Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 octobre 2011 3 19 /10 /octobre /2011 20:59

PhotobucketLettre, lue par Action-Suspense, La Mer pour horizon, Mazel.

Interview sur Obskuremag.

Lu pour le défi "% rentrée littéraire"

 

... tels sont les mots que Romain Slocombe a déposés en guise de dédicace sur la page de garde de mon exemplaire de "Monsieur le Commandant", son tout dernier roman, qu'il signait à la Fête du Livre de Saint-Etienne. Reçu en partenariat grâce aux éditions NiL et à Babelio (que je remercie ici), cet ouvrage m'a passablement intrigué, de façon positive; il peut aussi susciter un certain malaise chez plus d'un lecteur. Porté qu'il est par un style aux apparences classiques et travaillées, il invite en effet chacun à se glisser dans la peau d'un homme distingué, Académicien, écrivain à succès, blessé de guerre donc a priori respectable... mis à part qu'il est pétainiste, catholique fervent et collabo par conviction. En jetant dans ses pattes Ilse, sa belle-fille juive, dont il va tomber éperdument amoureux, l'auteur va pousser le fragile écosystème qui entoure l'antisémite Paul-Jean Husson jusqu'à l'irréparable, mettant progressivement en évidence les contradictions de son narrateur. Et ce n'est qu'au bout du récit, qui endosse la forme d'une lettre, que le lecteur comprend le caractère à la fois terrible et naïf de la demande de Paul-Jean Husson à son destinataire, le Sturmbannführer Schöllenhammer.

 

Apparemment, ce livre constitue la résultante de l'exercice délicat du rôle de composition. Il n'y a en effet plus grand-monde aujourd'hui pour se réclamer très ouvertement de l'idéologie pétainiste, antisémite et favorable au nazisme, alors que sous l'Occupation, chacun était contraint de composer, voire de choisir son camp sans trop savoir ce qu'il adviendrait ensuite. On pourrait dès lors se dire que tout cela, c'est de l'histoire, un rien poussiéreuse. Mais l'auteur parvient, par quelques situations et mentions bien placées, à rendre toute son actualité à son propos. Un seul exemple, en page 40, rappelle de façon troublante un discours qu'on entend encore aujourd'hui: "Sous couleur du droit d'asile, on laissait entrer pêle-mêle et sans la moindre précaution réfugiés politiques et condamnés de droit commun - tous d'accord au moins sur un point: le droit qu'ils s'arrogeaient de nous traiter en pays conquis." Et d'une manière plus générale, par-delà l'exposition d'une situation historique donnée, ce sont des sentiments de toujours et des tourments que l'auteur donne à lire - des tourments que le nom de la villa de campagne de Paul-Jean Husson, "Villa Némésis", suggère d'emblée.

 

Et c'est là que le lecteur est saisi par l'ambivalence du propos. Certes, il lui sera difficile de trouver vraiment sympathique l'Immortel et plutôt odieux collaborateur, auteur qui plus est de virulents articles contre les Juifs. Mais il ne pourra que se surprendre à comprendre certains des élans de son coeur, voire à lui trouver une certaine générosité quand il fuit en voiture avec sa belle-fille et sa petite-fille - alors qu'Olivier, son fils, est résistant à Londres, loin des siens, qu'il pourrait protéger d'un peu plus près. L'auteur ne manque jamais une occasion, par ailleurs, de souligner l'incroyable tension qui se fait jour dans le coeur du narrateur: celui-ci vomit les Juifs, mais aime une Juive, et qui plus est sa propre belle-fille...

 

Le contexte est campé de manière claire, quitte à ce que le trait paraisse parfois un peu appuyé. Les rappels historiques sont en effet nombreux, et le statut d'Académicien du narrateur permet à l'auteur de lui créer de manière crédible tout un entourage de célébrités. Entre Sacha Guitry et sa femme, Hugo Boss qui fabrique les uniformes de l'armée allemande, Robert Brasillach et quelques autres (dont Léon Blum), sans compter la citation de nombreux organes de presse collaborationnistes de ce temps (on pense à "Gringoire"), les noms sont généreusement parachutés, non sans pertinence. Cela permet au lecteur de cerner le narrateur et de trouver ses marques dans un contexte particulier.

 

La lecture d'un tel roman sous forme de lettre peut donner au lecteur l'impression d'être un voyeur, dans la mesure où il prend connaissance d'un courrier extrêmement personnel qui ne lui est pas adressé. L'astuce est double: si le narrateur écrit à un nazi, l'auteur écrit au lecteur. Conscient de jouer sur deux plans, l'écrivain rend en quelque sorte le lecteur complice de Paul-Jean Husson, homme complet avec ses gloires et ses zones d'ombre, en l'invitant à mieux le connaître par le biais d'une lettre qui sollicite un service de la part d'un nazi. "Aurais-tu procédé ainsi?", semble demander l'écrivain, lui aussi complice du lecteur, réunissant tout le monde en une histoire tendue, progressivement poussée aux épisodes les plus noirs et les plus durs.

 

Romain Slocombe, Monsieur le Commandant, Paris, NiL/Les Affranchis, 2011.

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Alex-Mot-à-Mots 27/10/2011 18:31


Un roman dur, mais tu as eu l'air de ne pas t'y perdre entre le lecteur et le Commandant.


Daniel Fattore 29/10/2011 23:32



Roman dur en effet - et que je te recommande! Le narrateur est certes peu amène, mais certains éléments offrent au lecteur l'occasion de se reconnaître en lui. D'où un lien ambigu...



Aliénor 26/10/2011 20:40


Je viens de le poster...


Daniel Fattore 26/10/2011 21:47



... je viens de commenter ton excellent billet! :-)



Aliénor 22/10/2011 15:45


Je viens de terminer ce livre, qui est un vrai coup de coeur. Je l'ai découvert par hasard, car Romain Slocombe était à Pau au début du mois pour le salon du polar. Sinon, je n'en aurais même pas
soupçonné l'existence tant son roman est passé inaperçu dans la rentrée littéraire.


Daniel Fattore 22/10/2011 18:19



Excellente surprise pour moi aussi: je gardais de Romain Slocombe un souvenir mitigé (j'ai lu il y a quelques années "Un été japonais", qui ne m'a pas emballé) - et "Monsieur le Commandant" m'a
étonné, de façon très positive.


As-tu déjà publié un billet sur ce livre sur ton blog? Je me réjouis de découvrir ton avis rédigé.



Présentation

  • : Le blog de Daniel Fattore
  • : Notes de lectures, notes de musique, notes sur l'air du temps qui passe. Bienvenue.
  • Contact

Les lectures maison

Pour commander mon recueil de nouvelles "Le Noeud de l'intrigue", cliquer sur la couverture ci-dessous:

partage photo gratuit

Pour commander mon mémoire de mastère en administration publique "Minorités linguistiques, où êtes-vous?", cliquer ici.

 

Recherche

 

 

"Parler avec exigence, c'est offrir à l'autre le meilleur de ce que peut un esprit."
Marc BONNANT.

 

 

"Nous devons être des indignés linguistiques!"
Abdou DIOUF.