Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 janvier 2010 7 03 /01 /janvier /2010 19:55

nullAttention: ceux qui ouvrent le roman "La Lotus bleue" de Gordon Zola sont peut-être, mais pas certainement, conscients d'avoir un collector potentiel entre leurs mains. Ce petit livre fort drôle s'intègre en effet dans une série projetée de 23 romans empruntant sur le mode humoristique certains codes au monde de Hergé et de Tintin. On pense en particulier aux noms des personnages, Saint-Tin et son ami Lou, mais aussi à l'imagerie de la page de couverture et à certains éléments typographiques. Cela n'a pas eu l'heur de plaire à l'association chargée de défendre les intérêts de l'héritage Hergé, d'où procès et condamnations en cascade, rendant de plus en plus hypothétique la publication des autres romans de la série.

Avec "La Lotus bleue", de quoi s'agit-il? On l'imagine facilement: le noeud de l'intrigue va tourner autour d'une voiture de sport bleue plutôt mystérieuse, puisqu'à l'instar de celle de Bourvil dans "Le Corniaud", elle recèle du matériel que la loi interdit - en l'occurrence de la drogue. L'étrange trafic mis en scène par Gordon Zola dans ce roman constitue une tentative chinoise de discréditer le Tibet en le faisant passer aux yeux des nations pour une région où le trafic de drogue est florissant.

Certes, l'intrigue suffit à tenir le lecteur en haleine jusqu'à la fin du roman. Mais on est loin des récits à tiroirs haletants qui caractérisent le genre du roman d'espionnage technologique et assimilés, proches du type d'intrigue dans lequel Tintin est régulièrement plongé. Le lecteur comprend du reste assez vite qu'il s'agit d'un prétexte...

... prétexte à gags. Dès le chapitre 1, le récit multiplie les références à l'univers de Tintin, dans un esprit d'hommage au dessinateur belge, du reste cité quelque part. Si Lou est un perroquet, ce n'est pas un hasard, par exemple: les tintinophiles penseront immédiatement au volatile que la Castafiore a offert au Capitaine Haddock dans "Les Bijoux de la Castafiore". Mais l'auteur ne se contente pas de simples plaquages: ainsi, l'écrivain belge à succès Alba Flore fait certes référence au rossignol milanais, mais il est impossible de ne pas penser également à Amélie Nothomb, diva des lettres du Plat Pays (dont je parle
ici).

L'humour puise donc allégrement dans les bandes dessines de Hergé. Mais si les échos internes au roman sont rares, ceux qui font appel aux autres romans de la série sont bien présents - cela, dans un souci de composer une "polylogie", si l'on me permet ce néologisme, c'est-à-dire un ensemble cohérent de romans, à classer l'un après l'autre, dans l'ordre, sur un rayonnage de bibliothèque (le dos du livre le prévoit...  et, sans surprise, le lecteur est ainsi invité à se procurer les autres romans de la série). L'auteur sait aussi jouer, voire jongler avec les mots, formant des a-peu-près et des calembours à intervalles très fréquents, conviant le lecteur enjoué à ouvrir l'oeil et l'oreille. Contrepèteries? J'en soupçonne, et invite ceux qui ont lu ce roman à me signaler celles qu'ils ont trouvées...

Pour ce qui est de l'exploitation des personnages, Lou décroche ici un rôle plutôt restreint de psittacidé sentencieux, alors qu'il était au centre de l'action de "L'Oreille qui sait", tome 3 de la série. Aiglefin, le "capitaine Haddock" de l'histoire, ne jure guère, contrairement à son illustre modèle; les ressorts de son humour sont ici étroitement liés à une piqûre du padjodjo, le poison qui rend pas jojo...: aimablement givré, il se prend soit pour un monarque russe (vive le Moulin Tsar!), soit pour une bouteille d'un grand cru - ce qui génère une flopée de gags et de jeux de mots fondés sur une métaphore habilement filée. 

Un chouette divertissement, donc... parfait pour se fendre la malle tout seul dans son coin - ou en public, selon vos habitudes de lecture: si vous êtes du genre discret, faites gaffe, je vous aurai prévenus!  

Gordon Zola, La Lotus bleue, Paris, Le Léopard Démasqué, 2009.

Notes personnelles en fin de billet: j'ai acheté mon édition à Guéret le 2 mai 2009, à la librairie des Belles Images que je salue ici. Le 3, j'étais sur Paris à l'occasion d'un Dîner Livres Echanges mémorable, logeant dans un hôtel situé à deux portes des bureaux des éditions du Léopard Démasqué, dans la même rue. L'éditeur se positionne en spécialiste des pastiches en tous genres: Harry Potter, Da Vinci Code, etc. Les pastiches du Da Vinci Code sont recensés sur le très bon site
http://thriller.over-blog.com/, que je vous laisse compulser.

Le blog de Bob Garcia, également auteur de la série, au titre explicite:
http://lespectredutocard.blogspot.com/
Le site de l'éditeur: http://www.leopardmasque.com/ et celui de Saint-Tin: http://www.saint-tin.com/
Illustration:
http://www.neuvieme-art.com.

Partager cet article
Repost0

commentaires

omni tech support 01/01/2015 10:43

I think the novel has been trying to be a sarcastic about the books that are making copyright conflicts. And to be frank, I did enjoyed the book to the core, as it was entertaining enough. It was indeed a great read.

Schlabaya 10/01/2010 15:39


Cette série parodique me fait de l'oeil depuis quelque temps, je me laisserais bien tenter ! Mais quels pignoufs, les gens de la fondation Hergé !


Daniel Fattore 10/01/2010 20:59


Ah, la fondation Hergé veille au grain, et c'est peu de le dire! J'ai trouvé ce volume particulièrement drôle, cela dit. Et du fait des procès pendants, j'ignore si la série va se poursuivre; à
acheter et à lire sans délai, donc!


Tigger Lilly 04/01/2010 10:23


C'est dommage ces querelles de copyright, ça nous prive de pas mal de choses. Pas trop mon style de prime abord mais les hommages et parodies ont leur place dans la littérature aussi.


Daniel Fattore 04/01/2010 21:21



Un peu dommage, en effet - d'un autre côté, cela peut/et devrait préserver la qualité de l'héritage. Cela dit, difficile d'éviter les parodies quand on est aussi célèbre que Tintin. Il y en eut
du reste déjà du vivant de Hergé.
Merci de la visite!



Présentation

  • : Le blog de Daniel Fattore
  • : Notes de lectures, notes de musique, notes sur l'air du temps qui passe. Bienvenue.
  • Contact

Les lectures maison

Pour commander mon recueil de nouvelles "Le Noeud de l'intrigue", cliquer sur la couverture ci-dessous:

partage photo gratuit

Pour commander mon mémoire de mastère en administration publique "Minorités linguistiques, où êtes-vous?", cliquer ici.

 

Recherche

 

 

"Parler avec exigence, c'est offrir à l'autre le meilleur de ce que peut un esprit."
Marc BONNANT.

 

 

"Nous devons être des indignés linguistiques!"
Abdou DIOUF.