Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 mai 2010 2 04 /05 /mai /2010 20:41

Dans mes bagages creusois, j'ai emporté un petit bout de pays sous la forme d'un livre qui a tout du manifeste. Il s'agit du "Quand la Suisse française s'éveillera" de l'abbé Clovis Lugon - qui, pour le coup, tombe sa soutane pour se faire le champion d'une Suisse romande libérée d'une Suisse alémanique perçue comme un joug. A noter que ce livre a paru aux éditions Perret-Gentil (Genève) en 1983, ce qui ne l'empêche pas de rester actuel par certains aspects; pour les autres, il est intéressant d'essayer d'imaginer ce que l'auteur ressentirait en voyant la situation actuelle.

 

L'hypothèse de départ est simple: avec ses gros sabots, la majorité germanophone/dialectophone de la Suisse est en train d'écraser les minorités linguistiques du pays. Pour l'auteur, il est déjà trop tard pour le romanche, et plus que temps pour l'italien; pour ce qui est du français, il lui semble qu'il est temps d'agir, au moment où il prend sa plume.

 

L'auteur fait un constat, qu'il érige en état des lieux en début de livre: la presse romande est aux mains des Suisses alémaniques: "L'Hebdo", propriété du groupe Ringier (dont le siège est actuellement à Zofingue, en Argovie), est pour lui un journal parlant français mais dont les idées sont alémaniques (p. 152). Que dirait-il aujourd'hui du groupe lausannois Edipresse, en cours de vente au groupe alémanique Tamedia (siège à Zurich)? Autre élément: une part importante des emplois en Suisse romande dépendent d'entreprises alémaniques qui n'hésiteront pas à sacrifier les Welches si ça les arrange. 

 

Savoir la langue de l'ennemi, c'est déjà le vaincre un peu... et c'est pourquoi l'enseignement de l'allemand en Suisse est pratique. L'auteur apporte des nuances, voire une franche opposition à une telle démarche. Il expose entre autres un ressenti que connaît tout Romand arrivant en Suisse alémanique (n'est-ce pas, Anthony Hodgers?): après avoir appris le "bon" allemand, il découvre qu'outre-Sarine, on parle dialecte... et pas partout pareil. Pas franchement motivant pour apprendre l'allemand... l'auteur arrive aussi avec un autre argument: en décrétant que l'allemand est la première langue étrangère que les Romands doivent apprendre à l'école, on joue le jeu de la majorité alémanique. L'idée? Si tout le monde sait l'allemand, il devient superflu, pour tous, de maîtriser les langues minoritaires! C'est ce qui a tué le romanche, sous couvert de bilinguisme... et la question reste d'actualité à l'heure où certains cantons alémaniques préfèrent privilégier, à l'école obligatoire, l'enseignement de l'anglais plutôt que celui de la langue de Chessex.

 

Ainsi se profile, et force est là de constater que l'auteur n'a pas peur des mots, un génocide. Génocide sans morts, certes - si ce n'est la mort de cultures, par assimilation à la culture alémanique dominante; il faudrait inventer ici le terme de "culturocide". L'auteur pose même la question qui tue: la Suisse est-elle disposée à accepter d'être un pays qui tue ses minorités linguistiques par étouffement, sans même s'en rendre compte? D'un point de vue culturel, on retiendra un sous-entendu de l'auteur: la proposition de candidature de l'écrivain romand Charles-Ferdinand Ramuz au Prix Nobel de Littérature, dans les années 1940, aurait été freinée par des Suisses alémaniques. Si quelqu'un peut m'en dire plus à ce sujet...

 

 

Fichier:Ancien drapeau du Mouvement Romand - Romandie.png... et que proposer à la place? L'auteur relate ici, en termes pas toujours clairs pour qui ne sait pas tout (il conviendrait d'avoir des informations complémentaires), l'épopée de l'autonomie du canton du Jura, présentée comme une péripétie pas tout à fait finie puisque certains districts francophones sont restés dépendants du canton de Berne; l'analyse est linguistique, forcément. Sous la plume de Clovis Lugon, le canton du Jura fait néanmoins figure d'élément qui a réussi à se défaire tant soit peu d'une tutelle alémanique qu'il n'a pas choisie. Autre exemple mis en avant: la bannière de la Romandie (illustration; source: Wikipedia) et la vignette automobile "CH-Romandie", perçues, à tort selon l'auteur, comme des actes inutilement perturbateurs: "dormez, bonnes gens..." - comme s'il était interdit de manifester une identité romande, par-delà les inévitables bisbilles cantonales.

 

Enfin, Clovis Lugon ne se fait pas faute de rappeler le passé commun qui lie la Savoie et la Suisse romande - un bout de route bien plus enrichissant que, par exemple, la soumission de facto du canton de Vaud au canton de Berne, jusqu'à ce que Napoléon Bonaparte vienne y mettre bon ordre. Ce lien éclaire, dans une certaine mesure, le nom a priori paradoxal de "Suisse française": si l'on veut bien, à part quelques années sous Bonaparte, la Suisse n'a jamais été française.

 

On peut ne pas être d'accord avec tout ce qu'assène cet ouvrage au ton volontiers péremptoire, préfacé qui plus est par le politicien et séparatiste jurassien Roland Bégulin; presque trente ans après, on lui reconnaîtra cependant deux mérites: celui d'avoir sans doute suscité le débat à l'époque, en rebondissant sur des questions brûlantes d'actualité à la fin des années 1970 et au début des années 1980, et celui d'être encore partiellement d'actualité aujourd'hui.

 

Clovis Lugon, Quand la Suisse française s'éveillera, Genève, Perret-Gentil, 1983.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

liliba 06/05/2010 13:09


Lecture un peu trop sérieuse pour moi...


Daniel Fattore 06/05/2010 22:07



... et très suisso-centrée, en effet. J'ai cependant ressenti le besoin d'en parler: la Suisse est un pays qui a l'air paisible, mais si on l'observe de près, c'est plus complexe.
Je reviendrai bientôt avec du matériel plus léger! (en cours de lecture)



Wallen 06/05/2010 12:48


Il serait pas un peu parano ce Clovis Lugon?
En proportion il y a plus d'alémaniques qui parlent français que de romand l'allemand. Et allons demander au Breton, Corse, Savoisien, etc. comment se porte leurs langues...


Daniel Fattore 06/05/2010 22:23



Avant tout, merci de votre passage! Peut-être nous sommes-nous déjà croisés sur d'autres blogs?

Parano? Convaincu? Exalté? Question difficile... mais comme tous les livres de l'acabit du sien (et il en sort beaucoup chaque année - sauf en Suisse, bizarrement), celui-ci a le mérite de lancer
le débat - aujourd'hui encore. Une gageure, puisque ça fait 27 ans qu'il est sorti...

Alémaniques qui parlent français? C'était très vrai au temps de Lugon, je le concède. Ca l'est encore aujourd'hui, mais c'est sans doute plus nuancé (même si les Alémaniques qui
viennent en Suisse romande se débrouillent très bien en français - ce qui peut influer sur notre perception). Et demain? A l'heure où certains cantons alémaniques, et non des moindres,
privilégient l'anglais dès l'école primaire parce que c'est plus aguicheur et qu'on trouve plus facilement des professeurs pour cette langue, vous comprendrez qu'il y a de quoi
être inquiet pour l'avenir du français en Suisse.

Pour ce qui est du breton ou du corse, il y a là des langues et dialectes - qui ont une situation intéressante puisque la constitution française reconnaît que les parlers régionaux font partie de
son patrimoine. Ce qui n'est pas le cas en Suisse, où aucun dialecte (alémanique ou autre) n'est mentionné dans la Constitution.

La disparition des dialectes français (et francoprovençaux, donc aussi savoisien et romands - vous connaissez certainement le patois gruérien si vous êtes en Suisse) est, il faut aussi le
relever, le fruit (pourri) d'une autre époque, qui a réagi à d'autres impératifs: les Fribourgeois, derniers Romands à parler patois à l'armée, étaient systématiquement brimés à l'armée à cause
de cela - d'où leur surnom de "dzozets" - donc "Joseph" en patois gruérien. Aujourd'hui, on est conscient que la mort des langues est à chaque fois une tragédie - à ce sujet, je vous renvoie aux
ouvrages de Claude Hagège, en particulier "Halte à la mort des langues", qui explique à merveille les cycles de vie des langues et l'enjeu de leur perte. Cette prise de conscience garantit que
les dialectes alémaniques, qu'on les adore ou qu'on les abhorre, vont survivre... et qu'au moindre pépin, quelqu'un trouvera le moyen d'exiger que l'UNESCO les protège.

Et, pire que le dialecte alémanique qui a au moins le mérite d'être "bien à nous", attention à l'invasion non contrôlée de l'anglais... qu'il soit de Londres, de Washington, ou de Zurich. Il
aura la peau des langues scandinaves, c'est programmé. Simplement, laissez-lui environ deux siècles...

Au plaisir!



Lystig 05/05/2010 21:34


je note, je note..


Daniel Fattore 05/05/2010 21:45



... celui-ci, je l'ai trouvé dans une fête du livre - c'est presque une antiquité! Mais il reste en partie d'actualité. Bonne recherche!



Présentation

  • : Le blog de Daniel Fattore
  • Le blog de Daniel Fattore
  • : Notes de lectures, notes de musique, notes sur l'air du temps qui passe. Bienvenue.
  • Contact

Les lectures maison

Pour commander mon recueil de nouvelles "Le Noeud de l'intrigue", cliquer sur la couverture ci-dessous:

partage photo gratuit

Pour commander mon mémoire de mastère en administration publique "Minorités linguistiques, où êtes-vous?", cliquer ici.

 

Recherche

 

 

"Parler avec exigence, c'est offrir à l'autre le meilleur de ce que peut un esprit."
Marc BONNANT.

 

 

"Nous devons être des indignés linguistiques!"
Abdou DIOUF.