Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 avril 2010 6 17 /04 /avril /2010 23:02

PhotobucketNouvelles, lu par Angel-A, Bouquinbourg (via Index), Fabula BovaryaFantasioLittexpress, 1001 pages, Seth,

 

Lu dans le cadre du challenge "deux euros" de Cynthia.

 

Club? "Le Club du Suicide", bien sûr! N'allez pas croire que j'ai l'intention de me faire sauter le caisson. Mais je sors ici d'une lecture fort roborative de trois nouvelles de Robert Louis Stevenson qui, regroupées sous le titre de "Le Club du Suicide", constituent pour ainsi dire un petit roman vendu deux euros dans toutes les bonnes librairies. C'est un classique... mais c'est aussi du tout bon!

 

Du tout bon dans l'idée de départ, avant tout: le prince Florizel et son acolyte, le colonel Geraldine, sont accostés par un original qui leur propose d'être membres du Club du Suicide. S'ensuivent des péripéties mortelles, bien sûr... mais pas pour ceux que l'on croit. Cela, sur la base d'un jeu de pur hasard organisé au club.

 

On l'a compris: il s'agit ici d'un ensemble de récits à suspens. Et même si cela a été écrit il y a plus d'un siècle, ça fonctionne à merveille, même si certains éléments n'atteignent pas la précision de certains auteurs de thrillers actuels. En contrepartie, le lecteur se retrouve dans un milieu sans Internet, sans téléphone portable, sans automobile même... bref, dans un milieu fort artisanal, que l'inspiration romantique fait vivre.

 

Romantique? Pour commencer, il y a évidemment le jeu du doute et du suspens, générateur d'inquiétude. Assez vite, le lecteur est amené à se demander si les personnages qui mènent le récit vont se retrouver directement mis en jeu par le processus du club... tout en sachant, évidemment, que si cela ne les concerne pas, il n'y a pas d'histoire. Reste à savoir comment, donc, et certains lieux dépeints ne sont pas sans rappeler les descriptions des maîtres français du genre. Notons cependant que les descriptions sont rares dans ce petit lvire.

 

Là autour, l'auteur avance des thèmes chers aux romantiques. Il y a la maladie - celle d'un handicapé qui paiera de sa vie sa participation au Club du Suicide - mais aussi la tentation vertigineuse de la mort - tentation qui frappe même de jeunes gens exaltés, comme le dit l'auteur. A noter qu'à l'époque où régnait le romantisme, il arrivait que les artistes mourussent jeunes... Et puis, les activités du club sont vespérales, ce qui ramène au thème romantique récurrent de la nuit, présentée comme le monde du mystère: les activités du club doivent rester secrètes. Et puis, il y a le voyage, puisque tout se passe entre Londres et Paris; mais l'auteur ne creuse guère les spécificités des lieux. Pas de tourisme donc...

 

Les lecteurs trouveront les personnages de ce petit livre attachants; ce sont de grands classiques du genre, en particulier des militaires de sexe masculin. La subordination du colonel face au prince est soulignée à chaque occasion. Les femmes? On trouve certes une ou deux allumeuses dans la deuxième nouvelle du livre ("Histoire du docteur et de la malle de Saratoga"), mais elles ne sont guère valorisées et font figure de personnages fallacieux. Scuddamore, dans la même nouvelle, n'est peut-être pas le héros le plus cohérent du monde littéraire: présenté comme un homme sans histoire, il souffre cependant d'un défaut rédhibitoire: sa curiosité confine au voyeurisme.

 

On considérera aussi le côté moral de la chose: les instigateurs du club sont assez vite perçus comme les méchants de l'histoire. Face à eux, le prince a beau jeu de se profiler en redresseur de torts, d'autant plus sans doute que le pouvoir qu'il est appelé à exercer en tant que roi est de droit divin. Manichéisme? Pas faux.

 

Voici donc un petit livre mitonné par un éditeur sensé, qui offre ainsi un avant-goût des "Nouvelles mille et une nuits" - suffisant pour avoir envie d'en lire plus. Bien sûr, pour ça, il faut acheter le livre complet - dans la Pléiade.

 

Robert Louis Stevenson, Le Club du Suicide, Folio n°3934, 2003.

Partager cet article
Repost0

commentaires

L

En attendant La Pléiade, ce petit livre va certainement rejoindre mes étagères...


D


Une bonne surprise pour moi: je ne m'attendais pas à un récit aussi efficace. En plus, c'est finalement original!



A

Je me laisserai bien tenter, surtout à 2 euros !


D


C'est un investissement qui en vaut la peine, sur ce coup-ci. Inconvénient: ça donne envie d'en lire plus...



A

Merci pour le lien ;)
Oui, il me semble que j'avais bien aimé ce petit livre, mais c'est vrai que cela fait un moment déjà...

Je suis désolée aussi pour le tag, tu m'avais taggué et je n'ai absolument pas eu le temps de le faire... mais cela fait longtemps aussi...

Bonne journée à toi !


D


A ton service! J'ai été en particulier surpris (agréablement) par l'efficacité du récit.

Pour ce qui est du tag, prends ton temps... et à toi de voir! D'ici là, bonne journée à toi, bonne semaine même, puisque nous sommes dimanche soir.



S

Une lecture en demi-teinte pour moi. Merci de m'avoir signalé que tu l'avais lu, j'ai pris plaisir à lire ton avis ;)


D


A ton service - merci de ta lecture attentive!



Y

J'ai ce livre à la maison, je l'ai même commencé mais je ne sais pourquoi, par la dernière nouvelle. Puis la seconde. Pour me rendre compte qu'en fait, il fallait les lire dans l'ordre, qu'il y a
une suite dans les événements. Bref, il faut que je recommence...


D


Pas le bon plan, effectivement!
Je te souhaite bien du plaisir dans ta relecture... et bon dimanche!



Présentation

  • : Le blog de Daniel Fattore
  • : Notes de lectures, notes de musique, notes sur l'air du temps qui passe. Bienvenue.
  • Contact

Les lectures maison

Pour commander mon recueil de nouvelles "Le Noeud de l'intrigue", cliquer sur la couverture ci-dessous:

partage photo gratuit

Pour commander mon mémoire de mastère en administration publique "Minorités linguistiques, où êtes-vous?", cliquer ici.

 

Recherche

 

 

"Parler avec exigence, c'est offrir à l'autre le meilleur de ce que peut un esprit."
Marc BONNANT.

 

 

"Nous devons être des indignés linguistiques!"
Abdou DIOUF.