Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 octobre 2010 6 23 /10 /octobre /2010 16:54

PhotobucketRecueil de nouvelles, lu par Du bleu, HambreelieLali, LiratouvaParis secretThé au Jasmin.

Le blog de l'auteur.

Le blog de l'éditeur.

Rentrée littéraire: 8/14 

 

L'adjectif "parisophile" existe quelque part dans la blogosphère. Il s'applique à merveille au petit recueil de douze nouvelles, signé de la blogueuse Myriam Thibault, qui a paru en août dernier aux éditions Leo Scheer. Son titre? "Paris, je t'aime". Son sujet? Tout est dans le titre, avec un clin d'oeil à un film d'Olivier Assayas, sorti en 2005.

 

"On ne sait pas réellement si vous parlez de vous, ou si vous inventez", écrit une lectrice à l'écrivain qui est le narrateur de la nouvelle "Une journée Boulevard Saint-Germain". Eternelle question qui se pose dès qu'un auteur s'exprime! Celle-ci survient à l'esprit du lecteur dès qu'il ouvre ce petit livre: quelle est la part de vécu, quelle est la part de rêve? Une question qu'on peut aussi se poser lorsqu'on pense à un Frédéric Beigbeder, celui de "Windows On The World" par exemple. C'est du reste lui, ou l'un de ses semblables, écrivains à succès, qui paraît constituer le modèle du narrateur de cette nouvelle. L'auteur de ce texte campe ici avec aisance un personnage sûr de lui, un rien m'as-tu-vu, paresseux même dans la mesure où on ne le voit guère écrire alors qu'il se dit auteur. Quelques phrases placées en contrepoint et en italique balisent la philosophie du personnage. La nouvelle étant un genre de convention, l'auteur (celle de la nouvelle donc, pas le personnage) réussit à concentrer sur une seule journée de nombreuses activités aux arômes touristiques ou boutiquières, révélant les plus belles vitrines et adresses de la Ville Lumière.

 

A cette nouvelle diurne, fait suite un texte intitulé "Minuit" (tiens, comme l'éditeur!), qui constitue un flash sur Paris by night et le romantisme amoureux qui s'en dégage; "La jeune fille au trench rouge" fait suite, dévoilant le côté potentiellement dramatique d'un épisode de vie à Paris - cité impitoyable parfois. Elle fait écho au happy end de "Quelques saisons plus tard", histoire d'amour un peu folle, mise en scène en grand, passionnément, parce que Paris, c'est aussi "l'amour, toujours".

 

"Paris, je t'aime", c'est aussi une petite musique. Elle s'installe dès le premier texte, "Paris je t'aime" justement, qui énumère une bonne pelletées de marques et de noms qu'on associe volontiers à Paris: Ladurée pour les macarons, Frédéric Beigbeder, Lautréamont, Fabrice Luchini, les chaussures Repetto - seules les glaces Berthillon manquent à l'appel. Plus loin, la mention des noms et lieux associés à Paris se poursuit, de manière régulière quoique discrète. L'auteur a aussi un certain goût de l'anaphore, qui constitue le moteur, la manière du début de la nouvelle "Un jour, peut-être..." - un côté concept qui fait écho au style conceptuel (ah, la cuisine qui vous laisse affamés!) du restaurant fatidique dont il est question ici. La musique du verbe fait écho à la musique des chansons de Serge Gainsbourg, dans une démarche d'écrivain qu'on a certes déjà vue ailleurs: l'auteur fait revenir sur Terre l'ectoplasme du locataire le plus célèbre de la Rue Verneuil pour le faire parler en utilisant les titres et textes de ses chansons. Qu'importe, cependant: Paris, c'est aussi des chansons qu'on fredonne dans le monde entier. La musique est du reste omniprésente dans ce petit livre, qu'elle soit de Paris ou d'ailleurs, ce qui invite à lire avec son lecteur CD à fond, un casque d'écoute sur les oreilles.  

 

Une plume prometteuse, donc, que celle de Myriam Thibault! Ce petit recueil se lit d'une traite, en à peine deux heures; il sait faire rêver, au détour d'une page, aux mille scintillements de Paris - ces scintillements, poussières d'étoiles à la fois superficielles et essentielles qui font rêver plus d'un provincial, plus d'un touriste venu de loin.

 

Myriam Thibault, Paris, je t'aime, Paris, Leo Scheer, 2010.

Partager cet article
Repost0

commentaires

S

Celui-là m'intéresse beaucoup, je vais le lire, je trouve très étonnant qu'une jeune fille si jeune puisse écrire un recueil aussi abouti.


D


J'ai passé un bon moment de lecture avec ce livre, et je crois que d'autres blogolecteurs ont eu une impression de lecture positive. Je me réjouis de connaître ton ressenti sur ce petit recueil
de nouvelles!



A

L'écriture d'un paris rêvé, mais sans doute pas celui d'une "vraie" parisienne qui y travaille.


D


Effectivement, c'est le côté vitrines et hauts lieux qui est mis en avant - le côté "Paris rêvé" est d'ailleurs pleinement assumé. Et du coup, ça fait rêver le voyageur...



S

Je le lirai dans le courant du mois de novembre, c'est une certitude !


D


Bien du plaisir, et d'ores et déjà, bonne lecture! Je suis d'ores et déjà curieux de connaître ton avis.



L

Je note, d'autant plus que nous débarquons demain à Paris pour 3 jours en famille !


D


Un tour à Paris, génial! Je te souhaite un bon voyage! Et aussi une agréable lecture avec ce livre de Myriam Thibault!



K

Bonjour Daniel,
Je vous remercie pour ce magnifique billet, je suis touchée par votre analyse du recueil de nouvelles "Paris, je t'aime" de Myriam Thibault.
J'ai le plaisir de découvrir votre blog et de constater que nous avons quelques blogs amis en communs.
Très amicalement,
Kenza


D


Bonjour Kenza, et merci de votre visite et de votre message!
J'ai passé un excellent moment en compagnie de ces textes qui, mine de rien, m'ont fait voyager en cours de voyage: je les ai lus à bord de trains français, entre Saint-Etienne et Genève, il
y a quelques jours à peine. Comme quoi un voyage peut en cacher un autre!
Et effectivement, je suis assez orienté vers les blogs de lecteurs et lectrices, ce qui crée des liens...
Amitiés suisses à vous,
Daniel.



Présentation

  • : Le blog de Daniel Fattore
  • : Notes de lectures, notes de musique, notes sur l'air du temps qui passe. Bienvenue.
  • Contact

Les lectures maison

Pour commander mon recueil de nouvelles "Le Noeud de l'intrigue", cliquer sur la couverture ci-dessous:

partage photo gratuit

Pour commander mon mémoire de mastère en administration publique "Minorités linguistiques, où êtes-vous?", cliquer ici.

 

Recherche

 

 

"Parler avec exigence, c'est offrir à l'autre le meilleur de ce que peut un esprit."
Marc BONNANT.

 

 

"Nous devons être des indignés linguistiques!"
Abdou DIOUF.