Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 août 2010 1 09 /08 /août /2010 20:22

PhotobucketPhotobucketRoman de science-fiction, lu par Cachou.

Lu dans le cadre d'un partenariat avec Blog-O-Book et les éditions Robert Laffont, que je remercie ici!

 

Charles Babbage? Le roman "La Machine à différences" de William Gibson et Bruce Sterling développe une uchronie reposant sur la question suivante: et si cet homme du dix-neuvième siècle avait matériellement pu développer plus avant son invention - les "Machines à différences", justement? Dans leur uchronie, traduite en français par Bernard Sigaud et rééditée par Robert Laffont, les deux auteurs s'amusent à imaginer, dans une certaine mesure, ce qu'aurait été l'année 1855 si des ordinateurs existaient alors.

 

Fabuleux, la technique!

Il y a donc un côté Jules Verne dans cette longue histoire. Les éléments technologiques sont nombreux. On pense naturellement aux "vapomobiles", voitures modernes carburant à la vapeur, qui ont remplacé les chevaux dans les courses. Il y a aussi des objets plus usuels, tels ces allume-feu auxquels les auteurs ne donnent pas de forme particulière. Ou, naturellement, les dérivés de la machine à différences - et les professions y afférentes, en particulier celle de pointeur, chargé de percer les cartes perforées qui servent de support aux informations: les pointeurs ont un humour geek que les informaticiens d'aujourd'hui ne renieraient pas forcément. Enfin, le kinotrope pourrait être l'ancêtre du cinéma... ou de la présentation PowerPoint.

 

Evidemment, il y a un côté farce, habilement soutenu à coups de traits d'esprit et d'humour par les deux auteurs, à jouer ainsi d'anachronismes apparents; mais mine de rien, ce roman met d'emblée en scène un Etat policier où toute personne susceptible d'être suspecte est fichée sur carte perforée. L'enjeu en est, de manière fort actuelle, le contrôle de la marche du monde. Le personnage de Sybil Gerard en sait quelque chose.

 

Brillant, le dix-neuvième siècle anglais!

Les auteurs sont aussi très doués pour ce qui est de peindre, dans des couleurs vivantes, une époque que l'on reconnaît bien, en dépit de l'élément "ordinatoresque": le dix-neuvième siècle victorien (1855). Les connaisseurs reconnaissent cette époque grâce aux personnages historiques ayant réellement existé qui constituent l'arrière-plan du récit: Charles Babbage bien sûr, mais aussi le célèbre Lord Byron et sa fille Ada (qui a donné son prénom à un langage de programmation et a passé sa vie à chercher une martingale infaillible pour gagner ses paris sportifs). On rencontre aussi des êtres moins célèbres tels Sam Houston, aventurier texan; et derrière le Mexique français, c'est le profil de Gaston de Raousset-Boulbon qu'on cherche à deviner.

 

Ce sont les luddistes, contempteurs des machines modernes, qui sont volontiers présentés comme les méchants de l'histoire, face aux Radicaux. Ainsi les auteurs mettent-ils en scène une histoire aux contours politico-économiques également, touchant à d'autres enjeux: les trafics d'armes, le portrait d'une certaine misère sociale et les réponses parfois délirantes qu'on y apporte. Cela, sans oublier les recherches scientifiques, longuement présentées en deuxième partie: Ned Mallory, dit "Léviathan", est un paléontologue connaisseur de brontosaures.

 

Le portrait de l'époque est donc vivement coloré, oscillant sans cesse entre palaces, gens plus ou moins respectables, porteurs de hauts-de-forme, lieux de spectacle, bals interlopes, chambres de bonnes, laboratoires - sans compter les rues de Londres empuanties par un été étouffant et sans pluie - une ambiance morbide qui doit quelque chose au romantisme littéraire.

 

Long, quand même, le roman!

On le conçoit à la lecture de ces lignes, William Gibson et Bruce Sterling sont parvenus à brosser un vaste panorama d'une époque et des humains qui l'ont connue, en ne changeant qu'une donnée. Mais avaient-ils vraiment besoin d'autant de pages et de mots pour y parvenir? Le lecteur appréciera certes la vaste description quasi in extenso de la conférence que Sam Houston donne sur le Texas; peut-être trouvera-t-il longues, en revanche, les digressions paléozoologiques qui émaillent la deuxième partie du roman. De même, si "la" triple scène chaude entre Ned Mallory et la fille vénale au grand coeur Hetty est croustillante, empreinte d'une liberté de ton simple et rafraîchissante, était-il nécessaire de la développer sur treize pages (249-262)?

 

Tous ces éléments tendent à larguer le lecteur dans une histoire qui se perd un peu dans l'anecdotique, est c'est là l'important bémol que je mettrai à ce roman. Cela est cependant sauvé par une vision du monde richement argumentée, joliment rythmée quand même par des descriptions de daguerréotypes qui donnent à l'ensemble une vision nostalgique - de même que les documents bruts cités, réels ou inventés, dans la partie conclusive de ce roman.

 

William Gibson, Bruce Sterling, La Machine à différences, Paris, Robert Laffont, 2010, trad. Bernard Sigaud.

Partager cet article
Repost0

commentaires

liliba 14/08/2010 08:57


;-))


Daniel Fattore 14/08/2010 20:45



...!



liliba 12/08/2010 07:28


13 pages de scènes chaudes, ça laisse rêveuse...


Daniel Fattore 13/08/2010 20:32



... sur environ 460, et très groupées, les 13 pages...



Marc 11/08/2010 10:49


Je comprends tes critiques et il est vrai que les romans de Gibson sont dans ce sens tous un pareils.

Très bon blog, par ailleurs! J'y reviendrai avec plaisir.


Daniel Fattore 11/08/2010 20:24



Merci de votre visite et du compliment!
Dommage, cet aspect "tous les sens": le roman a par ailleurs de nombreuses qualités et dénote une grande culture, historique entre autres...



Cath 10/08/2010 18:58


Je suis bien souvent fan de tout ce qui est uchronie... Je vais me renseigner sur son éventuelle sortie en poche... car je me laisserais bien tenter !!!


Daniel Fattore 10/08/2010 21:13



Celle-là développe des idées intéressantes, il est pétri de qualités, mais, sur ses 461 pages, il m'a paru partir un peu dans tous les sens - dommage.

Il y a eu une édition de poche, d'après ce que j'ai vu sur Amazon, mais elle est "actuellement indisponible". Bientôt, peut-être?



Océane 09/08/2010 23:16


Excellent ! C'est le genre de roman d'anticipation que j'aime, que seuls des anglais peuvent nous pondre :) je vais tenter de me le procurer assez vite !


Daniel Fattore 10/08/2010 21:14



Il a ses qualités, c'est vrai! Bonne quête...
... et à quand ton article sur Pierre-Jean Rémy, sur ton blog? Je le guette parce que c'est un auteur, récemment décédé hélas, que j'apprécie.



Présentation

  • : Le blog de Daniel Fattore
  • : Notes de lectures, notes de musique, notes sur l'air du temps qui passe. Bienvenue.
  • Contact

Les lectures maison

Pour commander mon recueil de nouvelles "Le Noeud de l'intrigue", cliquer sur la couverture ci-dessous:

partage photo gratuit

Pour commander mon mémoire de mastère en administration publique "Minorités linguistiques, où êtes-vous?", cliquer ici.

 

Recherche

 

 

"Parler avec exigence, c'est offrir à l'autre le meilleur de ce que peut un esprit."
Marc BONNANT.

 

 

"Nous devons être des indignés linguistiques!"
Abdou DIOUF.