Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 août 2010 7 08 /08 /août /2010 05:00

Sur une idée de Celsmoon.

Avec Edelwe, Mango, Abeille, Emmyne, Chrestomanci, Mariel, Laurence , Ankya, Herisson08, Anjelica , George, Uhbnji , Fleur, FérociasEsmeraldae, Armande, Satya, Zik, Lystig, Amos, Bookworm, Emma, Julien, Marie, Yueyin , Soie , Alex , Hambre , Katell , Mathilde, Schlabaya, Hilde, Saphoo, La plume et la page, Tinusia, Chrys, Roseau, MyrtilleD, Cagire, Caro[line], L'or des chambres, Violette, claudialucia, Séverine, Maggie, Sev, Naolou.

  

Si l'on gardait... (1905)

  

Si l'on gardait, depuis des temps, des temps,

Si l'on gardait, souples et odorants,

Tous les cheveux des femmes qui sont mortes,

Tous les cheveux blonds, tous les cheveux blancs,

Crinières de nuit, toisons de safran,

Et les cheveux couleur de feuilles mortes,

Si on les gardait depuis bien longtemps,

Noués bout à bout pour tisser les voiles

Qui vont à la mer,

  

Il y aurait tant et tant sur la mer,

Tant de cheveux roux, tant de cheveux clairs,

Et tant de cheveux de nuit sans étoiles,

Il y aurait tant de soyeuses voiles

Luisant au soleil, bombant sous le vent

Que les oiseaux gris qui vont sur la mer,

Que ces grands oiseaux sentiraient souvent

Se poser sur eux,

Les baisers partis de tous ces cheveux,

Baisers qu'on sema sur tous ces cheveux,

Et puis en allés parmi le grand vent...

 

Si l'on gardait, depuis des temps, des temps,

Si l'on gardait, souples et odorants,

Tous les cheveux des femmes qui sont mortes,

Tous les cheveux blonds, tous les cheveux blancs,

Crinières de nuit, toisons de safran,

Et les cheveux couleur de feuilles mortes,

 

Si l'on gardait depuis bien longtemps,

Noués bout à bout pour tordre des cordes,

Afin d'attacher

A de gros anneaux tous les prisonniers

Et qu'on leur permît de se promener

Au bout de leur corde,



Les liens de cheveux seraient longs, si longs,

Qu'en les déroulant du seuil des prisons,

Tous les prisonniers, tous les prisonniers

Pourraient s'en aller

Jusqu'à leur maison...

 

 



Charles Vildrac (1882-1971), Livre d'amour, Paris, Seghers, 1959/2005.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Daniel Fattore - dans Dimanches poétiques
commenter cet article

commentaires

Ladyoups 09/08/2010 10:15


Magnifique! je suis sous le charme ....


Daniel Fattore 09/08/2010 21:22



Merci pour la visite et pour le commentaire!



lapinbleu2 08/08/2010 20:38


de rien..
bonne soirée..


Daniel Fattore 08/08/2010 21:18



Bonne soirée à vous!



Armande 08/08/2010 15:51


Un texte bouleversant...


Daniel Fattore 08/08/2010 18:21



Effectivement - il a été mis en musique par Maurice Mermoud, pour des chorales; c'est comme cela que j'en ai eu connaissance.



bookworm 08/08/2010 13:37


C'est toujours une jolie découverte poétique que je fais ici... Merci !


Daniel Fattore 08/08/2010 18:26



J'essaie de trouver des textes originaux... merci à toi!



lapinbleu2 08/08/2010 07:43


bonjour..

aujourd'hui c'est l'anniversaire de sophie herisson08..

merci d'aller lui souhaiter si tu peux.. http://delivrer-des-livres.overblog.com

bon dimanche !!


Daniel Fattore 08/08/2010 18:27



C'est noté - merci pour l'information!


Et bon dimanche à vous!



Présentation

  • : Le blog de Daniel Fattore
  • Le blog de Daniel Fattore
  • : Notes de lectures, notes de musique, notes sur l'air du temps qui passe. Bienvenue.
  • Contact

Les lectures maison

Pour commander mon recueil de nouvelles "Le Noeud de l'intrigue", cliquer sur la couverture ci-dessous:

partage photo gratuit

Pour commander mon mémoire de mastère en administration publique "Minorités linguistiques, où êtes-vous?", cliquer ici.

 

Recherche

 

 

"Parler avec exigence, c'est offrir à l'autre le meilleur de ce que peut un esprit."
Marc BONNANT.

 

 

"Nous devons être des indignés linguistiques!"
Abdou DIOUF.