Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 janvier 2012 5 06 /01 /janvier /2012 22:59

nullJ'avoue que lorsque j'ai débouché cette bouteille, j'avais un chouïa d'appréhension: aurait-elle mal tourné, serait-elle madérisée après près de dix ans de cave, pas toujours de tout repos? Craintes infondées: la bouteille de chablis grand cru "Grenouilles" 2003 que j'ai ouverte pour marquer la période des fêtes d'une manière un peu particulière a tenu toutes ses promesses. Et plus encore... en préambule, je remercie donc Philippe Testut, éleveur de ce vin, de me l'avoir fait personnellement découvrir dans sa cave - anciennement nommée "La Tortue nonchalante", ce qui avait un charme surréaliste aujourd'hui perdu pour des raisons de positionnement du vin.

 

A Chablis, les grands crus sont donc les vins les plus puissants, mais aussi ceux qui répondent au cahier des charges le plus strict. Les terroirs des grands crus sont au nombre de sept, concentrés sur une colline située à l'entrée (ou à la sortie, c'est selon) du village, direction Fyé. Un lieu où le raisin se gorge de soleil... et où le promeneur imprudent a mille raisons de transpirer, tout en se baladant dans ce que certains considèrent comme les meilleurs terroirs viticoles du monde pour ce qui est du vin blanc. Et le terroir "Grenouilles" est le plus petit... on peut donc imaginer qu'un grand cru qui vient de là est forcément un vin rare.

 

Neuf ans après l'achat auprès du caviste, les sensations agréables ne se perdent pas; elles se sont au contraire magnifiées. On retrouve donc l'ampleur du bouquet, une ampleur enveloppante, qui laisse nettement transparaître, de manière étonnante, des notes de canneberge. A l'oeil, force est de constater que le vin revêt une teinte qui se trouve quelque part entre la paille et l'or - flatteuse pour un vin blanc.

 

Côté goût, la dégustation révèle, à la puissance mille mais en toute subtilité, ce que le cépage chardonnay peut avoir de meilleur et de typique. La complexité du goût repose sur des arômes d'ananas et d'agrumes, subtilement nourris par un goût de brûlé qui affleure par instants.

 

A la dégustation, un vin aussi vieux s'avère à la fois subtil et enveloppant, à la manière d'une écharpe de soie, de manière aimable et engageante - avec, comme atout, un vieillissement qui a permis à ce vin de gommer tous ses angles et aspérités, sans pour autant perdre quoi que ce soit de sa personnalité.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Daniel Fattore - dans Plaisirs de bouche
commenter cet article

commentaires

Jeanmi 08/01/2012 09:04

Finalement le vin provoque le lyrisme. comme vous en parlez bien ! On en boirait

Daniel Fattore 08/01/2012 20:20



Merci pour votre visite!
Le vin invite au lyrisme... et ce, d'autant plus lorsqu'il est bon! Ce chablis, en l'occurrence, fut fameux - mais je n'en attendais pas moins de lui.  
J'ai cru comprendre, en feuilletant votre blog, que vous écriviez?...



Présentation

  • : Le blog de Daniel Fattore
  • Le blog de Daniel Fattore
  • : Notes de lectures, notes de musique, notes sur l'air du temps qui passe. Bienvenue.
  • Contact

Les lectures maison

Pour commander mon recueil de nouvelles "Le Noeud de l'intrigue", cliquer sur la couverture ci-dessous:

partage photo gratuit

Pour commander mon mémoire de mastère en administration publique "Minorités linguistiques, où êtes-vous?", cliquer ici.

 

Recherche

 

 

"Parler avec exigence, c'est offrir à l'autre le meilleur de ce que peut un esprit."
Marc BONNANT.

 

 

"Nous devons être des indignés linguistiques!"
Abdou DIOUF.