l'intrigue policière, autour du meurtre de Gabriella Contini. Policière, elle l'est en partie: l'auteur, en fin de récit, laisse le lecteur avec l'intime conviction du narrateur quant à l'identité du coupable, laissant hors récit le fastidieux travail de recherche de preuves qui occupe d'ordinaire la police. Le narrateur est cependant un policier; son intime conviction serait-elle alors suffisante pour satisfaire le lecteur? Dans le cas contraire, celui-ci saura se rabattre sur les deux autres éléments évoqués. Cela, en se souvenant que tout se tient: c'est sur les rumeurs et les faits évoqués au deuxième niveau que la réflexion, discussions et conclusions des deux joueurs se fondent. Et ces cogitations avancent au rythme cahotant de la partie de golf, chaque trou faisant l'objet d'un chapitre.

Entre balles perdues, calme des golfs et travail de petites cellules grises en plein air qui n'est pas sans rappeler un certain Hercule Poirot (on aurait du reste pu imaginer une scène de résolution au Club House, comme c'est souvent l'usage chez Agatha Christie), le lecteur trouvera donc son compte dans cette histoire faussement calme. Une guerre des poignards dans le dos et des sourires par-devant, mais qui en laisse une sur le carreau...

Georges Ottino, La guerre du golf, Lausanne, L'Age d'Homme, 1995.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Lystig 30/01/2010 10:01


il y a bcp de maisons d'éditions à Lausanne ou bien ?

(tu notes l'expression suisse ????)

;)


Daniel Fattore 31/01/2010 19:30


Il y en a un certain nombre en Suisse romande, mais pas forcément à Lausanne - j'ai trouvé les éditions L'Age d'Homme, certes, et les Editions Paulette (qui viennent de démarrer - http://www.éditions-paulette.ch), sinon peu de chose. Campiche est à Orbe, L'Aire et Xenia à Vevey, Slatkine à Genève, L'Hèbe à Grolley ou à Charmey,
etc. - pour mentionner quelques noms seulement.


zarline 25/01/2010 17:08


Je crois que les éléments sur le golf vont m'ennuyer. Je passe pour cette fois.


Daniel Fattore 25/01/2010 21:51


Justement, l'auteur parvient à ne pas assommer son lecteur avec ça - je ne suis pas golfeur, et guère enclin à le devenir, même si ça a l'air d'un sport sympa et assez cool.
A la prochaine - et merci de votre message! :-)


Lili Galipette 24/01/2010 21:40


Excellent billet! Je note le titre du livre!


Daniel Fattore 25/01/2010 21:52


Ca vaut l'os - je ne sais pas si tu pratiques le golf, mais même si ce n'est pas le cas, tu y trouveras ton compte... Bonne lecture - et, avant, bonne quête de l'ouvrage! ;-)


didouchka 24/01/2010 21:04


intrigant, donc attirant!


Daniel Fattore 25/01/2010 21:52


... effectivement! Personnellement, j'ai flashé sur le titre, qui m'a incité à lire le prière d'insérer, qui m'a donné envie d'acheter... au final, le bilan est positif!
Bonne quête de ce roman!


Présentation

  • : Le blog de Daniel Fattore
  • : Notes de lectures, notes de musique, notes sur l'air du temps qui passe. Bienvenue.
  • Contact

Les lectures maison

Pour commander mon recueil de nouvelles "Le Noeud de l'intrigue", cliquer sur la couverture ci-dessous:

partage photo gratuit

Pour commander mon mémoire de mastère en administration publique "Minorités linguistiques, où êtes-vous?", cliquer ici.

 

Recherche

 

 

"Parler avec exigence, c'est offrir à l'autre le meilleur de ce que peut un esprit."
Marc BONNANT.

 

 

"Nous devons être des indignés linguistiques!"
Abdou DIOUF.