Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 mars 2011 7 06 /03 /mars /2011 06:00

Idée de Celsmoon.

Avec: Abeille, Alex, Amos, Anjelica, Ankya, Armande, Azilis, BookwormCagire, Caro[line], Celsmoon, Chrestomanci, Chrys, Edelwe, Emma, Emmyne, Esmeraldae, Ferocias, Fleur, George, Hambre, Herisson08, Hilde, Julien, Katell, L'or des chambres, La plume et la page, Lystig, Maggie, Mango, Marie, Mariel, MyrtilleD, Naolou, Restling, Roseau, Saphoo, Schlabaya, Séverine, Soie, Tinusia, Violette, Yueyin, Zik

 

Terre-Noire

 

Au Petit Saint-Bernard, pousse une soldanelle

Si mauve et si bleutée en son jupon frangé,

Que le merle de roche en la voyant si belle

L'espace d'un instant, sur elle a voltigé.

 

Au Petit Saint-Bernard, fleurit une androsace

Si blanche et si fragile en ses reflets rosés,

Que le torrent sonore aux aiguilles de glace

L'auréole d'écume et d'éclats irisés.

 

Au Petit Saint-Bernard, dans la combe polaire

Où la neige est rouilée en ce froid jour d'été,

Les marmottons joueurs naissent à la lumière

Et s'ennivrent d'azur, d'air vif et de beauté.

 

Un peu plus haut, pourtant, change le paysage;

Tout devient fort sévère au long des grands pierriers;

Le glacier du Ruitor, en un cirque sauvage

Blafard et miroitant, domine les sentiers.

 

En ce rude décor, au lieu-dit Terre-Noire,

De jeunes résistants tombèrent, mitraillés,

Et peut s'enfuir le jour, et peut tourner l'Histoire

Jamais je n'oublierai les copains fusillés.

 

Androsace du vent, blanche comme colombe,

Evoque encore pour nous l'affreuse adversité

De ce gars de seize ans, qui dut creuser sa tombe

Avant de basculer dans son éternité.

 

Sa jeunesse est ennous, les Partisans rebelles

Dont le coeur bat toujours au cri de "Liberté!".

Si nos cheveux sont blancs, nous demeurons fidèles

Au grave rendez-vous de la fraternité.

 

Vers la fin de juillet, par dessus la frontière,

Valdôtains et Français de la si longue nuit

Retrouvent en commun la lande familière

Et l'emplissent de chants, de drapeaux et de bruit.

 

Soldanelle de paix, quand nous serons en terre,

Indifférents à tout jusqu'à la fin des temps,

Raconte Terre-Noire au passant solitaire

Et l'atroce trépas de jeunes combattants.

 

Dis lui... Dis lui surtout que pour la Bête immonde

Il ne peut exister ni pardon, ni pitié;

Que l'homme doit veiller pour que, de par le monde,

Le fascisme maudit soit chaque fois châtié.

 

Renée Bertrand, cité dans Les Cahiers du Ru, n° 26/hiver 1995/96.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Daniel Fattore - dans Dimanches poétiques
commenter cet article

commentaires

Alba Kertz 08/03/2011 09:11


Petit ajout concernant les pays d'Afrique en rébellion : comme vous je souhaite qu'ils ne tombent pas tête baissée dans quelque chose de pire encore... Le ciel soit avec eux !!!


Daniel Fattore 08/03/2011 22:12



Comme vous dites!
D'autant plus que pas mal de monde aimerait avoir un certain contrôle sur ce coin de continent, ou aurait intérêt à y être présent.



Alba Kertz 08/03/2011 09:06


Nous voilà partis dans des échanges hautement philosophiques... Bonjour, cher Daniel ! Vous avez raison, bien sûr les religions ont fait aussi beaucoup de bien, surtout au nom du christianisme (qui
en soi n'est pas une religion). De mon éducation très catho, y ayant beaucoup réfléchi et surtout en observant et écoutant, c'est la seule morale qui me reste : suivre un max les enseignements d'un
mec super nommé Jésus, qui n'était sûrement pas Dieu mais qui y croyait, qui, n'en déplaise à certains pudibonds, aimait sa Marie-Madeleine et les femmes en général ! L'église cath. a eu plusieurs
périodes où la femme était déconsidérée, sous-estimée (purification par ex., cacher cheveux et bras, etc... Comme les talibans ou presque !). Bon, il faudrait des pages ! Ce dont je suis sûre,
c'est qu'il y a chez les laics et non-croyants (que l'on nomme "mécréants, je dois en être une) des milliers et milliers de Jésus qui prêchent la tolérance, l'amour du prochain et qui agissent de
par le monde pour tenter de venir en aide aux laissés pour compte. Complètement désintéressés puisqu'ils ne se prennent pas pour Dieu... Au fait, je souhaite acquérir votre recueil de nouvelles, à
qui puis-je passer commande en envoyant un chèque car je suis une irréductible gauloise : je n'ai aucune carte d'aucune sorte, surtout pas bleue ! Vous pouvez me répondre sur mon mail ? merci ! Je
tiens absolument à l'avoir et à le payer, le talent a un prix qu'il faut honorer !! A bientôt et pardon, je vois que vous vous êtes couché bien tard hier soir ! Alba


Daniel Fattore 08/03/2011 22:15



... et à la fin finale, se dire qu'en "aimant les autres comme soi-même", on n'a certainement pas tout faux - et que tout le reste, sans ce commandement, n'est sans doute que
littérature. Et effectivement, on devrait retrouver un peu partout, parfois en d'autres mots, la teneur des Dix Commandements (pour prendre un autre exemple); certains n'hésitent pas à dire que
les Droits de l'Homme en sont une version laïque.

Pour ce qui est du livre, je vous fais un courriel sans délai.

A tout bientôt donc! Et passez une bonne soirée... ou une bonne journée.



Alba Kertz 07/03/2011 09:18


Oui, bien sûr, il y a cette grande incertitude... Les religions, surtout les plus importantes, n'ont cessé depuis leurs avènements de martyriser les peuples, moralement et/ou physiquement. Je crois
que c'est Guy Bedos qui a dit :"Mon Dieu, si tu existes, préserve-nous des religions !" Nous sommes sans doute dans une ère où les extrémismes religieux, avec leurs superstitions, sont autant à
craindre que les dictatures. A Dieu Vat ! Pourvu que l'obscurantisme ne tue pas dans l'oeuf les beaux rêves d'une jeunesse qui en a marre ! Salut, Daniel !


Daniel Fattore 07/03/2011 22:16



Les religions ont fait du mal et beaucoup de bien aussi, il ne faut pas l'oublier - après, c'est une question d'appréciation, et plus que les religions elles-mêmes, c'est sans doute une
pratique sans discernement qui est dommageable (extrémisme, fanatisme, etc. - et cela pourrait aussi s'appliquer à l'athéisme, à mon humble avis)...

Pour ce qui est des pays d'Afrique, attendons de voir: en Libye, l'issue des combats me paraît un peu plus incertaine qu'il y a quelques jours. Cela, sans oublier les interventions
internationales, qui pourraient changer la donne dans un autre sens encore.

A bientôt, Alba!



sophie57 06/03/2011 22:12


bonsoir Daniel, je participe moi aussi aux dimanches poétiques, mais il semble que ce n'est pas le même groupe!La blogosphère me réserve bien des surprises...


Daniel Fattore 07/03/2011 22:12



En effet!
Je m'en vais voir cette deuxième série de poèmes du dimanche! Merci du tuyau.



Alba Kertz 06/03/2011 10:52


Quel beau choix... Pour moi qui, enfant, ai vécu cette époque, ce poème du souvenir m'émeut profondément. Dans l'une de mes nouvelles, "La Chambre du Petit", j'évoque le Vercors où se produisirent
d'odieux massacres. Une période qu'on ne peut oublier. Alors, pour que de telles horreurs ne se reproduisent pas... Votons "bien et juste". Avec une pensée pour ces jeunes qui, en ce moment même,
luttent et meurent pour sortir de dictatures immondes. Alba Kertz


Daniel Fattore 06/03/2011 21:42



Chaque époque à ses fascistes, ce qui donne effectivement à ce texte une actualité certaine. Quant aux révolutions d'Afrique du nord, nous verrons bien ce qu'il en ressortira... en espérant, pour
les populations locales et pour tout le monde, que ce ne sera pas pire.
Quant à la nouvelle "La Chambre du petit", je l'ai repérée dans votre recueil "Méridionales"; rendez-vous est donc pris!
A vous relire.



Présentation

  • : Le blog de Daniel Fattore
  • Le blog de Daniel Fattore
  • : Notes de lectures, notes de musique, notes sur l'air du temps qui passe. Bienvenue.
  • Contact

Les lectures maison

Pour commander mon recueil de nouvelles "Le Noeud de l'intrigue", cliquer sur la couverture ci-dessous:

partage photo gratuit

Pour commander mon mémoire de mastère en administration publique "Minorités linguistiques, où êtes-vous?", cliquer ici.

 

Recherche

 

 

"Parler avec exigence, c'est offrir à l'autre le meilleur de ce que peut un esprit."
Marc BONNANT.

 

 

"Nous devons être des indignés linguistiques!"
Abdou DIOUF.