Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 mars 2013 7 24 /03 /mars /2013 06:00

Idée de Celsmoon.

Avec: Abeille, Alex, Amos, Anjelica, AnkyaAzilis, BénédicteBookwormCagire, Caro[line]Chrestomanci, ChrysEdelwe, EmmaEsmeraldae, Ferocias, Fleur, George, Hambre, Herisson08, Hilde, Katell, L'or des chambres, La plume et la page, Lystig, Maggie, Mango, Marie, MyrtilleD, Saphoo, Schlabaya, Séverine, Sophie57, Tinusia, Violette, Yueyin, Zik

 

Printemps 74

 

À nouveau le printemps

sous la neige qui fond

sont apparus les premiers signes

carton gris

chiffons

lettres de rupture

baiser sur une carte à jouer

fête interrompue

boîte vide avec le bruit du vent

déchirure d'un tissu froissé

 

Entre les hauts murs

j'attends

statue au coeur froid

encore un mois de temps

pour que l'oeil remue

pour que la feuille se décolle de ma bouche

pour que la mouche sorte de ma narine

pour que ma langue lèche une larme caillée

 

Tout l'hiver

des chiens m'ont compissé

des gamins m'ont lapidé

 

Or voici

dans cette cour sordide

que s'avance

cheveux défaits

l'adolescente

elle a peint ses seins de graisse rouge

elle a fiché une perce-neige dans son cou

ses yeux sont deux fois plus grands que le soleil

elle a fendu sa bouche pour crier commodément

son ongle à son index est comme une larme

elle a tatoué ses mains

elle s'avance planant à vingt centimètres du sol

sa langue-clitoris

se pourlèche à regarder ma verge de pierre

 

Au sommet des murs

un choeur de mégères

scande le chant de la défloraison

on voit des têtes

comme des pommes sur une planche

et quand elles se penchent

leurs énormes mamelles

 

Je me lève de mon socle

glacé de tout l'hiver

elle m'attend bouche rouge

bouche couperet

 

Au sommet des murs les mégères sont saisies de transes

 

Ses yeux crient bleu

ils crient cravache

 

Une mégère tombe des murs

c'est en se penchant trop

 

Lettres de rupture

carton gris

la vierge crie

elle meurt dans mes bras de pierre

adieu adieu

m'ont dit ses yeux

je t'ai mordue au cou

je t'ai mordue au ventre

tu es marquée de mes dents

je t'ai mordue aux yeux

chiffons

lettres de rupture baiser sur une carte à jouer

boîte vide avec le bruit du vent

 

En haut des murs les mégères murmurent

 

Michel Viala (1933-), Poésie choisie, Orbe, Bernard Campiche, 2009.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Daniel Fattore - dans Dimanches poétiques
commenter cet article

commentaires

Marc Lefrançois 25/03/2013 14:00

La poésie, une belle façon de passer un dimanche maussade...

Daniel Fattore 27/03/2013 21:40



En effet! Et en la matière, j'aime bien varier les coups d'un dimanche à l'autre...



Philisine Cave 24/03/2013 19:26

Chaud devant : j'ai hâte que l'été arrive !

Daniel Fattore 27/03/2013 21:38



Par ici, il y a de fortes chances que nous ayons de la neige à Pâques... j'attends les beaux jours avec impatience aussi.



Présentation

  • : Le blog de Daniel Fattore
  • Le blog de Daniel Fattore
  • : Notes de lectures, notes de musique, notes sur l'air du temps qui passe. Bienvenue.
  • Contact

Les lectures maison

Pour commander mon recueil de nouvelles "Le Noeud de l'intrigue", cliquer sur la couverture ci-dessous:

partage photo gratuit

Pour commander mon mémoire de mastère en administration publique "Minorités linguistiques, où êtes-vous?", cliquer ici.

 

Recherche

 

 

"Parler avec exigence, c'est offrir à l'autre le meilleur de ce que peut un esprit."
Marc BONNANT.

 

 

"Nous devons être des indignés linguistiques!"
Abdou DIOUF.