Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 février 2013 7 10 /02 /février /2013 06:00

Idée de Celsmoon.

Avec: Abeille, Alex, Amos, Anjelica, AnkyaAzilis, BénédicteBookwormCagire, Caro[line]Chrestomanci, ChrysEdelwe, EmmaEsmeraldae, Ferocias, Fleur, George, Hambre, Herisson08, Hilde, Katell, L'or des chambres, La plume et la page, Lystig, Maggie, Mango, Marie, MyrtilleD, Saphoo, Schlabaya, Séverine, Sophie57, Tinusia, Violette, Yueyin, Zik

 

Une journée

 

     Dans la rue, je te vois en chaque passante. 

À tout va, mon coeur jaillit, mais ce n'est pas toi...

Alors il se déchire en lourds lambeaux de soie.

Rouvrant une plaie devenue béante...

 

     Le soir, je regarde au loin et une lumière,

Si faible soit-elle, fait briller tes cheveux.

Cette simple vue me fait voir tes grands yeux

Bleus qui me noient, et me foudroient en un éclair.

 

     La nuit, tout me devient noir; et, presque évanoui,

Mon regard se fixe et se trouble de larmes

Qui s'écrasent lentement, ainsi que la pluie,

Illusions dévorantes, bien triste charme...

 

     - Dans le miroir, je vois un autre avec effroi.

Cerné de noir pauvre regard triste il a froid

Les yeux secs, il me fixe, mais ne pleure plus.

Tout est fini. Mais, où suis-je? Mais, où es-tu...

 

Benjamin Jichlinski (1990- ), En mal de fleurs, Paris, Société des écrivains, 2012.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Daniel Fattore - dans Dimanches poétiques
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Daniel Fattore
  • Le blog de Daniel Fattore
  • : Notes de lectures, notes de musique, notes sur l'air du temps qui passe. Bienvenue.
  • Contact

Les lectures maison

Pour commander mon recueil de nouvelles "Le Noeud de l'intrigue", cliquer sur la couverture ci-dessous:

partage photo gratuit

Pour commander mon mémoire de mastère en administration publique "Minorités linguistiques, où êtes-vous?", cliquer ici.

 

Recherche

 

 

"Parler avec exigence, c'est offrir à l'autre le meilleur de ce que peut un esprit."
Marc BONNANT.

 

 

"Nous devons être des indignés linguistiques!"
Abdou DIOUF.