Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 juin 2012 7 10 /06 /juin /2012 05:00

Idée de Celsmoon.

Avec: Abeille, Alex, Amos, Anjelica, Ankya, Armande, Azilis, BénédicteBookwormCagire, Caro[line], Celsmoon, Chrestomanci, Chrys, ClaudiaEdelwe, Emma, Emmyne, Esmeraldae, Ferocias, Fleur, George, Hambre, Herisson08, Hilde, Julien, Katell, L'or des chambres, La plume et la page, Lystig, Maggie, Mango, Marie, Mariel, MyrtilleD, Naolou, Restling, Roseau, Saphoo, Schlabaya, Séverine, Soie, Sophie57, Tinusia, Violette, Yueyin, Zik

 

 Lucien Létinois, XVII

 

Âme, te souvient-il, au fond du paradis,

De la gare d'Auteuil et des trains de jadis

T'amenant chaque jour, venus de La Chapelle?

Jadis déjà! Combien pourtant je me rappelle

Mes stations au bas du rapide escalier

Dans l'attente de toi, sans pouvoir oublier

Ta grâce en descendant les marches, mince et leste

Comme un ange le long de l'échelle céleste,

Ton sourire amical ensemble et filial

Ton serrement de main cordial et loyal,

Ni tes yeux d'innocent, doux mais vifs, clairs et sombres,

Qui m'allaient droit au coeur et pénétraient mes ombres.

Après les premiers mots de bonjour et d'accueil,

Mon vieux bras dans le tien, nous quittions cet Auteuil

Et, sous les arbres pleins d'une gente musique,

Notre entretien était souvent métaphysique.

Ô tes forts arguments, ta foi du charbonnier!

Non sans quelque tendance, ô si franche! à nier,

Mais si vite quittée au premier pas du doute!

Et puis nous rentrions, plus que lents, par la route

Un peu des écoliers, chez moi, chez nous plutôt,

Y déjeuner de rien, fumailler vite et tôt,

Et dépêcher longtemps une vague besogne.

 

Mon pauvre enfant, ta voix dans le Bois de Boulogne!

 

Paul Verlaine (1844-1896).




Partager cet article

Repost 0
Publié par Daniel Fattore - dans Dimanches poétiques
commenter cet article

commentaires

Alba Kertz 11/06/2012 15:40

Je crois que ma première réponse n'est pas passée ? Bon, peu importe ! Merci de m'avoir si vite et si aimablement répondu ! Ce poème (j'en ai un vague souvenir de jeunesse...) laisse en effet un
léger sentiment de trouble, un émoi particulier. J'ai pris un grand plaisir à le lire. Merci, Daniel, avec mes pensées amicales. A.K.

Daniel Fattore 12/06/2012 23:17



Merci à vous pour votre passage - touché que ce poème vous ait touchée.Amical bonjour de Suisse! Et merci de votre fidélité...



Alba Kertz 10/06/2012 13:59

Que de nostalgie dans ce très beau poème. J'y retrouve les sensations que l'on a dans les gares, que d'êtres chers accompagnés (reviendront-ils ? juste pour me voir, moi,si vieille, insignifiante,
si peu intéressante, mais peut-être m'aime-t-on encore un peu ?)Que d'êtres chers attendus (si longue est l'attente souvent, et l'on se pose à nouveau les mêmes questions...)Et puis, voilà les
joies des retours, les bonheurs à se revoir, que c'est bon les quais de gare où l'on se retrouve, où l'on se sent aimé encore, un peu ! Où l'on continue, comme laissé là l'instant d'avant, le
dialogue chargé de souvenirs partagés, même ceux qui ne furent pas toujours bons. Oui, c'est un très beau poème, merci Daniel. Avec toute mon amitié, Alba.

Daniel Fattore 10/06/2012 21:29



Merci de votre visite, Alba! J'avais appris ce poème à l'école, et il m'est revenu à l'occasion de ce dimanche poétique. Il est du reste assez étonnant de constater qu'à plus de vingt ans de
distance, le poème résonne très différemment. Peut-être n'a-t-on pas su, alors, aller au-delà du simple exercice de par-coeur pour montrer aux élèves qu'il y a quelque chose là-dedans - une
histoire d'amitié servie par une forme à la fois irréprochable (ou presque) et naturelle (très). Et puis, un homme qui écrit un tel poème à un autre homme, ça a quelque chose de fou, de troublant
aussi...



Présentation

  • : Le blog de Daniel Fattore
  • Le blog de Daniel Fattore
  • : Notes de lectures, notes de musique, notes sur l'air du temps qui passe. Bienvenue.
  • Contact

Les lectures maison

Pour commander mon recueil de nouvelles "Le Noeud de l'intrigue", cliquer sur la couverture ci-dessous:

partage photo gratuit

Pour commander mon mémoire de mastère en administration publique "Minorités linguistiques, où êtes-vous?", cliquer ici.

 

Recherche

 

 

"Parler avec exigence, c'est offrir à l'autre le meilleur de ce que peut un esprit."
Marc BONNANT.

 

 

"Nous devons être des indignés linguistiques!"
Abdou DIOUF.