Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 octobre 2012 2 16 /10 /octobre /2012 17:30

hebergeur imageC'est chez Monsieur de C que se poursuit le Défi des Mille, avec un billet très instructif sur une lecture passionnante et mal connue: l'"Histoire de ma vie" de Jacques Casanova de Seingalt. C'est ici:

 

http://mesdefislitteraires.blogspot.fr/2012/10/histoire-de-mille-vies.html

 

Oui, il y est question du fameux aventurier, celui qui courut toute l'Europe en quête d'aventure, connut quelque 130 femmes, les aima toutes passionnément mais jamais ne se fixa. Ce sont là de bons souvenirs pour moi: j'ai précisément étudié l'histoire des éditions de cette oeuvre pour mon mémoire de licence en littérature française. C'était il y a une dizaine d'années... J'ai pour ma part lu cette oeuvre dans l'édition Rozez, datée des année 1876, au texte peu fiable.

 

Merci à Monsieur de C pour cette participation!

Partager cet article

Repost 0
Publié par Daniel Fattore - dans Défi des Mille
commenter cet article

commentaires

Missycornish 28/10/2012 22:30

J'ai effectué une licence d'anglais parce que l'on m'a toujours dit autour de moi (et en particulier au lycée) que les lettres offraient peu de débouchés et que l'anglais c'était mieux. J'étais une
très bonne élève en français et depuis que j'ai tourné le dos aux études littéraires je n'ai jamais été que médiocre dans mon travail. Je n'ai pas trouvé ma licence d'anglais passionnante et je ne
pense pas qu'elle m'est vraiment servie par la suite. Je parlais déjà l'anglais couramment (j'ai vécu au Zimbabwe durant trois ans) et j'étais souvent interrogée sur des sujets bidons qui me
plonbaient ma moyenne notamment la philologie, phonologie, etc qui finalement ne servent pas à grand chose pour moi.

J'ai décidé de me donner une seconde chance, et de recommancer à zéro avec le soutient de ma famille,j'ai toujours rêvé de faire des études littéraires et j'ai été mal aiguillé. Et puis avoir une
reconnaissance universitaire dans le domaine littéraire compte à mes yeux, j'aimerai pouvoir enseigner un jour de façon plus officielle et aussi me stimuler intellectuellement puisque j'ai terminé
mon contrat de deux ans d'assistanat et que je vis pour le moment en Angleterre (peut-être encore quatre ans).

Je n'ai pas choisi les lettres classiques parce que j'ai de très mauvais souvenirs des leçons de latin, mon père me faisait les cours à la maison et cela ne s'était pas bien passé. Je n'étais pas
réceptive. Là je reprends aussi le latin mais au niveau grande débutante pour consolider mes lacunes. J'aime lire des classiques tout comme la poèsie. J'aime écrire et j'aimerai étoffer mon
vocabulaire et enrichir ma culture littéraire. Une façon aussi de ne pas me rouler les pouces cette année à la maison. Bref, j'en avais très envie.

Daniel Fattore 01/11/2012 17:00



De mon côté, je m'étais lancé dans la littérature française par goût et par conviction: étant un gros lecteur depuis toujours, j'ai eu envie d'en savoir plus. Durant mes études de littérature
française, j'ai pas mal tapé dans les libertins du dix-huitième siècle, sous l'oeil sans doute amusé de mon professeur d'alors, Yves Giraud, qui en connaissait un rayon à ce sujet (il est décédé
il y a une couple d'années). Un regret? N'avoir pas trouvé, alors, des occasions d'écrire et de confronter mes écrits (j'ai de vieilles choses dans mes tiroirs) à ceux d'autres jeunes auteurs,
dans un esprit d'émulation.

Après, c'est vrai que ce n'est pas facile de trouver d'emblée la bonne voie dans les études universitaires; je comprends donc que tu aies décidé de te relancer dans une seconde filière. Et c'est
vrai que l'enseignement est friand de diplômes très officiels... Je te souhaite donc bonne chance et beaucoup de bonheur dans cette nouvelle voie!

Le latin? J'aime bien... il y a des choses amusantes qui se font à notre époque, autour du "latin vivant" - qui vise à développer le vocabulaire latin afin de le rendre apte à dire notre époque
(lexique de l'informatique, entre autres), de faire vivre cette langue et de la traiter comme une langue vivante et parlée. J'ai même eu vent d'une école privée belge qui donne une partie de son
enseignement en latin... actuellement! Il est vrai que l'enseignement scolaire se concentre un peu trop sur les classiques de l'époque romaine, occultant totalement le devenir de cette langue.
Dommage!

Vale!



Missycornish 26/10/2012 10:56

Ainsi vous avez fait une licence de littérature? Je débute ma première année de lettres modernes (j'ai déjà une licence de langues, lettres et civilisations étrangères spécialité anglais mais je
souhaitais effectuer des etudes littéraires).

J'espère que cela me plaira.

Daniel Fattore 27/10/2012 20:48



Tout à fait, c'était il y a une dizaine d'années, et mon mémoire s'est fait dans la chaire de littérature française classique.

Bonne chance à toi dans les lettres modernes! Qu'est-ce qui t'attire particulièrement dans ce domaine?



Présentation

  • : Le blog de Daniel Fattore
  • Le blog de Daniel Fattore
  • : Notes de lectures, notes de musique, notes sur l'air du temps qui passe. Bienvenue.
  • Contact

Les lectures maison

Pour commander mon recueil de nouvelles "Le Noeud de l'intrigue", cliquer sur la couverture ci-dessous:

partage photo gratuit

Pour commander mon mémoire de mastère en administration publique "Minorités linguistiques, où êtes-vous?", cliquer ici.

 

Recherche

 

 

"Parler avec exigence, c'est offrir à l'autre le meilleur de ce que peut un esprit."
Marc BONNANT.

 

 

"Nous devons être des indignés linguistiques!"
Abdou DIOUF.