Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 mars 2012 7 11 /03 /mars /2012 06:00

Idée de Celsmoon.

Avec: Abeille, Alex, Amos, Anjelica, Ankya, Armande, Azilis, BénédicteBookwormCagire, Caro[line], Celsmoon, Chrestomanci, Chrys, ClaudiaEdelwe, Emma, Emmyne, Esmeraldae, Ferocias, Fleur, George, Hambre, Herisson08, Hilde, Julien, Katell, L'or des chambres, La plume et la page, Lystig, Maggie, Mango, Marie, Mariel, MyrtilleD, Naolou, Restling, Roseau, Saphoo, Schlabaya, Séverine, Soie, Sophie57, Tinusia, Violette, Yueyin, Zik

 

Imagine qu'un soir

La lumière s'attarde sur la terre

Ouvrant ses mains d'orage et donatrices, dont

La paume est notre lieu et d'angoisse et d'espoir,

Imagine que la lumière soit victime

Pour le salut d'un lieu mortel et sous un dieu

Certes distant et noir. L'après-midi

A été pourpre et d'un trait simple. Imaginer

S'est déchiré dans le miroir, tournant vers nous

Sa face souriante d'argent clair.

Et nous avons vieilli un peu. Et le bonheur

A mûri ses fruits clairs en d'absentes ramures.

Est-ce là un pays plus proche, mon eau pure?

Ces chemins que tu vas dans d'ingrates paroles

Vont-ils sur une rive à jamais ta demeure

"Au loin" prendre musique, "au soir" se dénouer?

 

Yves Bonnefoy (1923- ), Pierre écrite, Mercure de France, cité dans Lagarde et Michard, XXe siècle, Paris, Bordas, 1973, p. 548.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Daniel Fattore - dans Dimanches poétiques
commenter cet article

commentaires

Michael 06/04/2012 17:02

"Le son est une matière, comme toutes les matières il a ses sculpteurs" Yves Jaigu
Et le texte écrit ? même chose je crois.
Belle citation d'Yves Bonnefoy : "La poésie ne peut plus se permettre d’être naïve, il faut qu’elle se protège de l’envahissement du conceptuel par une conscience de soi on ne peut plus avertie, et
pour ce faire il lui faut revisiter et analyser sa propre histoire, il lui faut donc du savoir, de la philologie, seuls moyens de ne pas se retrouver à glisser à la surface des œuvres qui nous
importent."

Oui difficile pour la poésie d'être à l'abri de ce glissement, difficile d'avoir cette conscience de soi on ne peut plus avertie :

Citation de Louis Latourre : "Qui forment le poème, – ce sont bien moins les mots, qu'une mise en harmonie (dissonances incluses) des signes qui les portent ; qu'une mise en résonance des sons qui
les composent. Qu'une redistribution (on espère inspirée), de graphèmes et de phonèmes choisis pour leurs aspérités, leurs appuis ou leurs points d'ancrage possibles. Par quoi le corps-à-corps
littéraire et physique concrètement se vive ; et crée le relief – dynamique, rythmique, visuel et sonore – de tout le texte écrit.

S'échappant de la feuille, sortant de l'écran plat, ce matériau graphique, cette matière pré-verbale consciemment exploitée, d'un discours puisé aux sources de son image et de son bruit, peuvent
donner à quelque poésie de nouvelles façons et de nouvelles raisons d'être (celles d'être, notamment, autrement proférée).

Concentration ouverte... Effort de résistance à l'attraction verbale, à ses automatismes, forgé aux profondeurs cachées de tout langage... « Contraction excentrique » – telle des muscles profonds
qui bien que peu visibles, compensent constamment l'attraction terrestre et assurent la prestance, la stature déliée, mobile, et le bel extérieur. Par rééquilibrage intello-sensoriel, une poésie
s'empêche de tomber dans les mots.

Voilà remises en cause les normes lexicales, les routines syntaxiques... Et secoués les rites inconscients du dicours intérieur constamment proféré et subi.

Ce cri, ces contorsions de l'être ébloui d'être...

Ce couloir vers le jour – dont certains choisissent de tailler la forme et la matière, – ne leur en voulons pas, ne leur disputons pas le corps de l'entreprise. Il se peut qu'ils en fassent une
chambre d'écho, un lieu de résonance ou dissonance heureuse... Le bénéfice du doute serait... poésie."

http://www.youtube.com/watch?v=DxCMi2pM6SQ

Daniel Fattore 06/04/2012 19:36



Merci de votre longue intervention!



XL 11/03/2012 21:02

bonjour
aujourd'hui c'est poésie partout on dirait, pourtant on n'est pas encore le 21 mars
un petit tag t'attend http://ccommecolomb.blogspot.com/2012/03/un-petit-tag_11.html

Daniel Fattore 12/03/2012 21:02



Il y a effectivement une tradition qui fait que certains blogueurs publient des poèmes le dimanche, à l'enseigne des dimanches poétiques. Je m'y suis mis aussi - cela permet des découvertes dans
un genre trop peu connu.

Je prends note du tag, et m'en occuperai ces prochains jours. Merci!



Présentation

  • : Le blog de Daniel Fattore
  • Le blog de Daniel Fattore
  • : Notes de lectures, notes de musique, notes sur l'air du temps qui passe. Bienvenue.
  • Contact

Les lectures maison

Pour commander mon recueil de nouvelles "Le Noeud de l'intrigue", cliquer sur la couverture ci-dessous:

partage photo gratuit

Pour commander mon mémoire de mastère en administration publique "Minorités linguistiques, où êtes-vous?", cliquer ici.

 

Recherche

 

 

"Parler avec exigence, c'est offrir à l'autre le meilleur de ce que peut un esprit."
Marc BONNANT.

 

 

"Nous devons être des indignés linguistiques!"
Abdou DIOUF.